afrique du sud carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable au moins 30 jours après le départ d’Afrique du Sud avec en possession d’un billet d’avion retour.

Si vous voyagez avec des enfants mineurs :
- Une copie intégrale de l’acte de naissance, en langue anglaise, dans une traduction faite par un traducteur assermenté, ou extrait d’acte de naissance plurilingue.
- Le livret de famille peut être aussi présenté. Pour la traduction, cliquer sur le lien ci-dessous :

Traduction assermentée


 - Passeport personnel de l'enfant ;
Si l'enfant voyage avec l’un des deux parents seulement, autorisation de sortie de territoire de moins de 3 mois, signée par le parent ne voyageant pas.


Un visa de tourisme de 3 mois est délivré gratuitement à l'arrivée.

CLIMAT
L’Afrique du Sud se situe dans l’hémisphère sud. Ses saisons sont donc inversées par rapport à l’Europe. Quand l’Europe fête l’été, l’Afrique du Sud est en hiver. Et vice versa. Les mois de décembre, janvier et févriercorrespondent donc à l’été austral (et aux grandes vacances). L’hiver austral correspond à la période mai-septembre.

Le Cap (Cape Town) jouit d’un climat méditerranéen. Les étés (de septembre à avril) y sont chauds (sans excès) et secs, avec des températures avoisinant les 28 °C. C’est la saison la plus agréable. La mer est à 20° en moyenne. En été, un vent frais du sud-est, nommé le « Cape Doctor », souffle parfois fort. L’hiver (de mai à août) est tempéré (17 °C), mais la température peut chuter jusqu’à 8 °C.

À Durban et sur la côte du Kwazulu-Natal, en bordure de l'océan Indien, le climat passe de tempéré à subtropical. Les mois les plus frais sont juin et juillet, et les plus chauds et humides sont décembre, janvier et février, avec parfois de fortes pluies et même des brumes sur le relief. Pour profiter des plages, choisir de préférence les intersaisons (avril-mai et septembre-octobre).

À Johannesburg, Pretoria et dans le Haut-Veld, Les températures ne sont jamais excessives, en raison de l’altitude (Johannesburg est à 1 753 m).
Le climat est sec et ensoleillé en hiver (de 20 °C le jour à 5 °C la nuit). D'octobre à avril, les journées sont ponctuées d'averses et d'éclairs impressionnants en fin d'après-midi.

Dans le Bas-Veld (Mpumalanga), Les étés sont très chauds et ponctués d'orages, les hivers doux et ensoleillés. La meilleure saison pour visiter le parc national Kruger se situe entre mai et octobre (saison sèche).

Dans le Karoo, à l'intérieur du pays, au nord-est de Cape Town, la chaleur est cuisante, comme dans les déserts américains. Les hivers sont ensoleillés, mais les nuits froides.

DECALAGE HORAIRE
Plus 1h à Cap Town.

 

DEVISE
Le rand (ZAR)

Les euros se changent sans problème dans les bureaux de change ou dans les banques. Les taux et commissions s'équilibrent plus ou moins.
Ne pas changer dans les hôtels (taux déplorable). En revanche, les auberges de jeunesse alignent leur taux sur celui des banques (se renseigner). Certaines ne prennent pas de commission.

Vous pouvez choisir de changer vos euros avant votre départ. La bonne astuce est de commander vos devises sans commission comme le propose Travelex. Il vous suffit de commander et payer vos devises sur le site et passer les récupérer directement dans l’une des agences.

Le réseau bancaire sud-africain est aussi développé qu'en Europe. On trouve des distributeurs automatiques partout, dans les grandes, moyennes et petites villes. Visa et MasterCard sont les 2 réseaux les mieux implantés. Évitez de retirer de l'argent dans un coin désert et soyez vigilant dans les grandes villes. Dans celles-ci, il arrive que les distributeurs du centre-ville ne soient accessibles qu'aux horaires de bureau. Dans les petites villes, aucun problème.

 

LANGUE
L’ANGLAIS, utilisé comme langue de communication, est parlé partout, mais il n’est la première langue que pour 10 % de la population.
L’AFRIKAANS est parlé dans une bonne partie du pays.

 

RELIGION
A majorité catholique.

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Si les recours sanitaires ruraux sont quasi inexistants, il existe de nombreux hôpitaux (et surtout cliniques privées) de qualité - mais très onéreux - dans les grandes villes : prévoir une assurance assistance internationale.

Le paludisme n'est que très peu présent : exclusivement dans le nord-est du pays, là où se trouvent les très touristiques parcs animaliers (parc Kruger et les réserves privées aux alentours de celui-ci) ainsi que celles situées au sud du Swaziland.

L'eau est potable dans les villes (malgré son goût très chloré) mais à la campagne, pas toujours. Donc prévoir de boire de l’eau en bouteille.

TRANSPORT
L'Afrique du Sud bénéficie d'une très bonne infrastructure routière.
Pour louer une voiture, il faut avoir son permis de conduire national en cours de validité (le permis international n’est pas obligatoire mais en présenter un, lorsque vous louez la voiture ou lors d’un contrôle, est apprécié), conduire depuis au moins 5 ans et être âgé de plus de 25 ans.
Attention : conduite à gauche
Les routes sont généralement en très bon état, mais gare aux pistes de terre et aux nids-de-poule (potholes) dans les endroits plus reculés.
Sur la route, les grandes nationales disposent d’une voie d’arrêt d’urgence, signalée par une bande jaune. La plupart des véhicules n’hésitent pas à s’y déporter pour laisser passer les voitures les plus rapides. Ce système fonctionne bien et c’est très courtois.

À l’intersection des routes moyennes, on rencontre souvent des croisements à quatre stops (chaque voie et chaque sens a le sien) : tout le monde s’arrête, et les gens passent à tour de rôle, tranquillement, en fonction de l’ordre d’arrivée.

En centre-ville, des car attendants, avec un gilet fluo et parfois une petite machine à la main (à Cape Town), vous indiquent où vous garer. Ils surveillent les véhicules stationnés et vous facturent à l’heure.

Les grandes compagnies de bus ont en commun le confort, la sécurité et la ponctualité.

Le service de minibus privé Baz Bus présente pas mal d’avantages : sécurité, régularité, fiabilité et convivialité (pour les backpackers). Arrêts à la demande dans de nombreuses auberges de jeunesse du pays. Il suffit de s’inscrire à l’AJ et de réserver sa place pour un trajet donné.

La compagnie ferroviaire nationale s’appelle Shosholoza Meyl. C’est un moyen de transport assez long, mais il est ponctuel et idéal pour profiter des paysages.

Les compagnies South African Airways, SA Airlink et SA Express relient toutes les villes majeures et certaines villes moins importantes. British Airways, en partenariat avec Comair, assure des vols réguliers entre les grandes villes.

Rikki's taxi, comme un taxi normal, viennent vous chercher là où vous leur donnez rendez-vous. Toutes les AJ pour backpackers utilisent leurs services.
Le prix des courses est fixe et s’entend par personne.

 

VIE PRATIQUE
On boit facilement un genre d’eau-de-vie aux fruits (appelée mampoer) avant le repas, pour s’ouvrir l’appétit, et non en digestif.

Dans certaines villes, on trouve les noms de rues non pas sur des panneaux placés à hauteur d’homme ou sur des plaques sur les murs des maisons ou immeubles, mais seulement inscrits sur les trottoirs. Et comme d’un côté de la rue, le nom est en anglais et de l’autre en afrikaner.

Ne soyez pas surpris d’entendre, de la part de quelqu’un qui cherche à attirer votre attention, un bruit genre claquement fait avec la bouche ou une sorte de sifflement. C’est considéré comme plus poli qu’un « Excusez-moi ».

Si vous mangez chez des Zoulous, faites attention aux codes : par exemple, poser votre cuillère le dos sur la table signifie que vous redemandez à manger ; l’inverse veut dire que vous avez suffisamment mangé.

Partout en Afrique du Sud, les salutations sont assorties d'un « Comment ça va ? » (How are you ?, ou Howzit ? dans les townships).

