Articles in Category: Asie

Asie description

Mongolie

Vous voyagerez à travers les régions les plus spectaculaires du pays. Peu de traits communs entre le mythique et aride désert de Gobi, les vastes plaines luxuriantes du centre ou encore le grand lac sibérien Khuvsgul, si ce n’est leur immensité. Vous jouirez d’une diversité maximale de paysages et découvrez trois écosystèmes différents.
Vous partirez en 4x4 pendant tout le séjour et goûterez aux spécialités culinaires mongols.
Tout d’abord vous visiterez la ville d’Oulan Bator et son monastère où les mongols se font bénir par les lamas astrologues ou médecins.

mongolie oulan bator capitale monplanvoyage

Puis direction le canyon Yoliin Am. Ce seront les premières images désertiques d’un immense plateau aride et caillouteux. Vous entrerez dans le parc naturel de Gobi. Vous aurez une marche à pied pour atteindre le canyon et sa gorge abrite plusieurs sources d’eau formant des glaciers l’hiver, ainsi que de nombreuses espèces animales rares.
Les prochaines nuits seront prévues en yourte pour s’imprégner des coutumes locales.

mongolie gobi monplanvoyage

Vous emprunterez une piste traversant des paysages arides et lunaires pour arriver aux majestueuses dunes de Khongor. En les approchant, vous entendrez peut-être leur mélodie qui fait d’elles les « dunes chantantes ».

En fin de journée, vous verrez un coucher de soleil dans un décor surréaliste.

mongolie khongor dune monplanvoyage

Puis route pour Bayanzag et vous vous promènerez au pied des falaises de sable de couleur ocre. Vous y trouverez également l’un des sites paléontologiques le plus important: c’est ici qu’ont été découverts de nombreux os et squelettes de dinosaures au XXème siècle. Vous y découvrirez aussi une flore unique du désert.

mongolie bayanzag monplanvoyage

Le lendemain, vous commencerez votre remontée vers le centre de Mongolie en passant par le bassin de la rivière Olgii puis vous vous dirigerez vers le monastère Ongi.

mongolie olgii riviere monplanvoyage

Vous prendrez la longue route jusqu’à Karakorum, la cité légendaire de Gengis Khan et vous verrez le plus important monastère bouddhiste de Mongolie.
Vous continuerez vers la Mongolie typique avec ses plaines verdoyantes parsemées de yourtes, de troupeaux en liberté et nomades galopant sur leurs petits chevaux robustes. La vallée d’Orkhon est l’une des plus peuplée de Mongolie en raison de la fertilité de ses sols. 
Ici, vous serez accueillis par une famille de Nomade pour mieux appréhender leur mode de vie.

mongolie nomade yourte monplanvoyagemongolie nomade cheval monplanvoyage

Votre séjour se poursuivra en osmose avec la nature puisque vous partirez 2 jours à cheval, accompagnés par des yaks de bâts, sur le splendide site naturel de la région des huit lacs.
Une faune et flore riches caractérisent cette région et vous progresserez de lacs en lacs au cœur d’un environnement sauvage où les véhicules ne peuvent pas accéder la plupart du temps et profiterez de merveilleux paysages de steppes boisées.

mongolie lac yak monplanvoyagemongolie lac monplanvoyage

Après un retour dans la famille de nomade, vous vous rendrez à l’Ermitage bouddhiste de Tuvkhun niché sur les contreforts boisés du massif du Khangaï. Ce joli édifice se fond parfaitement dans son environnement naturel et vous pourrez y découvrir les grottes et caves de méditation.
Enfin, vous quitterez la vallée d’Orkhon pour une baignade dans les sources d’eau chaude de Tsenkher. Son eau sulfureuse jaillissant à 86,5°C est réputée pour ses vertus médicinales.

mongolie orkhon vallee monplanvoyage

Puis, vous vous dirigerez vers la capitale de l’Aïmag Arkhangaï (« Khangaï du nord »). « Jardin » en Mongol, Tsetserleg est particulièrement « verte » pour la Mongolie. Vous aurez des vues magnifiques sur la ville, une visite du beau Monastère-musée Zaïaan Khüree sera pévue ainsi qu’une promenade au marché, aux couleurs locales.

mongolie aimag monplanvoyage

Direction le parc naturel Terkhiin Tsagaan Nuur où vous passerez la nuit au bord du lac en yourte. Une ascension du volcan Khorgo sera plannifié pour avoir une vue imprenable sur le lac formé par une éruption de lave volcanique.

mongolie lac parc monplanvoyagemongolie volcan monplanvoyage

Deux jours de route seront nécessaires pour rejoindre le lac Khuvsgul. Vous verrez des paysages montagneux et vallonnés couverts de forêts de conifères. Un trekking d’une journée dans le massif de Shine - Ider sera réalisé pour admirer cet environnement. Enfin vous atteindrez le lac avec son eau cristalline qui est si pure que vous pouvez la boire.
Vous aurez une journée de repos après ce long périple. Une promenade à cheval sera faite sur les plages, entre forêts de pins et de mélèzes, troupeaux de yacks et de moutons.

mongolie lac khuvsgul monplanvoyage

Enfin retour vers Murun pour votre dernier jour en terre mongol.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Ouzbekistan

Au cœur de l’Asie centrale, c ‘est un pays unique en son genre au carrefour des civilisations avec les traces des grands empires : de celui d’Alexandre le Grand à celui des tsars.
Vous partirez à la découverte des trois villes légendaires de l'Ouzbékistan, Samarcande, Boukhara et Khiva en passant par le désert Kyzylkoum avec une expérience en yourte avec l’habitant.
Tout d’abord vous partirez avec un guide francophone vers Khiva avec sa vieille ville et ses maisons aux détails ornementaux prestigieux. Une balade au marché sera également prévue avec visite des ateliers de sculpture sur bois.

khiva ouzbekistan monplanvoyage 2khiva marche ouzbekistan monplanvoyage

Puis vous vous dirigerez vers les forteresses Toprak et Ayaz kala datant du 3ème siècle avant JC et vous vous installerez dans vos yourtes pour vous détendre et appréhender l’atmosphère qui y règne.

tamanna kala ouzbekistan monplanvoyage

Une traversée du désert Kyzylkoum vers Boukhara Kyzyl Koum se fera en longeant les rives de l’Amou Daria, deuxième "ville musée" d’Ouzbékistan qui fut la capitale régionale.

ouzbekistan desert monplanvoyage

À Boukhara, vous visiterez les principaux monuments pendant une journée. Une journée libre vous sera accordé pour admirer l’artisanat local et pourquoi pas profiter d’une pause détente au hammam bukhare.

boukhara ouzbekistan monplanvoyageboukhara monument monplanvoyage

Vous prendrez la direction de Guijdouvan avec une étape pour visiter l’atelier d’une dynastie d’artisans céramistes et vous continuerez vers la gorge du Sarmych qui conserve les pétroglyphes rupestres. Un déjeuner pique-nique sera prévu selon la météo.

guijdouvan ouzbekistan monplanvoyage

Arrivée à Samarcande, vous visiterez sa place célèbre et de toute beauté, la place Reghistan, la nécropole de Chakhi Zinda, la mosquée et le grand bazar de la ville.

samarcande ouzbekistan monplanvoyage

Vous découvrirez l’hospitalité ouzbek en dormant chez l’habitant et en partageant leur quotidien. Avec la famille vous irez au marché local puis, vous préparerez avec eux le déjeuner où vous apprendrez à cuisiner des spécialités locales (manty, chourpa etc) et vous les dégusterez ensuite en compagnie de la famille.


samarcande marche monplanvoyage

Le lendemain vous partirez vers les montagnes Takhta Karatcha d’où s’ouvre un beau panorama sur les montagnes de Zerafchan. Protégée par l’UNESCO, une visite de la ville avec un guide local francophone sera prévu: les vestiges du palais d’Ak-Sarai, la Mosquée de Kok Goumbaz qui signifie "coupole bleue", la Mosquée de Kharzet Imam et le Mausolée. Ensuite direction le village Tersak.
C’est un petit village typique perdu au milieu des montagnes où les habitants parlent français grâce à l’école de français seule dans le village. Vous serez accueillis par la famille d’un professeur de français. Vous partagerez le repas avec la famille et prendrez connaissance de leur mode de vie. Vous y resterez une nuit avant votre retour sur Samarcande.

ouzbekistan montagne monplanvoyageouzbekistan tersak monplanvoyage

Vous aurez une journée libre à Samarcande avec chauffeur à disposition si vous souhaitez faire des achats ou vous balader. Puis route vers Tashkent, capitale aux monuments de l’époque médiévale avec un guide local francophone. Une séance de spectacle ou un ballet à l’Opéra pourra être programmé pour votre dernière soirée.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Srilanka

srilanka carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Electronic Travel Authorization (E.T.A.) obligatoire, à se procurer en ligne et un passeport.

L’ETA s’obtient en ligne par Internet, il est nominatif et personnel. Il n’est pas nécessaire de présenter une copie du passeport ni de fournir une photo. Il suffit de remplir le formulaire en ligne en cliquant sur formulaire.

Il est valable 30 jours à partir de votre date d’entrée au Sri Lanka et pour une double entrée sur le territoire (ce qui permet par exemple d’aller passer quelques jours aux Maldives ou en Inde et de revenir ensuite au Sri Lanka – mais le tout en 30 jours).

ETA de transit est une entrée unique pour une durée de 2 jours ; gratuit (mais il faut quand même remplir la demande sur le site).
Toutes ces démarches sont gratuites pour les enfants de moins de 12 ans

À l’arrivée à l’aéroport international de Colombo, lorsque les visiteurs se présentent au bureau de l’immigration, ils doivent donc être munis d’un passeport d’une durée de validité supérieure à 6 mois, d’une copie de l’agrément E.T.A., ainsi que de leur billet d’avion retour, et d’une petite fiche d’identification remise dans l’avion, à remplir soigneusement.

  

CLIMAT
C’est un climat de type équatorial.
La meilleure saison pour tout voir se situe entre fin janvier et avril. C’est à cette époque que la pluviosité est la plus faible et l’ensoleillement le plus important.

La grande mousson est celle du Sud-Ouest, elle règne théoriquement de mai à fin août sur la côte occidentale (Colombo, Negombo, Galle) et sur tout le sud de l'île. L'atmosphère est moite et collante avec près de 95 % d'humidité.
Pour le Sud-Ouest, la saison sèche s’étend de novembre à mars.

La petite mousson est celle qui sévit (mais il y a des années où elle ne se produit pas) d'octobre à fin février sur la côte est (Trincomalee, Batticaloa, Arugam Bay) et dans une moindre mesure au nord (Jaffna).
Pour le Nord-Est, la saison sèche s’étend d’avril à septembre-octobre.

  

DECALAGE HORAIRE
Plus 03h30 en été à Colombo et plus 04h30 en hiver.

 

DEVISE
La roupie sri lankaise (Rs).

 Les euros sont changés partout, même si le dollar, qui a un taux de change à peine inférieur, reste la monnaie de référence.

Le change dans les banques est possible dans toutes les grandes et petites villes.

Demandez des petites coupures, car faire la monnaie n’est pas toujours évident. N’acceptez jamais de billets en trop mauvais état ; vous auriez du mal à les écouler.

Possibilité de changer dans presque tous les hôtels à un taux beaucoup moins intéressant que celui des banques.

A l’aéroport, au niveau des arrivées, plusieurs comptoirs de banque et bureaux de change tentent d’alpaguer les nouveaux arrivants. Pas besoin de les comparer : tous affichent le même taux. Très intéressant d’ailleurs. Une bonne option.

S’il vous reste quelques billets au moment du départ, possibilité de les changer à l’aéroport dans le hall de départ, avant l’enregistrement. Mais il faut un récépissé de change.

Vérifiez bien que le distributeur accepte votre carte. La People’s Bank, très répandue, ne prend généralement que la carte Visa. Mais la plupart des autres distributeurs acceptent les cartes Visa et MasterCard.

 

LANGUE
Le CINGHALAIS, le TAMOUL.

 

RELIGION
A majorité bouddhisme et hindouisme.

  

SANTE
Il est recommandé de faire le vaccin contre l'hépatite A et la typhoïde et d'être à jour sur les vaccins universels.

Pas de vaccin obligatoire.

Ne boire que de l’eau en bouteille, décapsulée par vos soins ou sous vos yeux. Proscrire les glaçons, éviter les légumes non cuits, le lait et ses dérivés non industriels, s’abstenir de tout produit qui aurait pu être congelé.

Pas besoin de traitement antipaludique mais pour limiter les risques, ne portez que des vêtements recouvrant le maximum de surface corporelle - vêtements qui seront au mieux imprégnés d'insecticide (Insect Ecran Vêtements) ; pour les parties qui restent découvertes, utilisez des crèmes, pommades ou sprays répulsifs antimoustiques (à renouveler toutes les 4h au maximum)

 

TRANSPORT
Le trajet qui relie Colombo à la côte sud peut se faire soit en train (lent mais intéressant), soit en bus puisque les distances d'un centre d'intérêt à un autre sont assez courtes et que la route est correcte. C’est la portion de bitume la plus embouteillée du pays.

Vous pouvez aussi opter pour la récente autoroute Southern Expressway, qui relie le sud de Colombo à Matara en passant par Galle, mais les paysages n’ont plus aucun intérêt et les bus empruntant cette voie ne s’arrêtent pas dans les villes secondaires.

Entre Colombo et Kandy, il faut grimper dans le train pour vivre une expérience unique à travers de merveilleux paysages. De même, pour aller vers Nanu Oya (la gare proche de Nuwara Eliya), Haputale et Ella.
Le train est un excellent moyen de transport pour l'ambiance qui règne dans ses wagons, pour la beauté des paysages traversés et pour la sécurité qu'il apporte

À partir de Kandy et pour rayonner dans le Triangle culturel, louer une voiture avec chauffeur permet de visiter la majorité des sites sans perdre trop de temps. Dans cette région, les correspondances en train sont compliquées et le bus, s’il relie les sites entre eux, nécessite d’avoir du temps devant soi.

Si vous le pouvez, évitez de prendre le bus pour de longs trajets. Limitez-le plutôt à un moyen de transport d'appoint.
Il existe 2 grandes familles de bus : ceux de la compagnie gouvernementale (SLTB) et ceux des compagnies privées, innombrables.
On paie directement dans le bus.
Les bus Intercity reliant les principales villes sont sans arrêt ou presque. Ils sont donc plus rapides et presque confortables car ce sont les seuls où le nombre de passagers correspond presque à celui des sièges.
Attention aux places réservées aux moines : ce sont les 2 premières juste derrière le chauffeur.
Les bus gouvernementaux desservent indifféremment villes principales et petits patelins.

Pour les longs trajets, préférer le train ou la voiture avec chauffeur.
La location de voiture sans chauffeur est totalement déconseillée.

 

VIE PRATIQUE
Besoin d’adaptateur.

Les bouddhistes ont leur propre symbolique des couleurs. Ainsi, lorsqu’ils vont au temple rendre leurs dévotions, ils s’habillent de blanc, symbole de pureté, de savoir et d’émancipation. S’ils n’attendent pas des touristes en visite la même discipline vestimentaire, sachez cependant que vous prenez le risque d’être regardé de travers si vous êtes vêtu de noir des pieds à la tête.
Pas de problème en revanche pour entrer ainsi dans un temple hindou : le noir y est symbole de la pureté originelle,

La main gauche est impure donc même les gauchers mangent avec leur main droite.

Les Sri Lankais dodelinent de la tête, comme les Indiens.

On ne tourne JAMAIS le dos au Bouddha. Pour prendre une photo, mettez-vous de côté, en biais par rapport à la statue, sinon c’est un blasphème. Et si vous avez un bouddha tatoué sur le corps, cachez le car c’est une offense.

Une tenue décente est conseillée. Pas d'exhibitionnisme ni de topless sur la plage où le naturisme est prohibé.

Les monuments religieux, même désaffectés, se visitent toujours pieds nus, épaules et genoux couverts et tête au vent, sans casquette ni chapeau.

 

TELEPHONE
De la France vers le Srilanka : 00 + 94 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Du Srilanka vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Acheter une carte SIM sur place est une option avantageuse pour certaines destinations. Il suffit d’acheter à l’arrivée une carte SIM locale prépayée chez l’un des opérateurs sri lankais (Dialog, Mobitel, Etisalat, Airtel, Hutch) : dans les boutiques de téléphonie ou à l’aéroport.
On vous attribue alors un numéro de téléphone local et un petit crédit de communication.

 

CUISINE
Le meilleur repas sri lankais s’appelle le rice & curry.
Il se décline en version végétarienne (la moins chère), à la viande, avec un œuf ou bien aux fruits de mer (plus cher), qui donneront son nom au plat, soit rice and chicken curry ou fish curry, etc.

Les plats que l’on trouve le plus souvent sont le dahl (purée de lentilles), ladies fingers (ou gombo : une sorte de haricot-courgette strié et un peu gélatineux), patate douce, manioc, coco sambol (noix de coco râpée, oignons, piment, citron, sel), haricots en sauce, fleurs de banane, papadams(de petites galettes de farine de lentilles frites et craquantes) et parfois du chutney de mangue...
La noix de coco râpée sert à calmer l’ardeur du chili, un petit piment rouge.

Pour les poissons, le plus courant est le seerfish, une espèce proche du colin, servi en darnes. Excellent lorsqu'il est frais, il est malheureusement souvent congelé puis frit ou trop cuit pour masquer son manque de fraîcheur. Vous apprécierez aussi le thazard, la bonite, le poisson sabre et le marlin.
Les crabes (notamment à et de Jaffna) et les grosses crevettes sont succulents.

La viande est généralement de piètre qualité, trop cuite et toujours préparée en sauce. On trouve principalement de la volaille, du bœuf et du mouton. Elle est souvent congelée et les défaillances frigorifiques ne lui font pas que du bien.

Les boulangeries offrent un large choix de beignets farcis, petits sandwichs et chaussons fourrés (légumes, viandes, œufs, fromage...)

Côté plats typiques vous avez :
Kottu roti : c’est un mélange de roti (pain), légumes, œufs, épices et viande (poulet ou bœuf, en général) qui cuisent sur une plaque brûlante.
Patties ou cutlets : les premiers sont des beignets farcis. Les seconds, des acras à base de lentilles épicées.
Biryani : riz épicé et cuit avec différents aromates, accompagné de poulet, de mouton et d’un œuf dur.
Le fried rice se décline aussi avec diverses viandes et légumes.
Lamprai : riz et légumes cuits avec du piment et servis dans une feuille de bananier.
Devilled : ce sont tous les plats très pimentés

Concernant les desserts, vous avez :
Wattalapan : sorte de crème dessert à la consistance de Flanby, préparé à base de lait de coco et aromatisé au clou de girofle.
Le curd : du lait caillé de bufflonne qui se rapproche de notre faisselle.
Konda kevum : un beignet frit, gonflé comme une madeleine, à base de farine de riz, lait de coco

Les jus de fruits frais (palathuru yusha) sont excellents.
Les lassis, originaires du nord, sont élaborés à base de lait fermenté, le lassi peut se boire nature (goût légèrement salée) ou bien mixée avec des fruits (souvent mangue ou banane).
La bière de production locale est agréable.
L'arrack provient de la distillation du nectar extrait des fleurs du cocotier et est plus fort.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Thaïlande

La Thaïlande a plusieurs visages. Tout d’abord, Bangkok, mégapole hyperactive et monstre urbain où l’on se perd avec plaisir. Puis le Sud, ses îles, ses plages et ses rocs jaillis de la mer, sa cuisine plus épicée, sa mentalité un peu différente et ses influences musulmanes. Enfin, le Nord, Thaïlande profonde, originelle avec ses anciens royaumes fondateurs, son rythme de vie détendu, ses temples bouddhiques, sa terre fertile, ses montagnes et ses forêts... Trois Thaïlande donc, physiquement et culturellement différentes.
Cependant, d’un bout à l’autre de la Thaïlande se retrouvent les qualités nationales : une forte identité, le Siam n’ayant jamais été colonisé et ayant développé des arts, une culture et même un alphabet propres ; un sens aigu des conventions sociales et de la politesse, beaucoup de pudeur aussi, de calme et de dignité ; une forte religiosité et une quasi-vénération pour la famille royale, élue de Dieu; enfin, pas mal d’humour, et un solide appétit - Thaïlandais épicuriens, toujours prêts à faire la fête, à bien manger et à bien boire.
Bienvenue au pays du sourire !

bangkok marche food rue thailande monplanvoyagethailande plage sable monplanvoyage

Vous débuterez votre voyage de noces au Nord, à Chiang Mai. Vous serez accueillis dans un superbe hôtel pour récupérer de votre vol.

chiang mai jardin palais thailande monplanvoyage

Puis direction Elephant Care le lendemain. Ce programme est fait pour le bénéfice des éléphants et des locaux qui s’occupent d’eux. Vous apprendrez à préparer un repas sain pour les éléphants, vous les nourrirez et vous passerez des moments privilégiés avec eux.
Lors du déjeuner, vous dégusterez des plats typiques thaïs préparés sur place par les locaux.
Puis, vous marcherez dans la jungle sauvage à côté des éléphants et vous découvrirez le comportement de ces animaux dans leur milieu naturel.

chiang mai elephant soin thailande monplanvoyage

Vous partirez à l’ascension de la montagne de Doi Suthep pour assister à la prière des bonzes, qui a lieu chaque soir à 18h (17h30 pour les jours saints).
Ce moment sacré et très émouvant. Vous pourrez même vous faire bénir par un bonze, qui vous remettra un petit bracelet pour vous porter chance. Profitez de l’occasion pour visiter ce fameux temple, Wat Phra That Doi Suthep, un point de repère de Chiang Mai où des reliques sacrées de Bouddha sont tenues dans un lieu sacré dans le stupa doré. La vue panoramique sur Chiang Mai et tout le paysage qui l’entoure est très belle.

doi suthep escalier ascension montagne priere bonze sacre thailande monplanvoyagedoi suthep temple bouddha vue thailande monplanvoyage

2ème partie du séjour, la capitale Bangkok.
Vous visiterez le temple Wat Phra Keo (Temple du Bouddha d’Émeraude), qui est en fait la Chapelle Royale du Grand Palais. Le Bouddha, qui ne mesure que 60 cm, est la statue la plus célèbre et la plus vénérée de Thaïlande.
En bateau à travers le Khlong de Thon Buri, ancienne capitale au caractère lacustre, vous observerez la vie traditionnelle au bord des canaux, admirer le contraste entre la vie moderne et tumultueuse de Bangkok et les lieux encore préservés de la capitale.

bangkok canal magasin thailande monplanvoyagebangkok palais bouddha royal thailande monplanvoyage

Puis vous visiterez le temple Wat Arun, dit le Temple de l’Aurore, avec son magnifique clocher.

Autre visite, le marché flottant de Damnoen Saduak. C’est le marché le plus populaire de Thailande. Situé dans la province de Ratchaburi à environ 1h de Bangkok, sur la route, vous profiterez du paysage entre les marais salants et les étals de sel dans une campagne luxuriante.
Il faut être matinal pour y découvrir plus d’authenticité et éviter la chaleur. Le défilé des bateaux de fruits exotiques, de légumes, de poissons, de crustacés sur les embarcations vous mettra en appétit.

bangkok temple clocher sacre thailande monplanvoyagebangkok marche canal food thailande monplanvoyage

Suite au marché de Mae Klong, l’un des plus grands marchés de fruits de la Thaïlande, situé sur les rails d’un chemin de fer. Au passage des trains, les marchands libèrent la voie pour en reprendre possession une fois le train passé.

bangkok marche rail food thailande monplanvoyage

En début de soirée vous partirez dans l’un des stades les plus populaires de la capitale pour assister au sport national, le Muay Thai, sorte de boxe thai.

bangkok stade sport boxe combat thailande monplanvoyage

Enfin 3ème partie du séjour le sud et les plages paradisiaques.
Vous commencerez par l’île de Khao Lak et vous partirez pour la journée en excursion sur les îles Similan, parc national protégé. Vous découvrirez ces îles à la flore luxuriante, et leurs plages au sable blanc et à l’eau turquoise.

khao lak ile plage sable thailande monplanvoyagesimilan iles sable blanc plage thailande monplanvoyage

Puis direction l’île de Koh Yao Noi qui offre des trésors cachés et des plages à couper le souffle loin de l’afflux touristique.
Enfin Krabi, dernière étape, dans un hébergement niché au cœur d'Ao Phang Nga, l'une des baies les plus belles d'Asie.
La plage et le jardin ouvrent directement sur un paysage d'îles et de pitons rocheux.
Ce lieu a été conçu comme un lieu convivial, de repos et de détente.

koh yao noi ile plage sable thailande monplanvoyagekrabi plage piton bateau thailande monplanvoyage

Pour la journée, vous partirez en bateau pour visiter l’île de Koh Phi Phi.
Puis une autre journée sera consacrée à Hong island avec une balade en kayak.
Vous pourrez compléter ce séjour dans ce lieu paradisiaque par un massage pour une relaxation totale.

hong ile plage sable blanc turquoise kayak thailande monplanvoyage

Mongolie

Mongolie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable au moins 6 mois après le retour et un visa obligatoire.

Pour obtenir le visa, à se procurer avant le départ, il faut présenter les pièces suivantes :
• un passeport valable au moins 6 mois après le retour ;
• un formulaire de l'ambassade dûment rempli ;
• 1 photo d'identité couleur (format 4,5 x 3,5 cm ; pas de photocopie ni de scan) ;
• une attestation de transport émise par l'agence de voyage ;
• une attestation d'assurance rapatriement mondial couvrant les frais médicaux et de rapatriement.

La taxe d'aéroport à régler au départ de la Mongolie s'élève à 12 US$.

 

CLIMAT
Le climat est continental par excellence, avec des saisons très marquées : été très chauds, hivers très froids.

Il faut surtout se méfier des changements de temps qui surviennent brusquement quelle que soit la période. Un voyage en Mongolie, même en été, ne peut pas s’envisager sans des vêtements très chauds.
Le climat mongol est ensoleillé (270 jours de soleil par an), montagnard et particulièrement sec.
Les précipitations sont très faibles, mais rassemblées sur les mois d’été (juillet et août).

Autre caractéristique majeure du climat mongol, les vents violents, qui soufflent toute l'année, particulièrement au printemps. Le karaburan ou « blizzard noir » souffle dans le désert de Gobi, créant une quasi obscurité.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 07h00 en été à Oulan Bator.

 

DEVISE
Le tugrik (Tg).

Il existe des distributeurs pour retirer de l’argent avec une carte bleue à Oulan-Bator. Attention, ceux qui sont situés dans les magasins et les hôtels ne sont accessibles que pendant la journée. En province, la carte de crédit est inutilisable.

Il y a de nombreuses banques locales, telles la Khaan Bank. Les cartes Visa et MasterCard sont acceptées à Oulan-Bator dans les hôtels et principaux points de vente de souvenirs.

À Oulan-Bator, on peut aussi bien changer des euros que des dollars américains. Les commissions varient d’une banque à l’autre. En dehors d’Oulan-Bator et de quelques rares grandes villes, il n’existe pas de possibilité de changer.
On peut faire des retraits avec une carte Visa. La carte est difficile à utiliser en dehors des grands établissements.

 

LANGUE
Le MONGOL.

 

RELIGION
A majorité bouddhiste.

 

SANTE
Il est recommandé de faire le vaccin contre l'hépatite A et la typhoïde et d'être à jour sur les vaccins universels.

Aucun vaccin n’est obligatoire pour se rendre en Mongolie.
Il est important de souscrire une assurance maladie et rapatriement. Vérifiez que votre assurance fonctionne en Mongolie.

Ne pas boire l’eau du robinet.

Pour prévenir les piqûres de tiques, portez des vêtements amples, utilisez des sprays répulsifs et examinez-vous bien après chaque balade dans la campagne ou en forêt.

 

TRANSPORT
La Mongolie souffre d’une infrastructure routière déficiente : 1 à 2 % seulement de son immense réseau de pistes est goudronné, et les routes souffrent des aléas climatiques. La signalisation est quasi absente, l'éclairage de nuit presque inexistant. Du coup, il faut être patient lors du moindre déplacement.

On déconseille fortement de conduire : mieux vaut vraiment faire appel à un chauffeur habitué aux conditions de voyage locales (mais qui ne parle pas forcément l'anglais). Quoi qu'il en soit, louer une voiture sans chauffeur reste difficile. De plus un permis de conduire international est nécessaire.

Différents minibus existent, plus ou moins rapides et confortables, selon les itinéraires et la fréquentation.
Les guest houses d'Oulan-Bator proposent souvent des circuits avec chauffeur. Veillez à toujours vérifier ce qui est compris ou non dans le tarif.

Le principal axe ferroviaire traverse le pays du nord au sud. Ce train transmongolien relie la Russie (Oulan-Oude, Irkoutsk) à la Chine (Pékin) en passant notamment par Oulan-Bator. Malheureusement, ce moyen de transport économique n'offre pas les conditions de sécurité optimales, notamment sur la partie nord de la ville. On conseille de voyager en 1e classe.

En ville :
Il y a plusieurs compagnies de taxis à Oulan-Bator et dans les plus grandes villes du pays. C’est le meilleur moyen de se déplacer en ville, et de loin le plus rapide. Chaque voiture possède un compteur.

Les bus sont peu coûteux et pratiques dans le centre d’Oulan-Bator. Ils sont tout le temps bondés. Leur réseau fonctionne bien. Attention, des vols sont commis pendant les trajets.

 

VIE PRATIQUE
Besoin d’adaptateur.

Soyez décontractés, soyez patients, ayez de l’humour ! Le peuple mongol est joyeux et blagueur. Il n’a pas la même notion du temps que nous Européens, et vit dans une société pleine de tabous religieux.

Ils ont à cœur votre sécurité, mais aussi le respect des règles et de l’harmonie mongoles.

Serrez immédiatement la main de la personne que vous avez bousculée ou sur le pied de laquelle vous avez marché.
Dans une yourte, gardez votre chapeau, évitez de stationner sur le seuil de la porte, asseyez-vous tout de suite à gauche de l’entrée et attendez qu’on vous invite vers la place d’honneur au fond de la yourte.

Respectez infiniment l’autel qui se trouve à l’opposé de la porte dans la yourte.

Dans une yourte ou autour d’un ovoo (amas de pierres, de branches et d’offrandes dans la campagne), déplacez-vous dans le sens des aiguilles d’une montre.

Recevez ce qui vous est tendu des deux mains, ou de la main droite avec la main gauche collée au coude droit (en signe de bonnes intentions).

Mangez ou buvez les aliments qu’on vous offre, ou à défaut goûtez-y. Si c’est de l’alcool et que vous n’en buvez pas, trempez-y les lèvres par politesse.

Ne portez pas de vêtement simplement posé sur vos épaules ; ne gardez pas vos manches roulées au-dessus des coudes.

N’enjambez rien ni personne, contournez les objets, même s’ils sont posés au sol.

Le feu est sacré. N’y jetez rien, ne le montrez pas du doigt, ne pointez rien en sa direction. Ne tendez pas les jambes vers lui. Ne dispersez pas les cendres d’un foyer, même éteint.

Ne frappez jamais à la porte d’une yourte. Faites-vous entendre en arrivant à proximité, puis entrez-y directement en franchissant le seuil du pied droit.
Dans une yourte, ne vous appuyez pas aux deux poteaux qui portent le toit (ils sont empreints d’une symbolique religieuse)
À l’intérieur, vous pouvez chantonner, mais pas siffler

 

TELEPHONE
De la France vers la Mongolie : 00 + 976 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Mongolie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

A Oulan-Bator, on trouve des téléphones à tous les coins de rue pour des appels locaux.
Pour les appels internationaux, mieux vaut aller à la poste centrale, dans les grands hôtels ou chez un particulier.
Dans les villages, il y a un téléphone dans les bureaux de poste.
L’accès au Web est possible dans le bureau de poste.

 

CUISINE
Les Mongols sont de grands amateurs de viande, fraîche ou séchée.

La viande (makh), surtout de mouton, est en effet présente dans tous les plats, et accompagne des pâtes ou du riz (façon goulache), des soupes (chöl). Elle peut aussi fourrer des beignets (khuchuur), des ravioles (buuz).

Les légumes (choux, pommes de terre, carottes), eux, ne sont souvent présents qu’en petite quantité.

Le riz (tsagaan budaa) ou les pâtes constituent l’essentiel de chaque plat ou presque, dont la soupe, qui est le plat unique régulièrement consommé sous la yourte.

Le midi et en été, les Mongols consomment essentiellement des « aliments blancs », c’est-à-dire des produits laitiers (fromages divers, lait de jument fermenté, crème de lait…) avec des beignets (boortsog).

Les éleveurs finissent parfois leur repas en étalant sur des boortsog du beurre ou de la crème de lait (orööm). C’est très nourrissant.

En guise de dessert, vous aurez des fruit si c’est en ville, des gâteaux secs si c’est dans un village.

Les Kazakhs, qui sont musulmans, ont des traditions culinaires plus proches des nôtres, qui ressemblent parfois à certaines habitudes méditerranéennes. Tous mangent à la main dans un plat unique.
À Oulan-Bator, des restaurants proposent des plats issus d’horizons divers.

Côté boisson, le thé au lait salé (suutei tsaï), délicieuse infusion de thé noir de Chine, de lait, de sel et parfois de beurre.
L’aïrag, le lait de jument fermenté, dont le taux d’alcool dépasse à peine les 2 ou 3 °.
L’arkhi, c’est du lait de vache distillé, dont le taux d’alcool tourne autour de 12 °, mais qui peut monter beaucoup plus haut s’il est distillé plusieurs fois.
La vodka est en train de devenir une spécialité mongole.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Ouzbékistan

ouzbekistan carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide au moins 6 mois après la date de retour et pour un séjour de plus de 30 jours : visa ou e-visa.
Depuis octobre 2018, l'Ouzbékistan accorde aux citoyens français une exemption de visa pour des séjours de moins de 30 jours.
Le visa s’obtient en 8 jours auprès de l’ambassade avec un passeport valable 6 mois minimum après la date de retour prévue.
Il faut fournir :
• le passeport ;
• le formulaire rempli en cliquant sur le lien suivant formulaire
• 1 photo d'identité format 4,5 x 3,5 cm

  

CLIMAT
Il a un climat excessivement continental, avec des écarts de température journalière pouvant aller du simple au double.

L’hiver est très froid, en particulier dans le Karakalpakistan, à l'ouest du pays, où les températures peuvent tomber jusqu’à - 20 °C, la nuit. La région est en effet exposée aux vents de Sibérie.

L’été est torride et très sec, balayé par des vents chargés de poussière. Le début du printemps est marqué par des tempêtes chaudes venues d'Iran. Les températures les plus hautes sont ensuite enregistrées autour de Khiva et dans le sud du pays.

La pluviométrie est dans l'ensemble assez faible.

Le printemps (avril-mai), et l'automne (septembre-octobre) sont les saisons les plus douces et les plus clémentes.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 03h00 en été à Tachkent et plus 4h00 en hiver.

 

DEVISE
Le soum ou sum ouzbek (UZS).

On trouve des banques quasiment partout, mais les banques locales se contentent de faire du change. Le personnel parle rarement anglais et les cartes de paiement sont de grands mystères.

Conservez les reçus de change, qui peuvent être demandés à la douane.

Seule la NBU est habilitée à délivrer des devises étrangères. C’est aussi là que vous pourrez utiliser une carte de paiement ou retirer en cash des euros ou des dollars américains (plus faciles à changer que les euros).

Carte de paiement : son usage est limité et souvent seule la Visa est acceptée.

 

LANGUE
L’OUZBEK.

 

RELIGION
A majorité musulmane.

 

SANTE
Il est recommandé de faire le vaccin contre l'hépatite A et la typhoïde et d'être à jour sur les vaccins universels.

Le vaccin contre la rage est conseillé si vous souhaitez randonner hors des sentiers battus, et l'encéphalite à tiques si vous envisagez de séjourner en forêt.

Le paludisme ne sévit pas en Ouzbékistan

L’eau du robinet n’est pas potable.

Ceux qui prévoient de manger dans les bazars ou chez l’habitant doivent prévoir des traitements anti-diarrhéiques : la cuisine est faite à l’huile de coton et la plupart des estomacs occidentaux ont du mal à s’y faire.

 

TRANSPORT
Tachkent possède tous les modes de transport urbain : bus, trolleybus, tramway, minibus, métro, taxis officiels et officieux. Dans les autres villes du pays, le système est moins bien développé et les taxis et minibus sont le meilleur moyen de se déplacer.

Le prix des taxis officiels varie selon la distance, l’heure et le nombre de passagers déjà embarqués. D’une manière générale, les adresses sont peu connues des chauffeurs. Les noms des rues ont changé depuis l’indépendance, on ne les connaît pas et les anciens noms, qui ne figurent plus sur les cartes, sont encore souvent en usage. Il vaut mieux repérer un monument, une station de métro ou un nom d’hôtel ou de bazar, et guider ensuite le chauffeur sur les derniers mètres.

Les bus sont nombreux et fréquents, mais connaître leur destination ou leur provenance relève souvent du défi. Les trajets sont sûrs et les prix modiques.

L’infrastructure routière du pays est en mauvais état faute d'entretien, à l’exception de la vallée de Ferghana, où quelques efforts notables ont été faits ces dernières années.
Le pays, étiré en longueur, possède une seule route principale dont l’état se dégrade à mesure que l'on s’enfonce vers la république autonome du Karakalpakstan, à l’ouest.
Il n'est pas possible de louer une voiture sans chauffeur.
On évitera de faire de la route de nuit .

Pour les trains, la ligne principale suit grosso modo la route reliant Tachkent à Noukous via Samarcande, Boukhara et Ourgentch. Une voie relie Samarcande à Termez, à l’extrémité sud du pays. À l’est, vers la vallée de Ferghana, la voie qui passe par le Tadjikistan est fermée, mais les trains circulent encore sur la portion de chemin de fer à l’intérieur de la vallée, entre Kokand, Marguilan et Andijan. Des liaisons rapides existent désormais entre Tachkent et Boukhara, Samarcande et Karchi.

  

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

La tradition d’accueil et d’hospitalité est une constante en Asie centrale, qui là encore est plus prégnante dans la vallée de Ferghana que dans les villes plus touristiques comme Samarcande et Boukhara. Il n’est pas rare de se faire inviter chez l’habitant pendant plusieurs jours de suite.

Dans l’ensemble, l’Ouzbékistan pratique un islam très tolérant et ouvert. Seules quelques mosquées de la vallée de Ferghana sont fermées aux femmes.

 

TELEPHONE
De la France vers l’Ouzbékistan : 00 + 976 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Ouzbékistan vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Il n'existe pas de cabines publiques, ni de systèmes à cartes, mais on peut appeler dans le pays depuis les cafés Internet.

Des téléphones cellulaires peuvent être loués auprès des grands hôtels de Tachkent et fonctionnent désormais sur une importante partie du pays.

 

CUISINE
Le plat national ouzbek est le och, ou plov en russe, à base de riz sauté et de viande de mouton. Il en existe une centaine de recettes selon les régions.
À Boukhara, le riz n’est pas sauté, mais bouilli. Dans la vallée de Ferghana, il est accompagné de feuilles de vignes farcies de viande et d’oignon. Ailleurs, il sera agrémenté d’ail, de pois chiches ou de raisin. Le plat est traditionnellement cuisiné le vendredi, ainsi que pour toutes les grandes occasions.

L’autre spécialité culinaire est le chachlik, littéralement « six morceaux ». Ce sont des brochettes composées de six morceaux de viande et de gras, ou bien uniquement de gras. Les plus communes sont à la viande de mouton, mais on en trouve également au bœuf ou au poulet.

Les kebabs ou viande rôtie sont des pièces de viande hachée, moulées à la main autour de la brochette.
Chachliks et kebabs se mangent accompagnés d’oignon au vinaigre. La viande est légèrement épicée ou parfumée à la coriandre.

Enfin, les bazars regorgent d’autres spécialités ouzbeks, ouighours ou kazakhes. Les plus courantes sont les laghmans, de longues nouilles qui se mangent en soupe ou sautées, les manty, de gros raviolis cuits à la vapeur et fourrés de viande et d’oignon, les chuchvara, des raviolis également, mais qui sont garnis de carotte ou de potiron ou encore le bechbarmak, une spécialité des nomades kazakhs, faite de viande bouillie de mouton ou de bœuf et de morceaux de foie, servie avec des oignons, des pommes de terre et des nouilles.

En septembre et octobre, les bazars se gorgent de fruits et de légumes d’excellente saveur, dont la plupart proviennent de la fertile vallée de Ferghana. C’est aussi la saison du melon, des pastèques et des citrouilles.

Le thé, vert ou noir, est la boisson incontournable en Ouzbékistan. Les tasses ne sont jamais remplies, ce qui signifierait qu’il est temps, pour l’invité, de partir.
Remplir une tasse est très mal perçu par celui qui la reçoit. La main gauche étant impure, théière ou tasses doivent êtres prises ou données de la main droite.

La vodka est la seconde boisson en Ouzbékistan.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Srilanka

Ile lointaine de la route des épices autrefois connue sous le nom de Ceylan, des images surgissent immédiatement tel que les rizières et les jardins d’épices, les plages plantées de cocotiers, les vertes plantations de thé à flanc de montagnes, mystérieuses cités anciennes englouties par la jungle, ou les temples, sérénité hiératique avec les statues du Bouddha couché entourées de groupes de singes… 

kandy lac ville unesco srilanka monplanvoyage

Vous partirez pour 2 semaines à la découverte de ce pays magnifique. Vous serez accueillis par un chauffeur que vous aurez pendant tout votre séjour.

Après une bonne nuit de repos, vous partirez à la rencontre des pêcheurs et vous assisterez à la vente de leur pêche directement au marché. C’est une activité prédominante dans toutes les villes de bord de mer du Srilanka. Vous assisterez à la découpe et verrez les femmes faire sécher le poisson au soleil.

negombo pecheur local tradition peche poisson srilanka monplanvoyagenegombo femme peche poisson tradition srilanka monplanvoyage

Puis direction le Millenium Elephant Foundation, un lieu de soin et de repos pour les éléphants géré par une ONG soucieuse de leur bien-être. 

Un guide vous fera découvrir l’environnement des éléphants : comment ils vivent, leur régime alimentaire et vous pourrez faire une balade en marchant à côté de lui.

rambukkana fondation elephant protection animal srilanka monplanvoyage

Vous vous dirigerez vers le triangle culturel du royaume du Ceylan.

Vous visiterez ainsi en vélo le site archéologique d’Anuradhapura et vous verrez également Mihintale, la montagne sanctuaire, haut lieu du bouddhisme au Srilanka. Depuis le sommet que vous atteindrez par une petite marche, vous aurez une vue incroyable sur la campagne srilankaise.

anuradhapura archeologie stupa bouddhisme religion srilanka monplanvoyagemihintale montagne bouddhisme religion sanctuaire culture srilanka monplanvoyage

Vous ferez aussi l’ascension de la 8eme merveille du monde, le rocher du lion à Sigiriya. L’ancienne forteresse royale est l’un des sites les plus captivants de l’ile. Du sommet, vous profiterez d’une vue exceptionnelle sur la jungle environnante. 

sigiriya rocher lion balade nature merveille monde srilanka monplanvoyage

Vous prendrez ensuite la route pour Mahiyanganaya, et en route vous visiterez le temple de Dambulla, classé au patrimoine de l’UNESCO.

dambulla temple bouddhisme religion culture srilanka monplanvoyage

Vous assisterez également au lever de soleil sur le lac Sorabora, où se retrouvent chaque matin les pêcheurs locaux. Un lieu d’une grande quiétude, en pleine nature. Vous naviguerez sur les eaux du lacs à bord d’un bateau de pêcheur, ferez une petite marche aux alentours du lac, jusqu’à atteindre le rocher de Sorabora où vous attendra votre petit-déjeuner. 

sorabora lac bateau balade pecheur srilanka monplanvoyagesorabora lac lever soleil paysage srilanka monplanvoyage

Le même jour vous partirez depuis un village typique en randonnée (3-4h) entre paysages ruraux, rizières et jungle jusqu’à une magnifique cascade. Vous serez seul au monde et profiterez d’une baignade avant de redescendre au village pour le déjeuner.

rathna ella randonnee riziere cascade nature srilanka monplanvoyage

Le lendemain route vers la capitale religieuse de l’ile et, visite du Temple de la Dent de Bouddha. La ville ancienne de Kandy est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

Vous relierez les trois principaux temples aux alentours de Kandy à pieds en compagnie d’un trekker. Vous traverserez des rizières, des villages et vous verrez le quotidien des sri lankais.

kandy temple bouddha religion culture srilanka monplanvoyagekandy temple bouddhisme religion riziere culture srilanka monplanvoyage

Vous prendrez ensuite le chemin d’un autre temple qui offre une vue panoramique sur les collines et rizières environnantes. 

Enfin, vous terminerez par un temple qui abrite des sculptures sur bois d’une très grande finesse et plusieurs fois centenaires.

Vous découvrirez aussi le jardin botanique royal, l’un des plus beaux d’Asie.

kandy jardin botanique fleur nature srilanka monplanvoyage

Puis, départ en train à travers les plantations de thé et la montagne vers Nuwara Eliya. Surnommée la « petite Angleterre ». La ville était une station d’altitude très prisée par les colons britanniques. Le style anglais y est très présent. Vous serez émerveillés par les paysages.

ella train plantation the culture angleterre srilanka monplanvoyageella vallee plantation the randonnee culture srilanka monplanvoyage

Vous ferez également une balade à travers une plantation de thé où vous aurez une vue époustouflante sur la vallée d’Ella.

Une journée sera consacrée à la visite de plantations de thé pour bien comprendre son importance sur l’île. Elle se fera en tuk tuk.

ella the plantation tuk tuk visite srilanka monplanvoyage

Direction le sud et, le Parc National de Yala. Vous partirez pour la journée faire un safari en 4x4 pour découvrir les nombreuses espèces.

yala parc safari animal faune reserve srilanka monplanvoyageyala parc faune animal leopard reserve srilanka monplanvoyage

Une pause détente balnéaire de 2 jours sera prévue au bord de l’océan indien près d’une belle plage de sable fin. Leurs eaux cristallines vous permettront de nager avec des poissons multicolores et parfois même des tortues. 

welligama plage sable balneaire srilanka monplanvoyagewelligama plage pecheur ocean balneaire srilanka monplanvoyage

Route ensuite vers Galle, ville marchande qui attire un grand nombre d’artistes. La ville est réputée par son port qui était le principal port du pays.

Vous explorerez les alentours de Galle à vélo accompagné d’un guide local. Vous découvrirez le Fort, vaste de 36 hectares et emblème de l’héritage européen au Sri Lanka. 

galle fort ville port srilanka monplanvoyagegalle marche food local srilanka monplanvoyage

Vous terminerez votre séjour par Colombo, capitale économique de l’île, avec une visite avec un guide francophone du quartier du Fort et du quartier fourmillant de Pettah en tuk-tuk où s’entremêlent odeurs d’épices et de café́ pour finir par la visite d’un temple hindou.

colombo pettah marche food local srilanka monplanvoyagecolombo promenade ocean srilanka monplanvoyage

Ce séjour inclus un chauffeur anglophone (essence, taxe, salaire du chauffeur, logement, repas), circuit en privatif en demi-pension sauf pour Colombo où seul le petit-déjeuner est inclus.

Concernant les activités, l’Elephant Walk Experience, la balade en bateau avec petit déjeuner à Sorabora, les balades en vélo et le trek avec déjeuner à Mayanganaya sont incluses avec les services d’un guide anglophone. 

Les billets pour le trajet en train local (2nde classe) entre Nuwara Eliya et Ella seront fournis.

L’excursion en tuk-tuk et le pique-nique dans la plantation de thé sont compris.

Le safari en jeep dans le parc national de Yala sera prévu avec guide.

Enfin à Colombo, la visite en tuk tuk se fera avec un guide français, 

Donc vous repartirez de l’île avec des images plein les yeux !

Népal

nepal carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Visa et passeport valable encore au moins 6 mois après la date de retour.

Le visa s'obtient soit avant le départ dans son pays d'origine (ou à l'ambassade du Népal à Delhi), soit très facilement à chaque poste-frontière et à l'aéroport de Kathmandu.

Pour gagner du temps, un peu avant le départ, télécharger le formulaire en cliquant sur le lien suivant formulaire , imprimer le reçu avec le code-barres, et une fois à l’aéroport de Kathmandu, le présenter au comptoir de paiement du visa.
L’arrivée au Népal doit s’effectuer dans un délai de 15 jours, ensuite, le formulaire n’est plus valable.

Le visa touristique permet un séjour maximum de 3 mois. Il peut être ensuite prolongé chaque mois jusqu’à un total de 150 jours de présente cumulée dans le pays sur une année.

 

CLIMAT
Le climat du Népal permet des séjours presque en toute saison. Mais pour voir les montagnes et s'y balader à pied, il faut impérativement y aller entre octobre et avril, correspondant à la période sèche et ensoleillée. Les meilleurs mois sont en fait octobre et novembre (l'automne), lorsque le ciel est particulièrement bien dégagé et que les températures sont encore clémentes.
De plus, comme la saison des pluies vient d'avoir lieu, les pâturages sont bien verts.

Viennent ensuite mars et avril (le printemps). Là, les rhododendrons sont en fleur et le soleil toujours bien présent.
De décembre à février, c'est l'hiver et il peut faire très froid. Certains cols sont fermés, de même que la plupart des lodges en altitude.

Enfin, c'est la mousson de juin à septembre. Elle coiffe en permanence les sommets de nuages et amène des pluies fortes et violentes, particulièrement en juillet et août.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 04h45 en été à Kathmandu et plus 5h45 en hiver.

 

DEVISE
La roupie népalaise (Rp).

Les hôtels d'une certaine catégorie, les billets d'avion, les permis de trek et les prestations des agences de voyages se paient en dollars US. Il n'est pas inutile de prévoir des billets verts pour toutes ces dépenses, même si vous pourrez souvent les régler en roupies ou en euros (ou par carte de paiement).

Aucun problème pour changer vos euros en roupies népalaises, on trouve des bureaux de change et des banques dans tous les endroits touristiques, à commencer par Kathmandu et Pokhara.

On peut faire des retraits avec une carte Visa. La carte est difficile à utiliser en dehors des grands établissements.
N’acceptez pas de billets troués ou déchirés. En revanche, si vous partez en trek, mieux vaut changer suffisamment pour toute la durée de ce dernier car, bien sûr, en montagne, vous ne trouverez rien.

Les banques proposent un taux souvent plus intéressant que les money changers, même si certaines prennent une petite commission.
Dans les banques, prévoir le passeport pour la transaction. Partout, on vous remet des reçus qu'il faut conserver car, à la sortie du pays, s'il vous reste des roupies, vous pourrez les rechanger contre des euros

Les banques possèdent toutes des distributeurs de billets en façade, acceptant les cartes Visa et MasterCard. Ailleurs, n'en attendez pas ! Attention, vous serez prélevé d'une ou deux commissions à chaque retrait, une commission locale et/ou une de votre banque.

 

LANGUE
Le NEPALI (officielle), MAITHILI, BHOJPURI (dialectes hindis).

 

RELIGION
A majorité bouddhiste et hindouiste.

  

SANTE

Il est recommandé de faire le vaccin contre l'hépatite A et la typhoïde et d'être à jour sur les vaccins universels.

Vaccin contre la rage est nécessaire.

Utilisez des répulsifs antimoustiques en vérifiant que ceux-ci sont véritablement efficaces sur les moustiques exotiques (par exemple, les produits des gammes Insect Ecran ou Cinq sur Cinq). S'enduire les parties découvertes du corps toutes les 4h environ dès le coucher du soleil et dormir sous moustiquaire imprégnée d'insecticide.

Ne pas boire l’eau du robinet.

Se laver souvent les mains, sources d'infections intestinales. Prévoir des lotions hydroalcooliques, à acheter avant le départ ou sur place.

Se méfier des laitages, sauf du lait dûment bouilli et du jujudhau (ou dahi), le délicieux yaourt de Bhaktapur. Attention au lassi, la boisson lactée, surtout en période de mousson, le lait fermenté supportant mal la chaleur et l’humidité.

 

TRANSPORT
L'anarchie règne au niveau de la circulation routière. Piétons et deux-roues sont à la merci des chauffards.
De plus, les véhicules sont en majorité dépourvus de signalisation. Cela dit, il y a peu de chances que vous conduisiez vous-même, les locations de voitures se faisant en général avec un chauffeur.
Peu de routes goudronnées. La plupart du temps, il s’agit de pistes, parfois défoncées, sans garde-fous avant un ravin fatal.

Voyager en bus local n’est pas cher du tout et permet de côtoyer de près les Népalais mais ils sont souvent inconfortables et non sans risque : les bus sont généralement vétustes, bondés et lent.
Pour les longues distances, comme Pokhara et le parc national de Chitwan, par exemple, on vous conseille vivement de prendre des Tourist Buses, plus confortables et plus rapides

Les taxis sont plutôt bon marché, à condition de savoir négocier un peu car ils n’utilisent pas les compteurs, devenus des objets de décoration.
C’est aussi la meilleure formule pour rallier les différents points de la vallée de Kathmandu

 

VIE PRATIQUE
Besoin d’adaptateur.

Se déchausser avant d'entrer dans tous les monuments religieux et dans les maisons, en prenant soin de placer ses semelles sur la terre.

Tourner autour des stûpas dans le sens des aiguilles d'une montre.

Pour ceux qui décident de suivre la coutume locale en mangeant le plat national (dal bhat) avec la main, utiliser la droite.

