colombie carte monplanvoyage 2

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide à la date de retour prévue et pour un séjour de plus de 90 jours, un visa est nécessaire.

 

CLIMAT
Avec une géographie aussi variée (côtes caraïbe et pacifique, régions andines, Amazonie... région désertique), il n’est pas étonnant de rencontrer des variations climatiques importantes.

La saison sèche, période idéale pour voyager, se situe entre décembre et mars, ainsi qu’en juillet-août, tandis que la saison humide se situe (ça varie selon les régions) en avril-mai et octobre-novembre.

Les conditions les plus difficiles se situent en haute altitude (à plus de 3 000 m), et on rencontre un taux d’humidité important en Amazonie et sur la côte pacifique à la saison des pluies.
La côte pacifique et l’Amazonie sont les régions les plus arrosées.

La région des caraïbes a une très faible pluviométrie toute l’année, températures variant entre 24 et 33 °C. Les îles de San Andrés et Providencia bénéficient du même climat, avec une période pluvieuse entre octobre et décembre.

Les régions andines (incluant Bogotá et Medellín) situées en altitude (respectivement à 2 600 m et à 1 500 m) possèdent un climat tempéré. Un peu froid pour Bogotá (entre 5 et 20 °C selon les saisons), plus agréable pour Medellín (entre 8 et 27 °C).
Il pleut beaucoup et toute l’année sur la côte pacifique (l’une des zones les plus humides de la planète !), mais c’est surtout entre avril et juillet, puis octobre et novembre.

En amazonie, les précipitations se concentrent entre janvier et mai et la température est égale toute l’année, entre 21 et 32 °C.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 7h en été et moins 6h en hiver.

 

DEVISE
Le peso colombien (COP).
Le dollar américain est aussi accepté partout. Il existe des billets de 1 000, 5 000, 10 000 et 20 000 $. Ensuite des pièces de 500, 200 et 100 $.
Bien faire attention aux billets, car on peut se mélanger les pinceaux entre les 1 000 et 10 000, ainsi qu’avec les 2 000 et les 20 000.
Pour changer de l’argent, vous avez le choix entre les banques et les casas de cambio. Dans un cas comme dans l’autre, avoir son passeport. On vous prendra l’empreinte d’un de vos doigts de chaque main puis on vous fera signer tout un tas de papier. Tout cela pour éviter les fraudes et le blanchiment d’argent sale.

Le taux de change appliqué lors des retraits aux distributeurs est généralement meilleur que celui proposé par les banques ou les casas de cambio.

 

LANGUE
ESPAGNOL

 

RELIGION
Majorité catholique.

 

SANTE
Il est recommandé d’être à jour de ses vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, hépatite B, et pour les séjours un peu longs, hépatite A.

Le vaccin contre la fièvre jaune est également recommandé si vous allez du côté de l’Amazonie.

Il est important de contracter une bonne assurance voyage qui garantisse, en cas de problème, une prise en charge des soins, voire un rapatriement si nécessaire.

Pas de boissons non contrôlées sauf bouillies (thé, café) et pas de glaçons (sauf dans les restos ou cafés chic).
Éviter les crudités dans les petits restos pas chers, le lait et ses dérivés non industriels, les viandes peu cuites ou servies non fumantes, etc.
Pour l’eau, bouteille (scellée) obligatoire.

 

TRANSPORT
Dans l’idéal, pour visiter le pays, il faut savoir combiner les différents modes de transport : avion pour passer d’une région à une autre, et dans une même région, le bus. La location de voitures peut servir d’appoint dans certains coins, à condition de se sentir à l’aise avec une conduite plutôt sportive.

Le bus est le moyen de transport le plus utilisé par les Colombiens. Chaque ville dispose d’un terminal de bus parfaitement organisé, avec petits restos, toilettes, distributeurs. On y trouve un très grand nombre de compagnies privées, certaines spécialisées vers les grandes villes, d’autres vers les petits patelins. Plus la distance est longue, plus les compagnies de qualité proposent des bus confortables.

Durant la période de Noël et de la Semana Santa, réservez à l’avance, quelle que soit votre destination.
Il est toujours préférable d’acheter ses billets directement au terminal de bus. On peut aussi le faire sur Internet pour les grandes compagnies.
À l’image du réseau de bus, les liaisons aériennes entre toutes les villes, grandes ou moyennes, sont extrêmement nombreuses et fréquentes.
La location de véhicules est une solution envisageable pour visiter un région donnée, mais pas pour explorer tout le pays. Il est bon de savoir que les loueurs de voitures ne sont pas aussi nombreux que dans les autres pays.
Si vous envisagez de rouler sur des pistes, alors il vous faudra un véhicule tout-terrain 4x2 ou 4x4. Si vous restez sur les routes nationales bitumées, une voiture de tourisme de petite catégorie suffit.
Bien vérifier l’état général du véhicule, la roue de secours, les essuie-glaces, les phares et les clignotants. Contrôler aussi le niveau d’essence. Évidemment, faites noter la moindre petite pétouille sur le contrat.
Ne pas perdre le contrat de location, sinon vous devrez payer un dédommagement.
On conduit à droite. Si en ville la vitesse est à peu près respectée sur les grandes routes tout le monde oublie les panneaux et les lignes blanches.
Bref, avoir les nerfs bien accrochés. Les Colombiens ont l’habitude de doubler les gros camions pratiquement à l’aveuglette.

Les taxis sont pratiques et pas cher pour circuler dans les villes. Les chauffeurs mettent le compteur sans problème. La somme due est celle indiquée au compteur, rien de plus.
À Cartagena de Indias, les taxis ne mettent pas les compteurs en marche, il faut donc fixer le montant de la course avant d’embarquer.

 

VIE PRATIQUE
Besoin d’un adaptateur car les prises à fiche plate.
Le peuple colombien se caractérise par son extrême joie de vivre et son amabilité, notamment envers le voyageur. C'est un peuple ancré dans le moment présent. La Colombianidad, l'art de vivre à la colombienne, séduit le touriste qui rencontre un peuple fier, croyant, hédoniste, travailleur, généreux, porté sur l'humour et l'autodérision mais ô combien patriotique.

La famille, c'est ce qui compte le plus dans le coeur de chaque Colombien.

 

TELEPHONE
De la France vers la Colombie : 00 + 57 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Colombie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

On peut utiliser son propre téléphone portable en Colombie avec l’option « Monde ». Renseignez-vous auprès de votre opérateur sur les conditions d’utilisation de votre portable à l’étranger.

Acheter une carte SIM/puce sur place si vous restez assez longtemps en Colombie, cela peut être une option avantageuse. Il suffit d’acheter une puce/carte SIM locale, à condition d’avoir un téléphone « débloqué », évidemment. Sinon, autre option, acheter un téléphone local dans un kiosque ou une boutique de téléphonie mobile. En Colombie, les réseaux les plus performants sont ceux des opérateurs Claro, Movistar et Tigo.

 

CUISINE
La cuisine colombienne varie d’une région à l’autre en fonction des cultures propres à chaque climat.
L’offre culinaire est plus souvent réduite, beaucoup de restos ne proposant que le sempiternel poulet rôti ou des grillades (de viande ou poisson), servies avec du riz ou des pommes de terre excepté dans les grandes villes.
Un des plats les plus populaires pour le petit déjeuner en Colombie est la changua. C’est une simple soupe au lait avec un œuf mollet.
L’ajiaco de Bogotá est une soupe à base de poulet, de maïs, de différentes pommes de terre et de crème de fromage.
La bandeja paisa provient de la région d’Antioquia. Ce plat peu diététique comporte du bœuf, du riz, des haricots noirs, du plantain frit, du chorizo, de l’avocat et... un œuf !
Cuit dans une feuille de bananier, le tamal est un plat à base de porc grillé avec du riz et des légumes.
Le patarasca est une préparation de poisson originaire d’Amazonie : on cuit le poisson avec du safran et du curcuma, dans une feuille de bananier. Il est souvent accompagné d’un ragoût qui peut varier selon les préparations.
L’arroz atollado est un plat typique de la Valle del Cauca. C’est une sorte de risotto avec des oignons, des poivrons, des tomates, du safran, beaucoup de poivre, le tout accompagné de porc et d’ailes de poulet.
De la poitrine de bœuf mijotée dans de la tomate et de l’ail, et on obtient un plat originaire de Santander, la sobrebarriga santandereana !
Le plat typique de La Guajira (nord-est) est le friche : à base de viande et de tripes de chevreau cuisinées... dans le propre sang de l’animal.
Le pusandao de carne vient de la côte pacifique et se prépare avec de la viande séchée, du poulet, du porc, des pommes de terre, des œufs, du manioc, le tout mijoté dans un bouillon. Il peut s’accompagner de riz au coco avec de l’avocat.
Voilà un plat typique de la côte caraïbe colombienne : le pargo frito con patacones y arroz con coco. Du poisson frit, du plantain aplati et frit (patacones), du riz au coco,.
Les carimañolas sont également originaires de la côte caraïbe : il s’agit de beignets de manioc fourrés à la viande de porc ou de bœuf.
La gamitana est un des meilleurs poissons d’Amazonie.
Ajoutons aussi la grande variété d’empanadas (pains fourrés à la viande ou au fromage), comme l’arepa, une sorte de pancake à la farine de maïs.
On trouve également une grande variété de fruits.
Côté desserts, on trouve des flans et gâteaux à la noix de coco, ainsi que des spécialités comme la mantecada (gâteau à la farine de maïs aromatisé à la vanille), la cuajada con melao (morceau de fromage frais enveloppé dans une feuille de bananier et arrosé d’un sirop sucré) et le postre de nata(gâteau à la crème de lait de la région de Cundinamarca et Boyacá).

Le café colombien est reconnu comme l’un des meilleurs cafés au monde
Les jus de fruits frais sont également excellents.

En boissons alcoolisées, vous trouverez le bière, le rhum qui est une boisson nationale de grande qualité.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !