Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor.

LA MARTINIQUE - INFORMATIONS PRATIQUES

martinique carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Carte d’identité ou passeport en cours de validité.
Attention : si vous voulez vous rendre dans les îles voisines, un passeport en cours de validité est parfois nécessaire, ainsi, théoriquement, qu'un billet de retour ou de continuation.

 

CLIMAT
Il fait chaud et la mer est tiède : elle peut dépasser 28 °C de juillet à octobre et sa température ne descend pas au-dessous de 26 °C durant la saison sèche.
Pour autant, la fraîcheur existe dans les hauteurs. En gravissant la montagne Pelée, vous découvrirez plusieurs étages climatiques, chacun avec sa végétation spécifique.

De fin décembre à avril, c'est la saison sèche, appelée le carême, et c'est la plus agréable.

De mi-juin à novembre, c’est la saison humide, également appelée l’hivernage. L’air (30 °C) est lourd, voire étouffant, lorsque les alizés ne rafraîchissent pas l’atmosphère, et les après-midis sont pluvieux.

Il y a des cyclones en août et septembre mais ils peuvent parfois apparaître plus tard.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 6h l’été et moins 5h l’hiver.

 

DEVISE
L’euro (€).
Les cartes de paiement sont acceptées dans la plupart des commerces. Mais attention, ce n’est pratiquement jamais le cas dans les gîtes et les chambres d’hôtes. Il est préférable d’avoir des espèces.

 

LANGUE
FRANÇAIS et CRÉOLE

 

RELIGION
Majorité catholique.

 

SANTE
Elle est soumise aux mêmes normes et réglementations sanitaires que la métropole. En conséquence, n'oubliez pas d'apporter votre carte Vitale au cas où vous devriez être hospitalisé sur place, ainsi que votre carte de mutuelle (ce qui vous évitera d’avancer certains frais), voire la carte européenne s'assurance maladie pour les autres ressortissants de l'Union européenne.

Il est recommandé d’être à jour de ses vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, hépatite B, et pour les séjours un peu longs, hépatite A.

 

TRANSPORT
Le bateau est le meilleur moyen de rallier le centre-ville de Fort-de-France quand on veut aller dans le Sud, au départ des Trois-Îlets (bourg des Trois-Îlets, Pointe-du-Bout, Anse-Mitan, Anse-à-l’Âne). En arrivant du nord-ouest, on peut également laisser sa voiture à Case-Pilote et profiter des navettes maritimes. En effet au vue des nombreux embouteillages, il est difficile de rallier Sainte-Anne ou Le Marin, le matin ou en fin d'après-midi.

La location de voiture est la meilleure solution pour visiter l’île. Attention, en haute saison il est indispensable de réserver longtemps à l'avance. Prévoir des frais de surcharge d’aéroport (environ 25 €) avec certaines. Prévoir également de rendre le véhicule à peu près propre (dedans comme dehors) : c’est une exigence courante chez les loueurs martiniquais.

La conduite nocturne se révèle particulièrement dangereuse. Plus que l'alcool, c'est la vitesse qui reste la principale cause de mortalité.

Si les localités du Sud-Ouest, allant des Trois-Îlets à Sainte-Anne disposent d’un réseau de bus convenable, baptisé Sud Lib, la fréquence et les horaires sont souvent aléatoires !). Le taxi collectif reste le seul transport en commun desservant toute la Martinique. Ils passent dans tous les villages sans exception. Les services au départ de Fort-de-France prennent fin aux alentours de 17h30, souvent beaucoup plus tôt dans les autres communes. Enfin, ils fonctionnent peu, sinon pas du tout le week-end

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur les prises sont les mêmes qu’en métropole.

Une seule compagnie, Vedettes Tropicales, relie la baie de Fort-de-France aux Trois-Îlets (bourg, Pointe-du-Bout, Anse-Mitan, Anse-à-l'Âne), ainsi que Case-Pilote au nord.

 

TELEPHONE
De la France vers La Martinique : 00 + 596 + numéro du correspondant.
Depuis ou vers la métropole, avec les formules d’abonnements illimités sur les postes fixes, la gratuité est normalement de mise chez les opérateurs, y compris vers un portable.

Depuis juin 2017, un voyageur européen titulaire d’un forfait dans son pays d’origine, peut utiliser son téléphone mobile au tarif national dans les 27 pays de l’Union européenne.

 

CUISINE
Vous aurez des plats traditionnels d’antan.
L’assiette créole est composée d’un boudin local avec peu de girofle et de cannelle, de l’oignon-pays et un peu de piment rouge.
Ne pas manquer les crabes farcis (touloulous ou matoutous, selon les saisons, nourris de mangues et de bananes). On trouve donc l’assiette créole à tous les menus, avant le poulet boucané et le colombo (curry de poulet, le plus souvent).
Puis un incontournable de la cuisine le colombo de cabri.

Il y a aussi les blaffs (poissons macérés dans un mélange aux épices et citron vert, juste saisis au court-bouillon). Viennent ensuite les potages, à commencer par la soupe z’habitant, et un grand classique de la cuisine familiale : le pâté en pot, qui est en fait un potage aux légumes et aux abats.

Pour les fêtes de fin d'année, goûtez au jambon de Noël, aux petits pâtés chauds et aux savoureuses cochonnailles du moment, sans oublier la fricassée de coq du Jour de l'an.

La morue fait aussi partie des bases de la cuisine martiniquaise.

Il existe près de 75 variétés de fruits et légumes :
Les gombos : couleur verte, aspect de piment, en plus gros. Cuits, ils deviennent gluants et sont servis en légumes ou en condiments.
L'igname : tiges grimpantes dont les racines sont lavées, rapées, séchées et broyée en farine. Goût proche de celui de la pomme de terre. On la sert en purée ou en pain.
Le manioc : grosses racines molles épluchées, râpées, pressées, séchées au four et broyées en farine. Servi en purée ou en grosses crêpes appelées kassav en créole. C’est d’ailleurs le « pain » traditionnel.
La christophine : un peu bosselée, jaune pâle ou vert clair, elle reste un des légumes les plus délicats. Verte, elle se mange en salade ; mûre, en gratin, en velouté.
Le giraumon : de couleur laiteuse, il a le goût du potiron. En soupe, c'est un régal ; en purée (giraumonade) ou mixé avec des écrevisses.
La patate douce : de couleur rose ou orangée, au goût légèrement sucré. Se mange en légume, bien sûr, mais sert aussi pour la préparation des desserts.
Le fruit à pain : ressemble à la calebasse, mais en plus granuleux. Servi à toutes les sauces, comme la pomme de terre. Un régal en gratin.
La carambole : un joli petit fruit jaune en forme d'étoile. Se consomme essentiellement en jus au goût d'agrume assez acide.
Le corossol : la chair laiteuse est pleine de petites graines aux vertus digestives. Il est surtout consommé en jus glacé pour ses vertus apaisantes et rafraîchissantes.
La goyave : un petit fruit rose, au goût douceâtre et farineux. Excellent en jus et très riche en vitamine C.
Le maracuja ou fruit de la passion : fruit de la passiflore, ovoïde et lisse quand il est frais, qui renferme d’incroyables saveurs.
Les bananes : de la banane-légume

La boisson locale la plus consommée est le rhum et le ti-punch. Traditionnellement, les verres et les bouteilles sont sur la table, le citron est coupé en petits morceaux dans une soucoupe et le sucre dans une autre.

Il y a aussi la bière locale, très douce.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

NOUS CONTACTER
149, rue Saint-Honoré
75001 Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Du Lundi au Vendredi 
de 09:00 à 19:00

HISCOX

APST

Atout France