Les hommes peuvent se déplacer en short et tee-shirt, mais jamais torse nu. Les routardes éviteront les tenues trop sexy et les shorts.
Pour un couple, les démonstrations d'affection en public ne sont pas de mise.

Enfin, une habitude assez gênante : le crachement bruyant.

Dans les endroits touristiques et sur certains itinéraires de trek, les enfants échangent leur sourire contre « one roupie » ou « a school pen ». Surtout, évitez absolument de donner des bonbons ! Les dentistes courent moins les rues qu’en Europe.

 

TELEPHONE
De la France vers le Népal : 00 + 977 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Du Népal vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Le pays possède un bon réseau national, même sur la zone de certains treks !
Acheter une carte SIM/puce sur place est une option très avantageuse, que l’on vous conseille au Népal.
Il suffit d’acheter à l’arrivée une carte SIM locale prépayée chez l’un des opérateurs locaux. La meilleure compagnie s’appelle Ncell, suivie par Nepal Telecom (NTC), la compagnie d’État. Toutes deux disposent de boutiques officielles dans les principales villes du pays et même à la sortie de l’aéroport de Kathmandu, à côté du comptoir des taxis.
En revanche, il faut remplir un formulaire, présenter son passeport, fournir une copie du visa et une photo d’identité.

 

CUISINE
Le plat national, servi midi et soir, est le dal bhat, qui se compose d’un plat de riz blanc (bhat) et d’un bouillon de lentilles (dal), que l’on mélange au riz pour en relever le goût. Il s’accompagne d’un curry de légumes (tarkari), souvent du chou-fleur d’ailleurs, et d’un mélange d’ingrédients divers et épicés (achars). Le plus souvent végétarien, il peut néanmoins être servi avec du poulet ou du mouton (plus cher).

Dans la cuisine neware, du nom de la communauté la plus florissante culturellement, la grande différence, c’est que le dal bhat est à base de pétales de riz séchés, aplatis, et de haricots secs.

En gros, la cuisine népalaise se divise en deux catégories :
- La cuisine végétarienne. Elle est variée, excellente et très répandue pour des questions religieuses (les brahmanes observent un régime végétarien strict) mais aussi économiques. La viande reste un produit cher.

- La cuisine non végétarienne se compose de poulet ou de mouton (parfois de chèvre). On ne trouve pas de bœuf, vache sacrée oblige, bien que certains intouchables en consomment. En revanche, on peut consommer du buffle.
S’il y a une constante dans la cuisine népalaise, c’est l’utilisation des épices.

L’autre cuisine à découvrir est la cuisine tibétaine. Avec, au premier chef, les momos, des raviolis fourrés à la viande ou aux légumes que l’on sert à la vapeur, frits ou kothey, soit frits seulement d’un côté.
Également des soupes de nouilles accommodées de légumes et de viande, comme le thukpa et le thanthuk (nouilles plus grosses).

Pour les boisons, le thé (prononcer « tchya ») est la boisson nationale. Dans les gargotes, il sera servi à l'indienne, brûlant, sucré et avec du lait.
Il faut goûter une fois au chang, cette bière tibétaine produite par la fermentation de grains d’orge, au goût de cidre fermier.

Le rakshi est l'alcool de riz népalais.
Enfin, pour les amoureux du café, la mode est au café « bio » servi dans de petits coffee shops équipés de véritables percolateurs italiens.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Philippines

philippines carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Un passeport valable au moins 6 mois après la date de retour et un billet de retour ou de continuation est nécessaire.


Pour un séjour de plus de 30 jours, 2 possibilités :
Demander un visa avant le départ auprès d'une ambassade philippine. Il faut fournir :
• des photocopies du passeport et de la carte nationale d'Identité ;
• un formulaire officiel de l'ambassade des Philippines ;
• une photo d'identité ;
• une attestation de voyage aller-retour ;
• une copie du dernier relevé de compte (solde mensuel minimum : 1 000€).

Ou prolonger sur place de 29 jours l'exemption de visa.

 

CLIMAT
Il y a 3 saisons :
• tag-init ou Tag-araw : la saison chaude, ou l’été, de mars à mai.
• tag-ulan : la saison des pluies, de juin (ou juillet) à octobre-novembre.
• tag-lamig : la saison froide, de décembre à février.

La meilleure saison est sans doute la période la plus fraîche et la plus sèche entre décembre et février avec des températures moyenne de 30°C. Ceci est valable pour la majeure partie de l'archipel : région de Manille, nord-ouest de Luzon, côtes Ouest des Visayas et tout Palawan.

Attention cependant : sur les côtes Est de Luzon et de Samar, et au nord-est de Mindanao, les pluies sont encore très intenses.

Situées sur la trajectoire des typhons de l’Asie, les Philippines sont traversées par une vingtaine de cyclones chaque année de mi-août à mi-septembre.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 06h00 en été à Manille et plus 5h00 en hiver.

 

DEVISE
Le peso philippin (PHP).

L'euro étant très bien accepté, il n'est pas nécessaire d'acquérir des dollars avant le voyage.

Les bureaux de change de l'aéroport n'offrent pas les meilleurs taux, se contenter d'une somme pour démarrer le voyage.
Quasiment toutes les banques ont un service de change. On trouve également des bureaux de change dans les plus grandes villes et zones touristiques de l’archipel. Ces derniers proposent souvent de meilleurs taux.

Mis à part certaines zones rurales, ils sont devenus omniprésents dans le pays.

Attention: depuis quelques années, les retraits à l'étranger sont rapidement limités par les banques, à moins qu'elles ne soient prévenues de votre séjour à l'étranger et de ses dates.
Le paiement par carte de paiement est devenu courant dans les hôtels, commerces et restaurants des grandes villes mais reste très rare en petite boutique et dans les campagnes.

 

LANGUE
Le PHILIPPIN et l’ANGLAIS.

 

RELIGION
A majorité chrétien.

 

SANTE
Il est recommandé de faire le vaccin contre l'hépatite A et la typhoïde et d'être à jour sur les vaccins universels.

Pas de vaccin obligatoire.

L’infrastructure médicale est souvent très insuffisante. Il est conseillé de souscrire une assurance-rapatriement.

Le traitement antipaludique est recommandé.

Eviter de boire l’eau du robinet.

On veillera à consommer les aliments (viandes, œufs, fruits et légumes) bien cuits, et à se laver régulièrement les mains.

 

TRANSPORT
À Luzon, on a le choix entre les jeepneys, les bus publics et les taxis. On trouve également de nombreux tricycles, ces motos équipées de side-cars. Il faut négocier le tarif avant le départ.

À Manille, on utilise, en plus de ces moyens de transports, le métro urbain (Light Rail Transit) et le Metro Tren. Ces métros servent à relier Manille aux autres villes du Metro Manila

À Cebu, on opte pour les bus (moins confortables que ceux de Luzon), les minibus, les taxis publics ou les jeepneys.
Palawan et ses villes sont traversés par de nombreux side-cars. Les routes sont aussi fréquentées par des bus et des jeepneys.

À Boracay, la plupart des distances se couvrent à pied. On peut aussi louer des vélos, des motos ou des « tricycles ».

À Bohol, on utilise des bus publics, des taxis, des jeepneys et des tricycles.

À Mindoro, on se déplace en tricycles et en jeepneys.

Le bateau est un moyen de transport majeur aux Philippines. Des compagnies maritimes relient régulièrement Manille aux ports principaux. Des ferries et hydroglisseurs font la navette entre les îles principales et les îles mineures. On déconseille de prendre un ferry pendant la saison des pluies (de mai à décembre).

Pour relier îles (villes et plages) par la mer, on trouve partout des catamarans typiques, nommés bancas (sortes de pirogues motorisées).

En raison du mauvais état du réseau routier, de l'intensité du trafic et de la conduite quelque peu brutale (voire risquée) des Philippins, il est quand même conseillé, pour quelques dollars de plus, de louer une voiture avec chauffeur.

Sur Luzon, une ligne ferroviaire relie Manille à Naga.

 

VIE PRATIQUE
Besoin d’adaptateur.

Tenue vestimentaire : habillez-vous en conséquence quand vous visitez une église ou vous rendez à une administration, comme les bureaux d'immigration. Le reste du temps, les tenues décontractées (bermuda, tee-shirt) font partie du quotidien.

On tisse des liens facilement avec ce peuple qui a le sens de l’accueil, en particulier dans les petits villages des îles. On vous ouvre grand les portes des lieux peu fréquentés

Les Philippins sont chaleureux, souriants et se prêtent volontiers aux portraits.

 

TELEPHONE
De la France vers les Philippines : 00 + 63 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Des Philippines vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

 

CUISINE
L’exotique, le succulent, l’épicé, le sucré, l’acidulé... tout cela se mélange dans la cuisine philippine.

On mange ou au moins picore à tout moment de la journée, par exemple dans des gargotes ou des self-services appelés turo-turo (« montrez, montrez »). Un bon point : les portions sont toujours copieuses.

Le riz constitue l’aliment de base. Cuit le plus souvent à sec et nature, il est régulièrement servi avec du poulet, porc, poisson ou des crevettes et une sauce salée, le bagoong, une sorte de nuoc-mâm à base de poissons et de crabes fermentés.

Le lait de coco est très utilisé pour les cuissons des viandes et poissons.

La célébrité nationale est le cochon de lait (lechón) rôti. Mariné dans le vinaigre et le soja, il est rôti à la broche en étant régulièrement enduit d’un mélange de lait et d’huile jusqu’à ce que la peau soit dorée, à la fois craquante et fondante, puis servi avec une sauce épicée ou douce amère.

Les pansit (nouilles sautées) et lumpia (rouleaux de printemps) sont également venues de Chine et sont très populaires.

L’adobo, autre plat national philippin, ragoût de viandes épicée tout comme les mechado et menudo , et le pochero ou pot-au-feu ont été apportées par les Espagnols.

Présent à tous les repas, le poisson est d’une variété rarement égalée ailleurs.
Dans n’importe quel talipapa ou marché local, vous verrez du poissons au détail tel que poisson-chat, poisson-perroquet, maya-maya, raie manta, crabes de toutes tailles et de toutes les couleurs...).
Poisson national, le lapu-lapu (cousin du mérou) est rouge et sans arêtes, c'est l’un des plus fréquents dans les restos. Il est le plus souvent grillé, un mode de cuisson également favorisé pour les fruits de mer et crustacés (à consommer de préférence cuit).
Plus vous allez vers les îles du Sud, plus le poisson est frais et délicat.

Parmi l'abondance de légumes, citons deux exotiques, le choux chinois et les moins connues crosses de fougères (ou « têtes de violon ») qui accompagnent à merveille les plats de viande.

Préparée avec la moelle du palmier sagoutier, le sagou, farine riche en amidon, se conserve plusieurs mois, sous forme de bloc, ou en poudre, dans de grosses jarres décorées. Mélangée à de l’eau, on en fait des galettes ou boulettes frites ou une soupe épaisse accompagnant les repas au même titre que le riz.

Le petit déjeuner philippin typique est composé de riz avec un œuf, accompagné de saucisse longganissa, de porc au miel tocino, de bangus (un poisson également appelé Milkfish), ou de bœuf.

La cuisine étant déjà pas mal sucrée, les desserts le sont d'autant plus.
Incontournable, le halo-halo rassemble fruits en sirop, noix de coco, maïs, glace pilée, lait concentré, caramel, glace et autres ingrédients.
Le pomelo, le durian, l’avocat et le bucomelon (melon jaune) sont souvent transformés en glaces.
Au rayon surprise, les salades de macaronis, accompagnées d’un cocktail de fruits et d'une mayonnaise sucrée !
Plus rassurant, le leche-flan, un flan aux œufs.

Les fruits sont généralement délicieux et très variés.

Concernant les boissons, le thé est au Philippine supplanté par le café, dont la culture remonte à la fin du 18e siècle.
Le buko : jus de jeune noix de coco, bu à même l’écorce.
Le jus de calamansi, sorte de citron vert, est très rafraîchissant.
Et bien sûr, les jus de mangue, papaye, etc.
Pour les alcools, la bière locale est très consommée.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Taiwan

taiwan carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide au moins 6 mois après le retour et billet de retour obligatoire.

Pour un séjour de plus de 90 jours, un visa est obligatoire. Faire une demande de visa auprès du bureau de représentation de Taipei en France. Le délai d'obtention est de 3 jours.

Les jeunes de 18 à 30 ans peuvent bénéficier d’un visa « Permis Vacances Travail ». Ce visa leur permet de séjourner et de travailler à Taiwan pendant une durée de 180 jours, qui peut être prolongé d’autant.

 

CLIMAT
Il jouit d’un climat subtropical, chaud et pluvieux la majeure partie de l’année.

D’avril-mai à septembre-octobre, c’est la période de la mousson d’été, avec des pluies très abondantes et des typhons, qui sévissent entre mi-août et début octobre.

D’octobre-novembre à mars, le nord de l’île et les régions montagneuses sont encore arrosés par les pluies de la mousson d’hiver. Le Sud reste beaucoup plus sec. Les températures peuvent descendre jusqu'à 10 °C.

Dans la capitale Taipei, les températures sont d'environ 30 °C en été et de 20 °C en hiver.

La période des typhons s’étend de juillet à octobre. Les typhons touchent particulièrement les versants sud des montagnes.

La période la plus agréable s’étend de fin octobre à début mars, en particulier les mois d'octobre, novembre.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 06h00 en été à Taipei et plus 07h00 en hiver.

 

DEVISE
Le nouveau dollar de Taiwan (NT$ ou TWD).

Le change se fait dans les banques. Il n'y a aucun problème pour changer des euros, et encore moins les dollars américains.
Attention : sur la côte est et dans l’intérieur du pays, les distributeurs de billets se font plus rares, mieux vaut prévoir du liquide.

Dans les grandes villes, on trouve de nombreux distributeurs acceptant les principales cartes de crédit (Visa, MasterCard, American Express)

Les hôtels, les restaurants et les grands magasins acceptent le paiement par carte bancaire. En revanche, il est généralement impossible de payer par carte dans un taxi.

 

LANGUE
Le CHINOIS MANDARIN et l’ANGLAIS.

  

RELIGION
A majorité bouddhisme et taoïsme.

  

SANTE
Il est recommandé de faire le vaccin contre l'hépatite A et la typhoïde et d'être à jour sur les vaccins universels.

Pas de vaccin obligatoire.

Le vaccin contre l'encéphalite japonaise ne s'impose qu'en cas de séjour prolongé en zone rurale.

Éviter de boire l'eau du robinet

 

TRANSPORT
On conduit à droite. La plupart des panneaux de signalisation sont écrits en anglais et le réseau est bien entretenu.
Les autoroutes sont gratuites et à plusieurs voies. En ville, les rues sont engorgées par le trafic des voitures et des scooters.
Vous pouvez louer une voiture sur place, mais il est recommandé de prendre un chauffeur habitué à la conduite locale.
Si vous choisissez quand même de louer une voiture, le permis de conduire international est obligatoire. Il faut avoir plus de 21 ans. Il faut payer par carte de crédit ou déposer une caution élevée.

On trouve les taxis dans les grandes villes. Peu de chauffeurs de taxis parlant l'anglais, il est conseillé d'avoir sa destination écrite en chinois sur un papier.

Le réseau ferroviaire est en très bon état et dessert les principales villes de l’île, mais aussi les coins reculés.

Taipei dispose d'un métro ainsi que, depuis 2008, Kaohsiung.

Pour se rendre sur les autres îles de Taiwan, des ferries assurent des liaisons régulières pour l’île Verte, l’île des Orchidées, Mazu, Kinmen ou encore Penghu.

6 compagnies de bus relient les grandes villes : Kuo-Kuang Bus, Free Go Bus, Air Bus, UBus, Evergreen et Taoyuan Bus. Il est déconseillé de voyager avec une compagnie non-officielle.
Attention : les destinations et les arrêts ne sont écrits qu'en chinois, mais les chauffeurs de bus et les voyageurs locaux n'hésiteront pas à vous aider.

 

VIE PRATIQUE
Besoin d’adaptateur.

Les grands magasins et boutiques ouvrent de 10h à 22h, et les supermarchés sont souvent ouverts 24h/24 !
Les restaurants servent de 11h30 à 14h et de 17h30 à 21h.

TELEPHONE
De la France vers Taiwan : 00 + 886 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De Taiwan vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

 

CUISINE
C’est une petite Chine culinaire en concentré, avec des plats typiques des grandes villes et des provinces chinoises et un mélange de cuisine japonaise, plus sucrée et avec de nombreux poissons et fruits de mer.

Parmi les plats les plus répandus à Taiwan, on trouve de nombreuses spécialités chinoises : canard laqué à la pékinoise, raviolis à la vapeur de Shanghai, riz gluant à la vapeur, légumes marinés avec du porc, plats à base de tofu, nouilles de riz, soupes de boulettes de poisson, poisson frit à la vapeur…
Beaucoup de patates douces et de racines de taro.

Côté viandes, on sert surtout du poulet, suivi du porc, du bœuf et de l'agneau.

Sur la côte Est, poissons cuits à la vapeur, crabes et fruits de mer sont servis dans les petits ports de pêche.

Pour la cuisine créative à base de thé et de fleurs, goûtez aux plats de crevettes à cocktail au thé Longjing, aux raviolis cuits à la vapeur parfumés au thé vert, à la soupe de nouilles de bœuf parfumées au thé ou encore à la salade de pétales de roses.

Comme en Chine, le thé est la boisson la plus populaire et la plus courante à Taiwan.
La bière est l’autre boisson fétiche sur l’île.
Les pichiu wu sont des bars typiques spécialisés dans les bières exotiques, parfois servies avec des fruits de mer.

Le vin rouge est de plus en plus consommé à Taiwan.
Il y a aussi le kaoliang chiu, une liqueur de sorgho à boire d'une seule traite, ou encore le shaohsing chiu (vin de riz jaune), plus doux, servi chaud à la fin du dîner.
Les bars à jus de fruits de Taiwan servent des jus frais de fruits exotiques et tropicaux.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

NOUS CONTACTER
75, rue de Richelieu
75002 Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Du Lundi au Vendredi 
de 09:00 à 19:00

HISCOX

APST

Atout France