Le Braai est l'élément central de la vie sociale en Afrique du Sud (prononcer « braille »). Cela signifie « barbecue » en afrikaans. On le trouve dans toutes les habitations du pays, dans toutes les communautés, et sur toutes les aires de pique-nique du territoire.

Les Sud-Africains mangent tôt (dès 18h). Difficile de se faire servir après 20h ou 21h hors des grandes villes. Quant aux prix, sachez qu’ils n’incluent jamais le service.

 

TELEPHONE
De la France vers l’Afrique du sud: 00 + 27 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Afrique du sud vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Certains opérateurs français incluent les appels illimités entre la France et l’Afrique du Sud (dans les 2 sens), ainsi que les appels en Afrique du Sud depuis ce même pays.
Si ce n’est pas le cas, on déconseille d’utiliser votre téléphone avec votre carte SIM, les frais de roaming de la plupart des opérateurs étant exorbitants.
N’oubliez pas de déconnecter les « Données cellulaires » et « Données à l’étranger ».

 

CUISINE
L’Afrique du Sud est avant tout un pays de « viandards », et le barbecue (braai) y est une véritable obsession. La viande sud-africaine est de bonne qualité, si l'on s'accommode d'un mode de cuisson où celle-ci est souvent enduite d'une sauce caramélisée.

Il y a également beaucoup de restos indiens, orientaux et asiatiques car la pays est très cosmopolite.

En fait, la seule véritable cuisine sud-africaine est celle dite « Cape Malay ». Il s'agit d'un mix entre ingrédients africains, épices indiennes et savoir-faire européen. Outre le bœuf, d'excellente qualité, on cuisine les animaux du bush. On les présente en carpaccio (la viande est alors généralement fumée), en steak ou en ragoût longuement mijoté dans le potje (prononcer « poï-ki »), un pot en fer utilisé tant par les Afrikaners que par les Bushmen.
Il y a dans ces différentes viandes des subtilités qui plairont aux carnivores : l’autruche est tendre et goûteuse, l’oryx bien plus raide, façon sanglier, mais en ragoût, c’est étonnant.

Les Sud-Africains adorent grignoter du biltong, une viande séchée en lamelles : c’est le plus souvent du bœuf mais aussi parfois du koudou, du springbok ou de l’autruche.

Parmi les plats typiques, on trouvera le bobotie (venu d'Indonésie : viande hachée, mie de pain, lait et curry, cuit au four), qui peut se révéler excellent ou... très pâteux, le sosatie (brochettes marinées dans une sauce au curry), les boerewors (petites saucisses épicées), le breddie (ragoût d'agneau et de légumes, avec une sauce douce au curry).

Dans les townships et dans les campagnes, on mange souvent du pap, une bouillie à base de mil ou de millet qui peut constituer l'unique repas quotidien, et qui se décline en pap stew lorsqu’il est accompagné de viande en sauce. Pour se fondre dans la masse, il est préférable de le manger avec les doigts (de la main droite).

Curieusement, les Sud-Africains ne sont pas trop portés sur le poisson et les fruits de mer.
Au menu des restos est servi des line-fishes (la pêche du jour) parfois goûteux, en général – et selon les saisons.

Pour les desserts, la melktert (ou milktart, assez proche de notre flan) et le malva pudding, à la texture spongieuse, servi avec une sorte de crème anglaise chaude.

Côté boissons, il y a beaucoup de variétés de bières, dont de bonnes bières artisanales à découvrir dans chaque région.
Il y a aussi différentes liqueurs, comme la Black Sambucca, une douceur alcoolisée parfumée à la réglisse, ou l'Amarula, aux baies sauvages
Enfin le vin connaît une renommée croissante. Le vin sud-africain propose une grande gamme de qualité, allant du easy drinking wine au nectar le plus élaboré. Vous aurez du Cabernet-sauvignon, shiraz (syrah en France), merlot pour les rouges ; chenin blanc, qui domine largement pour les blancs, mais aussi chardonnay et sauvignon... Seul le pinotage (rouge) est un cépage typiquement sud-africain.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !