Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor.

PEROU - INFORMATIONS PRATIQUES

perou carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide au moins 6 mois à compter de l’arrivée sur le territoire péruvien.

 

CLIMAT
Quand c’est l’été en Europe, c’est « l’hiver » au Pérou. Mais les saisons sont différentes sur la côte, dans la sierra et dans la forêt amazonienne.
Par ailleurs, la proximité de la ligne équatoriale est déterminante pour les températures, le climat est plus doux dans la sierra du nord du Pérou que dans celle du sud.

Sur la côte, les mois les plus chauds vont de décembre à février. Les mois les plus froids de juin à août. La garúa, une brume humide et persistante, comme un petit crachin, recouvre une partie de la région côtière (surtout Lima) de mai à mi-septembre.
En outre, la mer n'est pas très accueillante au Pérou à cause du courant froid de Humboldt qui remonte le long des côtes. Cela n'empêche pas les Péruviens du littoral d'adorer la plage et d'y aller le plus souvent possible, de décembre à février. Pour une température de l'eau plus clémente, il faut aller près de Tumbes, à la frontière de l'Équateur.

Dans les Andes, de décembre à avril, c'est la saison des pluies. Le jour, la température oscille entre 20 et 25 °C environ. Les nuits sont plus fraîches.
Si possible, évitez de visiter les Andes à cette saison, à cause des pistes qui peuvent être parfois coupées par les rivières en crue. Mai et juin sont un bon mois pour voyager dans les hautes terres.
De juin à octobre, c'est la saison sèche dans les montagnes. Les journées sont en principe chaudes et ensoleillées et les nuits fraîches.

En Amazonie, de décembre à avril, c'est la saison des pluies et, quand il pleut dans la selva, ce sont les grandes eaux, il n'y a plus qu'à attendre. De juin à août, c'est la saison sèche et il fait très chaud et lourd.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 7h en été et moins 6h en hiver.

 

DEVISE
Le nuevo sol (S).

L’euro en espèces peut être changé facilement (et sans commission) dans les banques et les bureaux de change (casas de cambio), ces derniers proposant généralement un meilleur taux.

En dehors des endroits touristiques, cependant, les possibilités de changer les euros diminuent, et il peut être intéressant d’avoir sur soi des dollars américains, que l’on peut changer jusque dans les petites villes.

Les distributeurs de billets acceptant les cartes Visa et MasterCard sont présents presque partout. L'opération s'effectue au taux de change officiel, mais comporte des frais bancaires.

Veillez à ce que vos billets et pièces soient en bon état, car il y a pas de faux en circulation et vérifiez toujours si le compte y est, car après il est trop tard pour réclamer.

 

LANGUE
ESPAGNOL et le QUECHUA entre les locaux. L’AYMARA est parlé sur les rives du Lac Titicaca.

 

RELIGION
Majorité catholique.


SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite B).
Les vaccins traditionnels contre la fièvre jaune, la typhoïde et l'hépatite A sont également recommandés.
Le vaccin contre la fièvre jaune est indispensable si vous allez dans la selva amazonienne et doit être fait plus de 10 jours avant l'arrivée.
Le vaccin contre la typhoïde est aussi nécessaire pour les séjours prolongés, tout comme celui contre l'hépatite A.

Eviter de boire l’eau du robinet.

 

TRANSPORT
Dans ce grand pays, le recours aux vols intérieurs est chose courante et même, parfois, judicieuse.

Le réseau ferroviaire péruvien est extrêmement limité et très cher.

Le train Lima-Huancayo est la deuxième plus haute du monde ligne ferroviaire après celle du Tibet, mais les trains sont loin de circuler tous les jours (de 1 à 3 départs par mois). Le voyage, qui dure 14h, vaut la peine, car le train franchit, outre 69 tunnels et 58 ponts, le col du Ticlio, dans un paysage vertigineux.

Cusco-Puno (Andean Explorer) et Cusco-Ollantaytambo-Machu Picchu sont deux lignes aménagées pour recréer l'atmosphère des trains au début du XXe siècle. Attention, les prix montent vite.

Le bus est le principal moyen de transport au Pérou. Les bus vont partout.
Pour rejoindre les villages ou les villes en dehors des grands axes, vous devrez souvent changer de monture et prendre des compagnies locales ou régionales bon marché mais au confort limité et au niveau sonore élevé. Ces compagnies locales s'arrêtent à la demande au bord de la route.
Pour les liaisons entre les villes les plus importantes (ou les plus touristiques), il existe des compagnies nationales qui, elles, proposent différents niveaux de confort. Cela va des bus economico aux VIP, imperial, etc. Les moins chers sont des bus ordinaires sans AC ni toilettes, qui s'arrêtent presque partout. Quelques compagnies sont réputées pour leur fiabilité et leur niveau de confort, à commencer par Cruz del Sur, la plus chère et la meilleure. Citons aussi Civa, Móvil Tours, Línea, Tepsa, Palomino et Oltursa, qui proposent des prix moyens et un bon service.

Les colectivos sont des taxis collectifs qui circulent entre certaines villes. Un peu plus chers mais plus rapides que les bus locaux et meilleur marché que les taxis individuels. Ils partent en principe quand ils sont pleins.

Innombrables, les taxis sont le moyen de transport le plus pratique pour se déplacer en ville. Ils n’ont pas de compteur, mais leurs tarifs restent raisonnables. Toujours néanmoins discuter le prix avant de monter.

En Amazonie, le moyen de transport principal est le bateau. La carretera Central (goudronnée), seule route reliant la selva au reste du pays, finit en cul-de-sac à Pucallpa. De gros rafiots de tôle assurent des liaisons régulières entre Pucallpa et Iquitos, Yurimaguas et Iquitos, et Iquitos et les frontières colombienne et brésilienne. On voyage en accrochant son hamac dans l’entrepont, ou en cabine (plus cher).

La Panaméricaine, qui longe la côte du nord au sud du pays, est en bon état, de même que les routes Pisco-Ayacucho, Nazca-Cusco, Arequipa-Puno, Puno-Cusco et Cusco-Puerto Maldonado. Mais, en gros, le réseau routier reste moyen à médiocre, avec des passages infernaux dans la sierra.
La location d’un véhicule privé se fait souvent avec chauffeur au Pérou, mais on peut aussi louer une voiture et la conduire soi-même. Dans ce cas, mieux vaut toutefois avoir une expérience de la conduite dans les pays en développement, en particulier dans les grandes villes.

  

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

La location d’un véhicule privé se fait souvent avec chauffeur au Pérou, mais on peut aussi louer une voiture et la conduire soi-même. Dans ce cas, mieux vaut toutefois avoir une expérience de la conduite dans les pays en développement, en particulier dans les grandes villes.

Certains Péruviens peuvent se montrer proches avec vous, lorsqu'ils vous parlent. Alors, ne prenez pas peur ! Même si cela peut être ressenti comme une intrusion dans votre bulle personnelle, ce n'est pas l'objectif des Péruviens.
Les Péruviens n'ont pas la même notion du temps que nous. Les 20 minutes se transforment souvent en 40 minutes. Il est rare d'arriver après un Péruvien. Donc, ne soyez pas vexés ou offusqués que votre taxi n'arrive pas dans l'immédiat.

Si vous avez une nuit chez l'habitant, n'oubliez pas d'apporter un petit cadeau à votre hôte. Au Pérou, c'est une coutume d'apporter un présent lorsque l'on est invité.

Le Pérou est un pays particulièrement poli. Dans les magasins ou les taxis, n'oubliez pas de saluer les personnes d'un "buenos dias". En partant, glissez un "hasta luego".

 

TELEPHONE
De la France vers le Pérou : 00 + 51 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Du Pérou vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.


Acheter une carte SIM/puce sur place est une option très pratique pour pouvoir passer des coups de fil dans le pays. Il suffit d’acheter, pour quelques soles, une carte SIM locale chez l’un des opérateurs (Entel, Claro, Movistar, Bitel...), représentés dans les nombreuses boutiques de téléphonie mobile.
On vous attribue alors un numéro de téléphone local, qu’il suffit d’alimenter en crédit.

 

CUISINE
Réputée pour être l’une des plus riches d’Amérique du Sud, la cuisine péruvienne est effectivement variée et savoureuse.

Sans surprise, c'est à Lima et dans les villes les plus touristiques, comme Cusco, que l'on trouve le plus grand choix et les meilleurs restaurants. Lima est même considérée, désormais, comme une destination gastronomique majeure du continent.

Il y a cinq traditions culinaires au Pérou.

La cuisine créole (criolla) d'origine espagnole, s'est développée sur la côte, et privilégie donc le poisson et les mariscos. Nombreux plats à base de poulet (pollo) également, de bœuf (res) et de canard (pato), presque toujours accompagnés de riz.

La cuisine andine offre une grande variété de soupes, les plus courantes étant les bouillons (caldo) et les potages (crema). Côté poisson, bonnes truites d'élevage. Les viandes de cuy (cochon d'Inde), de bœuf, de venado (chevreuil), de porc et d'alpaga réjouiront les carnivores. Et puis il y a les pommes de terre dont le pays compterait quelques milliers.

La cuisine de la forêt amazonienne est moins connue mais parfois surprenante grâce à une grande variété de poissons de rivière souvent cuits enveloppés dans une feuille de bijao, une plante locale En forêt, on mange aussi du sanglier, et bien sûr du poulet, généralement accompagné de yuca (manioc) et de bananes plantains frites ou pilées.

La tradition culinaire afro-péruvienne fait appel aux ingrédients que les hacendados (grands propriétaires terriens) réservaient à leurs esclaves : le cœur de bœuf et les abats en général, grillés au barbecue ou mijotés dans une sauce aux cacahuètes. Il en a résulté l'une des spécialités du pays : les anticuchos, ou brochettes de cœur de bœuf.

La cuisine chinoise ou chifa est peu différente de celle trouvée en Europe.

Vous trouverez quelques plats traditionnels comme :
Le Adobo : ragoût de porc mariné dans la chicha.
Ají de gallina : blanc de poulet déchiqueté dans une sauce à base de pain, de lait, de piment, d'ail et d'oignons.
Arroz chaufa : sorte de riz cantonais, servi dans les chifas.
Arroz con pollo : du poulet avec du riz donc, mais du riz cuisiné avec différentes herbes. Très populaire. Sur la côte, on préfère l'arroz con pato (canard).
Carapulcra : pommes de terre séchées, cacahuètes, viande de porc ou poulet.
Ceviche : le plat emblématique du pays, à goûter absolument ! Il s'agit de poisson et/ou fruits de mer crus coupés en petits morceaux et marinés dans du jus de citron vert (leche de tigre), avec des piments. Celui de conchas negras (grosses palourdes noires) est particulièrement délicieux. Il est servi avec des oignons crus - doux au goût -, du maïs et des patates douces.
La fraîcheur du poisson étant primordiale, les meilleures cevicherías ouvrent seulement le midi et ferment lorsque les poissons du jour sont épuisés.
Chicharrón : porc mariné et bouilli puis frit dans sa propre graisse, servi avec des oignons et du camote (patate douce).
Chupe : soupe de poissons (ou de fruits de mer) préparée avec du lait, du maïs, des fèves, des petits pois, des pommes de terre et rendue onctueuse par l'ajout de fromage frais et d'un œuf.
Cuy : Cochon d’Inde (Guinea pig sur les menus en anglais), plat de luxe, très populaire le dimanche, différemment préparé selon les régions : picante (en sauce avec des pommes de terre et du riz), al horno (farci et cuit au four, une spécialité de Cusco), grillé (comme à Arequipa ou Cajamarca), frit ou encore confit. Sa délicate chair rappelle celle du poulet et du lapin. Une bonne idée, dans les restos, est de le commander à l’avance, car sa préparation demande souvent au moins 1h.
Juane : spécialité de l’Amazonie. Grosse boule de riz fourrée (traditionnellement d’œuf dur et de poulet), puis cuite à l’eau bouillante, enveloppée dans une feuille de bijao.
Lomo saltado : émincé de bœuf sauté à la poêle, arrosé d’un filet de vinaigre, avec des oignons et des tomates, accompagné de frites et de riz. L’un des plats les plus typiques.


Pour les desserts, il y a le riz au lait, fréquemment proposé dans les menus du midi.
Le Churro, long beignet fourré de confiture de lait (manjar blanco) ou de chocolat saupoudré de sucre. Très populaire à Lima.

Il y a également toutes sortes de fruits exotiques.

Concernant les boissons, vous avez la chicha morada qui est un rafraîchissement (refresco) à base d'eau de cuisson de maïs violet, que vous pouvez boire chaud ou froid.

Le pisco est une eau-de-vie à base de raisin, que l’on trouve aussi au Chili.

La bière est très consommée également par les locaux.

Le Pérou produit également quelques vins Ocucaje, Santiago Queirolo et Tabernero mais ils sont loin de la qualité des vins Chiliens et Argentins.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

NOUS CONTACTER
149, rue Saint-Honoré
75001 Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Du Lundi au Vendredi 
de 09:00 à 19:00

HISCOX

APST

Atout France