Articles in Category: Amériques

Amérique description


Alaska

 

alaska carte monplanvoyage

Informations pratiques

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport biométrique ou électronique en cours de validité, ou, si encore valide et émis avant le 26 octobre 2005, Passeport individuel à lecture optique
Autorisation électronique de voyage ESTA est demandée. Cliquer sur le lien suivant la demande ESTA


CLIMAT
Les zones côtières, partiellement réchauffées par le courant des Aléoutiennes, sont très humides avec une amplitude thermique relativement faible. Ketchikan est la ville la plus pluvieuse avec près de 3 900 mm de précipitations annuelles.

Dans l’intérieur des terres, à Fort Yukon, au nord-est, enregistre des records de - 60 °C en hiver et de 37,7 °C en été ! Les journées peuvent donc être chaudes à la belle saison, mais les nuits restent toujours fraîches (voire froides). Il peut d’ailleurs neiger en juin ou juillet, même au sud de l’Alaska. Au nord du cercle polaire, il est rare qu’il fasse plus de 15 °C.

Pour les nuits blanches, même à l’extrême nord de l’Alaska, la nuit n’est jamais complète. La lune se reflète sur la neige et la glace, et les aurores boréales repeignent le ciel de leurs faisceaux colorés.

Contrairement aux longues journées d’été, les journées d’hiver sont très courtes : environ 5h de jour plus ou moins clair à Anchorage en décembre. À Barrow, le soleil se couche mi-novembre pour se lever de nouveau mi-janvier.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 10h l’été, moins 9h l’hiver.

 

DEVISE
Dollar américain (USD) et 1USD=0, 896€


LANGUE
À majorité ANGLAIS

 

RELIGION
A majorité protestant et catholique.


SANTÉ
Aucun risque sanitaire majeur en Alaska. D’une manière générale, les services de soin américains sont excellents, mais ils sont hors de prix. Pas de consultation médicale à moins de 100 $. Et pour les médicaments, multipliez au moins par deux les prix français... D'où l'importance de souscrire, avant le départ, une assurance voyage intégrale avec assistance-rapatriement.

Il y a de grandes variations de températures. Privilégiez de nombreuses couches de vêtements (faciles à « enlever ») et un bon vêtement imperméable plutôt qu’une unique doudoune qui risquerait de se mouiller.

Pensez aussi à prendre de la crème solaire : l’air n’est peut-être pas très chaud, mais les UV sont puissants, surtout avec les reflets sur la neige ou la glace.

 

TRANSPORT
L’avion reste, de très loin, le moyen privilégié de se déplacer. L’étendue du réseau routier étant très modeste, les distances très grandes, c’est bien souvent la solution idéale.

Si vous en avez les moyens et l’occasion, n’hésitez pas à vous offrir un vol en bush plane ou en hydravion : c’est une expérience typique en Alaska.

Les régions côtières du sud de l’Alaska sont desservies toute l’année par des ferries de l’Alaska Marine Highway System, qui permettent de longer la côte pacifique de Belligham (dans l'État de Washington, à la frontière avec l'Alaska) jusqu’à Yakutat, en Alaska. On longe donc les côtes de Colombie-Britannique et celles du sud de l'Alaska. On peut aussi continuer jusqu'à l'extrémité des îles Aléoutiennes.

Le réseau ferré avec l'Alaska Railroad Corporation n’est pas très dense, mais permet de relier les grands sites sur de beaux trajets.

Les navettes d'Interior Alaska Bus Lines relient les grandes villes d'Alaska entre elles. Compter 185 $ pour un Anchorage-Fairbanks.
De mai à septembre, d'autres compagnies assurent aussi des liaisons entre Anchorage et Fairbanks.

VIE PRATIQUE
Prévoyez un adaptateur pour tous vos appareils électriques.

Les grands centres commerciaux et supermarchés des principales villes ouvrent généralement entre 7h et 9h pour fermer à 21h ou 22h. Les boutiques, elles, ferment vers 18h. Ailleurs, les horaires sont assez variables, mais ne comptez pas trop trouver porte ouverte après 19h.

 

TELEPHONE
De la France vers l’Alaska: 00 1 + indicatif de la ville régionale + numéro du correspondant.
De l’Alaska vers la France: 011 + 33 + indicatif régional + numéro du correspondant.
La plupart des opérateurs téléphoniques considèrent l’Alaska comme un pays séparé des États-Unis en matière de facturation. Méfiez-vous si vous appelez depuis la France, d’Alaska avec une carte, ou si vous demandez un PCV... Mieux vaut acheter une carte prépayée sur place.

 

CUISINE
La faune qui hante mers, taïga et toundra se retrouve régulièrement sur les menus des restos et des cafés.Le saumon est excellent et plus encore, sans aucune trace de graisse comme tous les saumons. Vous croiserez immanquablement des salmon bakes, des barbecues locaux, souvent organisés tous les étés. On y propose aussi morue et flétan.
Les prix sont assez élevés donc misez aussi sur les supermarchés ou les fast-foods, présents dans chaque petite ville.

La plupart des bourgades comptent aussi au moins un, parfois deux cafés à tout faire (hébergement-épicerie-essence), où l’on mange correctement, sur le modèle de ce que l’on trouve ailleurs aux États-Unis.

Les coffee-shops sont très populaires et le drive-through, l’hiver est pratique lorsque le thermomètre affiche - 30 °C.

Inspirez-vous avec notre compte Instagram!

Timbre - Newsletter - MONPLANVOYAGE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos inspirations de voyage, les séjours du moment et obtenez nos guides pratiques pour des astuces voyages. 



Argentine

 

Arrivée à Buenos Aires, capitale de l’Argentine, vous ferez un tour panoramique de la ville en visitant les places et lieux clés chers aux argentins tel que Plaza de Mayo, La Boca . Vous terminerez par le quartier Recoleta avec ses palais somptueux.

buenos aires la boca argentine monplanvoyagebuenos aires floralis argentine monplanvoyage

Le soir, vous assisterez à un dîner spectacle où vous apprécierez le magnétisme du tango.
Puis direction Salta en prenant un vol domestique.
Admirez la magnifique cathédrale de Salta, la place du 9 Juillet, unique place entourée d’arcades, le couvent San Bernardo et le marché artisanal traditionnel où des spécialités locales sont à déguster.
Le soir, les rues sont très animées pour profiter pleinement de l’ambiance argentine.

salta eglise argentine monplanvoyage

Puis vous partirez découvrir Cafayate en traversant les vallées Calchaquíes. Elles marquent la transition entre les sommets de la Cordillère des Andes et la zone forestière de la yunga.
Puis vous continuerez vers la Cuesta del Obispo, la Recta del Tin Tin avec des paysages montagneux très beaux et enfin, le parc national de Los Cardones avec ses plaines de cactus, Cachi et la Quebrada de las Flechas avec un paysage minéral incroyable. Vous verrez des paysages magnifiques et une nature grandiose.

cafayate vallee argentine cordillere monplanvoyagecafayate parc cardones argentine monplanvoyage

Vous passerez la nuit à Cafayate, petite ville avec beaucoup de charme.

Le lendemain, retour à Salta pour une nuit en passant par La Quebrada de Cafayate avec l'un des paysages les plus arides et spectaculaires du Nord-ouest.

cafayate la quebrada argentine monplanvoyage

Puis direction le nord en traversant la Quebrada del Toro pour découvrir la ville de San Antonio de Los Cobres qui est connu pour être l'étape majeure du célèbre train des nuages (Tren a las Nubes), qui part de Salta. C’est un village typique de la région de La Puna.

la puna argentine montagne monplanvoyage

Vous continuerez vers Las Salinas Grandes, troisième plus grand salar d’Amérique du Sud (avec très peu de différence, derrière Uyuni et Arizaro).
Enfin, vous terminerez à Purmamarca. C’est un village blotti dans un environnement sauvage. Les petites maisons sont adossées à la montagne au sept couleurs appelée la Quebrada de Humahuaca. Admirer ces vues uniques !!

las salinas grandes argentine monplanvoyagepurmamarca argentine montagne monplanvoyage

Puis vous retournerez à Salta pour votre dernière nuit dans la région avant de partir vers Buenos aires et prendre votre vol international.

Bien sûr, ne partez pas sans avoir goûter la viande au "Brasero", barbecue pour les agentins !!

cuisine barbecue argentine monplanvoyage

Ce séjour est avec guide francophone, transfert et visites.

 

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Bélize

 

carte belize monplanvoyage

Informations pratiques

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable valide 6 mois après le retour de votre séjour.
Autorisation de séjour, délivrée à la douane valable 1 mois, avec possibilité de la prolonger tous les 30 jours en s'adressant aux services d'immigration à Belize City ou à Belmopan
Attention aux formalités d'entrée aux États-Unis si vous transitez par ce pays (voir informations pratiques Etats-Unis).


CLIMAT
Le climat du Belize est subtropical, c'est-à-dire chaud et humide.

À l'intérieur du pays, dans les montagnes Mayas (Maya Mountains), les journées sont un peu plus fraîches à cause de l'altitude, tandis que dans les cayes (les îles) souffle un petit vent qui n'est pas désagréable. La saison sèche dure de février à avril dans la moitié nord du pays. Mais en réalité, il pleut souvent au Belize.

L'époque idéale se situe entre janvier et avril : chaleur supportable, belle lumière, quasiment pas de pluie ; une vague de fraîcheur n'est pas exclue à cette saison : prenez un pull. De juin à août, les pluies tropicales sont parfois quotidiennes et souvent violentes.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 7h l’été et moins 8h l’hiver

 

DEVISE
Dollar bélizien ($Bz)

Attention à la confusion, parfois entretenue par certains, entre les dollars US et béliziens. On vous annonce toujours un prix en dollars, sans systématiquement préciser lequel. Vérifiez bien pour éviter de payer le double.
Il est possible de voyager au Belize uniquement muni de dollars US, ça ne pose aucun problème, même dans les petites boutiques. Il suffit de diviser par 2 le prix annoncé en dollar bélizien.

 

LANGUE
ANGLAIS ET CREOLE DU PAYS. C’ est un anglais métissé ou broken up English. Pas facile à comprendre, même pour les anglophones.

 

RELIGION
Fortement catholique.

 

SANTE
Les vaccinations universelles : tétanos, poliomyélite, diphtérie, coqueluche, hépatite B doivent être à jour.
Les vaccins contre l'hépatite A et la fièvre typhoïde très recommandés car les infections d'origine alimentaire sont fréquentes. Celui contre la rage en cas de séjours ruraux ou prolongés.

 

TRANSPORT
On voyage avant tout en bus. Plusieurs compagnies desservent le pays, la principale étant la James Bus Line.
Voyagez de préférence tôt le matin, les fréquences s’amenuisent l’après-midi.

2 principales compagnies maritimes assurent les liaisons vers les îles. La compagnie Ocean Ferry Belize est sensiblement moins chère. La compagnie San Pedro Belize Express Water Taxi, plus chère, propose plus de fréquences, ainsi qu’une liaison avec Chetumal de l’autre côté de la frontière mexicaine.

Le permis de conduire international est en principe requis, mais il n’est pas toujours demandé (vérifiez auprès de votre loueur avant de partir).
Pick-up ou 4x4 indispensable, compte tenu de l’état du réseau routier. Seules les traversées nord-sud et est-ouest sont pour l’instant goudronnées et en bon état. Le reste tient de la piste. Il faut savoir que la conduite au Belize exige une bonne maîtrise du véhicule et pas mal de vigilance, du moins dès qu’on veut s’éloigner des grands axes.
Deux compagnies se partagent les vols intérieurs du pays : Maya Island Airet Tropic Air. Leurs petits avions font la navette avec les cayes et les principales villes.

 

VIE PRATIQUE
Prévoyez un adaptateur pour tous vos appareils électriques.


On mange tôt au Belize. Certains restos ouvrent dès 7h-7h30 pour le petit déjeuner s’ensuit sans interruption le service du déjeuner jusque vers 14h. Ils rouvrent vers 17h-18h et ferment autour de 21h.
Les restos chinois ou indiens accueillent les clients bien plus tard.

 

TELEPHONE
De la France vers le Belize : 00 + 501 + numéro du correspondant.
Du Belize vers la France: 00 + 33 + indicatif régional + numéro du correspondant.
On trouve encore des cabines pour les appels nationaux et internationaux, notamment à proximité des agences BTL.
Vous pouvez aussi acheter une carte prépayée qui est en fait un ticket de caisse sur lequel figure un code pin à composer avant chaque appel.


CUISINE
Parmi les plats les plus populaires, on trouve les stews (au poulet, au bœuf, au porc, au poisson) et, plus originaux, la soupe de pied de vache (cowfoot soup), la queue de cochon (pigtail) ou encore l’escabeche (marinade de viande ou de poisson). Ils sont généralement accompagnés de rice and beans et d’une salade de pommes de terre mayonnaise ou de coleslaw (carotte et chou).
On trouve bien sûr pas mal de poissons, du snapper en majorité (vivaneau en français, un poisson de récif) mais aussi du grouper (le mérou à nous) ou encore du barracuda.
Essayez par exemple la conch soup, soit la soupe de conques (gros coquillage qui doit être bien cuit pour ne pas devoir être mastiqué pendant des heures), préparée avec des herbes et des pommes de terre.
Sur la côte, on vous proposera de la langouste à toutes les sauces (grillée, à la créole, et même en burger ou en burrito !). Mais, attention, il est interdit de la pêcher et donc de la servir de mi-février à mi-juin

Sinon, les cartes des restos empruntent beaucoup aux cuisines mexicaine (voir informations pratiques Mexique rubrique Cuisine) et américaine (incontournables burgers).

Le petit déjeuner est tendance british avec les fameux bacons and eggs ou les omelettes.

Parmi les traditionnels jus de fruits naturels (mangue, pastèque, ananas, etc), on retiendra surtout le sour sop, une agréable boisson blanchâtre à base de corossol.
Plus original, le sea weed, soit une boisson saine et énergisante de couleur beige et fabriquée avec les feuilles d’algues qui servent à enrouler les makis ! Enfin, pour siroter un cocktail typique le soir, demandez un egg nog, soit un mélange de rhum, lait, œuf, cannelle, sucre et noix de muscade.

 

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram!

Timbre - Newsletter - MONPLANVOYAGE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos inspirations de voyage, les séjours du moment et obtenez nos guides pratiques pour des astuces voyages. 

 

 

Antarctique

 

antarctique carte monplanvoyage

Informations pratiques

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Côté Argentin, les ressortissants de l’Union Européenne ne nécessitent pas de visa et bénéficie automatiquement d’un visa de touriste d’une validité de 90 jours à leur arrivée.

Côté Chili, les ressortissants de l’Union Européenne ne nécessitent pas de visa et bénéficie automatiquement d’un visa de touriste d’une validité de 90 jours à leur arrivée.

 

CLIMAT
En période d’été, l’ensoleillement peut être extrême et il fait jour 24h sur 24. Seulement cinq mois de l’année permettent une visite touristique en Antarctique, situés pendant l’été austral, entre novembre et février, car le reste du temps il fait sombre et extrêmement froid. En novembre, la banquise commence à se rompre et commence alors la période de reproduction pour les manchots et autres oiseaux.

La période idéale correspond à l’été austral entre janvier et mars lorsque le climat est relativement doux et les températures descendent rarement en-dessous de 0°C.
Sur le long des côtes, les températures sont moins extrêmes et durant les mois de décembre sont organisées les croisières à destination de l’Antarctique. Les précipitations sont peu fréquentes sur ce continent où il neige très peu.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 12h.

 

DEVISE
Le dollar américain ($).


En croisière, le paiement par carte est accepté (conditions à voir selon les compagnies).

 

LANGUE
ANGLAIS, FRANÇAIS, ESPAGNOL, RUSSE

 

RELIGION
Majorité catholique.


SANTE
Pas besoin de vaccins mais il est recommandé d’être à jour de ses vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, hépatite B, et pour les séjours un peu longs, hépatite A.

Sur les croisières, l’équipage comprend généralement un médecin anglophone et une petite clinique médicale à bord.

La mer peut être très agitée lors de la traversée donc prévoyez un médicament contre le mal de mer si nécessaire.
Vous devez être en bonne condition physique pour effectuer ce type de croisière et si vous prenez un traitement médical, vous devez apporter vos médicaments et remplir un formulaire médical.

Les enfants de moins de 12 ans ne sont généralement pas acceptés

 

TRANSPORT
Seul les bateaux de croisière spécifiques sont habilités à naviguer dans cette zone.

Les zodiacs vous permettront d’accéder à la banquise en petit groupe avec des guides spécifiques et selon des règles bien déterminées.
Ne pas vous éloignez du groupe ou de l’équipage lors des promenades organisées.
Ne pas marcher sur les glaciers, des crevasses peuvent s’y cacher.
Ne pas fumer sur le rivage et ne pas jeter vos déchets.
Ne pas uriner sur le rivage.
Tout ce que vous emportez sur le rivage doit être ramené à l’embarcation.

Veillez à ne pas toucher les animaux et garder toujours une distance de 5m minimum.
Evitez de vous placer entre un animal et la rive.
Evitez de faire du bruit.
Ne marchez pas sur les plantes, les lichens ou mousses.

 

VIE PRATIQUE
Prise européenne, donc pas besoin d’adaptateur.

En terme de vêtements nous vous conseillons de prévoir des vêtements contre la pluie et le vent avec des matières confortables et qui retiennent la chaleur comme la laine, la soie ou le synthétique. Les matières en coton ne sont pas recommandées.

Les pantalons imperméables sont indispensables pour les excursions. Nous vous recommandons de porter un pantalon chaud dessous.
Il faut vous munir de bottes en caoutchouc qui seront fournis par la compagnie. Porter 2 paires de chaussettes pour tenir vos pieds au chaud.
Concernant les gants, nous vous conseillons de porter 2 paires de gants ainsi qu’une paire de gant en propylène que vous porterez en dessous de vos gants plus épais.
Chapeau ou casquette couvrante en laine, écharpe et cache nez sont indispensables.
Prévoyez un sac à dos imperméables en cas de pluie ou de neige.
Les batteries ont tendance à se décharger plus vite en cas de basse de température. Nous vous conseillons de les porter près de votre corps pour les garder au chaud.

 


TELEPHONE
Les bateaux disposent d’un téléphone satellite accessible aux passagers.

Il n’y a aucun réseau en Antarctique.

 

CUISINE
Durant les croisières, des repas internationaux vous seront servis.

Inspirez-vous avec notre compte Instagram!

Timbre - Newsletter - MONPLANVOYAGE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos inspirations de voyage, les séjours du moment et obtenez nos guides pratiques pour des astuces voyages. 

Argentine

 

argentine carte monplanvoyage

Informations pratiques

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport en cours de validité durant la totalité du séjour et pour un séjour touristique de plus de 3 mois, un visa est nécessaire.

 

CLIMAT
Dans l'hémisphère austral, les saisons sont à l'inverse de l'Europe

L'Argentine offre, par son étendue une grande variété climatique : de subtropical dans le Nord-Est à subarctique dans le Sud. On peut mourir de chaud dans les zones désertiques des Andes du Nord-Ouest et grelotter en Terre de Feu. On trouve de la neige au nord et au sud de la Patagonie et dans quelques stations près de Mendoza, sur la route des Andes

Le Nord-Est jouit d'un climat semi-tropical, chaud, avec une saison sèche et une saison humide (de novembre à mars). La province de Misiones (zone des chutes d'Iguazú) est l'une des provinces les plus pluvieuses de la région. De mai à septembre, les températures sont agréables le jour.

À Buenos Aires, en janvier, les températures peuvent atteindre 40 °C et le taux d'humidité est élevé ; la meilleure période pour séjourner dans la capitale se situe entre fin septembre et début décembre. C’est le printemps.

Les Andes du Nord-Ouest sont en zone semi-désertique, très chaude et sujette à des orages violents en été (saison des pluies), douce et sèche en hiver (mais il faut penser au duvet pour les nuits fraîches en altitude).

La Pampa connaît peu de précipitations, les températures moyennes atteignent 24 °C en été et 11 °C en hiver (mais ça peut descendre jusqu'à 0 °C). La meilleure période pour visiter le sud de la Patagonie et la Terre de Feu est de novembre à mars, la température est d'environ 10 à 15 °C.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 5h en été et moins 4h en hiver.

 

DEVISE
Le peso argentin ($Ar). Sur place, en Argentine, le symbole « $ » signifie peso argentin.

Les cartes bancaires sont acceptées dans de nombreux commerces, mais ils facturent souvent un recargo (« supplément ») de 5 à 15 %. Il est donc préférable de retirer de l’argent au préalable et de payer en espèces.
On trouve un peu partout des distributeurs accessibles 24h/24, même dans certains villages. Cependant, les retraits en Argentine sont souvent plafonnés (de 1 500 à 3 000 $Ar maximum par retrait, selon les banques).
Donc le mieux est d’emporter pas mal d’espèces.

 

LANGUE
ESPAGNOL

 

RELIGION
Majorité catholique.

 

SANTE
Pas besoin de vaccins mais il est recommandé d’être à jour de ses vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, hépatite B, et pour les séjours un peu longs, hépatite A.

En cas de séjours ruraux prolongés, la vaccination préventive contre la rage est aussi fortement conseillée.

Loin des villes, préférer l'eau en bouteilles.

 

TRANSPORT
Ils utilisent les colectivo pour les bus urbains et micro ou ómnibus pour les moyennes ou longues distances. Très utilisés pour les longues et moyennes distances, les bus sont en général sûrs et confortables. Ce qui permet de dormir de nuit. Les compagnies les plus confortables proposent une connexion wifi à bord.
La plupart effectuant de longues distances font leur trajet de nuit, peu partent en journée. Les routes sont assez bonnes mais monotones.
Les bus y font exception puisqu’ils partent et arrivent à l’heure.

Étant donné les distances, l'avion est, pour ceux qui en ont les moyens, la meilleure solution pour se déplacer en Argentine et en voir un maximum. Les grandes villes sont assez bien desservies, la plupart du temps quotidiennement.

Aerolineas Argentinas et LATAM, les 2 principales compagnies, couvrent la totalité du pays. Elles pratiquent des tarifs « nationaux » et « étrangers », les seconds étant bien plus chers sur certaines liaisons. Il est préférable d'acheter les billets d'avion pour les vols intérieurs depuis l'Europe.
Il n’est pas rare que les vols aient du retard. Mieux vaut prévoir large si vous poursuivez votre voyage par un vol international, d’autant qu’à Buenos Aires, il faut souvent changer d’aéroport entre le vol intérieur et le vol international

Les compagnies internationales de location de voitures sont représentées dans la plupart des grandes villes et dans chaque aéroport. Nombreuses compagnies locales également. Si cette solution est pratique, elle est tout de même chère
Les distances étant très importantes, mieux vaut louer un véhicule dans vos différents points de chute (de préférence, en ayant réservé à l’avance).
Les formules à kilométrage illimité tendent à s'étendre. En revanche, les frais de drop-off peuvent être très élevés.
Par ailleurs, certaines routes ne sont pas asphaltées, en particulier dans le nord-ouest du pays ou en Patagonie. Un 4x4 ou, au minimum, un véhicule surélevé de type SUV, peut s’avérer nécessaire.
Il faut rouler avec les feux de croisement allumés, même en plein jour. L’été, en période de pluies, renseignez-vous sur l’état des routes avant de prendre le volant
Le permis international est en principe demandé, ainsi que le passeport et une carte de paiement internationale. Les contrôles routiers sont très fréquents.

Il ne reste plus que quelques grandes lignes de train en fonctionnement, en plus des nombreuses lignes de banlieue. Le transport des voyageurs n’a jamais été très performant, et la lenteur des trains est vraiment un handicap.

 

VIE PRATIQUE
Prévoyez un adaptateur car les prises sont à fiche plate.

On peut caractériser les habitants comme les gens passionnés et colériques. D’autre part, ils se distinguent par leur politesse et leur affabilité qui se manifeste exactement partout. À la rencontre avec les amis intimes ou avec les parents les habitants de cette ville peuvent s’embrasser sur la joue, mais s’ils rencontrent les personnes familières simplement, ils peuvent saluer l’un l’autre par la poignée de main traditionnelle européenne.

L’Argentine est bercée par la musique et particulièrement le tango. Donc n’hésitez pas à aller en voir un.

Concernant, leur rythme de vie, il est en décalé par rapport à l’Europe car les Argentins mangent très tard. Pour le déjeuner à partir de 14h ou 15h et le diner à partir de 22h.

Autre caractéristiques, les gens dans la rue marche très lentement. Donc ne soyez pas pressé.

 

TELEPHONE
De la France vers l'Argentine : 00 + 54 + indicatif de la province (sans le 0) + numéro local du correspondant.
De l'Argentine vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

On peut utiliser son propre téléphone portable en Argentine avec l’option « Monde ». L’option international est en général activée par défaut. Pensez sinon à contacter votre opérateur pour souscrire à l’option (gratuite) au moins 48h avant le départ.

Si vous restez assez longtemps en Argentine, ça peut être une option avantageuse. Il suffit d’acheter une carte SIM/à puce locale prépayée (chip prepago) et de l’insérer dans son téléphone – préalablement débloqué.
On vous attribue alors un numéro de téléphone local et un petit crédit de communication.
Avant de signer le contrat et de payer, essayez si possible la carte SIM/puce du vendeur dans votre téléphone

 

CUISINE
La gastronomie est l'une des pierres angulaires de la culture. Les restos sont globalement chers si on décide de manger de la bonne viande. Mais on s’en sort correctement avec un généreux plat de pâtes ou si on s'en tient aux classiques de la cuisine locale.
Dans les restos, le service n’est pas toujours inclus, et il est d’usage d’ajouter environ 10 % au total. Les couverts et le pain (el cubierto) sont parfois facturés quelques pesos.

Ici, on ne jure que par la viande, en particulier la viande de bœuf, les plaines immenses de la Pampa favorisant l'élevage extensif de troupeaux bovins. Elle est vraiment très tendre

Les morceaux servis dans les restaurants sont bien plus gros que ceux que l’on sert en Europe. Le meilleur choix est le bife de lomo, talonné par le bife de chorizo. Attention, il fait souvent autour de 500 g ! Les viandes d'agneau (cordero) et de mouton (carnero) sont également bonnes, mais on n'en trouve théoriquement que de novembre à mars. Ce qui est très bon aussi le cabrito, le chevreau, souvent cuisiné en ragoût, et, dans le nord-est, pour le lama, vraiment succulent.
La viande se mange en général très cuite, vous avez donc intérêt à demander un degré de cuisson en dessous
Ne repartez pas sans avoir participé au célèbre asado (grillade party). C'est une institution en Argentine.

De nombreux restaurants proposent la parrillada, assortiment de viandes cuites à la braise, servi en général pour deux (a compartir). On vous apporte une sorte de minigril (la parrilla) pour maintenir la viande au chaud. Tous les morceaux de viande de bœuf sont marinés dans une sauce à base d'huile d'olive, ail et persil, appelée chimichurri.

Le plat de base argentin est la milanesa, sorte d’escalope (de bœuf ou de poulet) panée, très fine. On en propose dans tous les restos, et c’est souvent le plat de viande le moins cher de la carte.

Le poisson y est assez peu consommé et cher. Les poissons de rivière et de lac font parfois exception, comme la truite (trucha) en montagne – dans le Noroeste et vers Bariloche en particulier – ou les fameux surubí et pacú dans le Nord-est.
Le saumon blanc de mer est à goûter au nord-est de la Patagonie, dans la région de Puerto Madryn. En Terre de Feu, on se régale d’araignée de mer (centolla).

Très peu de légumes sont servis en accompagnement. Vous trouverez généralement des salades (la ensalada mixta comprend laitue, tomates et oignons), des frites (papas fritas) ou des purées. Les purées de citrouille (puré de calabaza) et de patate douce (puré de batata) sont délicieuses.

Les plats typiques (les criollos) restent l'empanada, sorte de chausson fourré au choix de bœuf (carne), de poulet (pollo), de jambon et fromage (jamón y queso) ou de maïs (de choclo). Il y a aussi les tortillas (omelettes espagnoles) et les provoletas (morceau de fromage cuit à la parrilla).
Au Nord-Ouest, vous trouverez le pastel de choclo, sorte de gratin cuit au four composé de viande hachée, raisins secs et maïs. Vous pourrez aussi déguster le locro, soupe de haricots préparée avec du maïs blanc et de la viande de porc, qui rappelle un peu le cassoulet.

Il y a aussi une grande influence italienne avec des plats de pâtes excellents, des raviolis.

Les Argentins adorent les sucreries notamment le dulce de leche, une confiture de lait très sucrée. Ils s'en servent pour accompagner à peu près tout : crêpes (panqueques), gâteaux (notamment le budín de pan), salades de fruits, glaces.
La ville de Bariloche, au nord-ouest de la Patagonie, cultive une belle tradition chocolatière. La spécialité est la rama, du chocolat feuilleté qui prend l’aspect d’une bûche ou d’une branche d’arbre.

Ils adorent également les boissons sucrées. Vous trouverez des boissons locales à base de jus de pamplemousse, le licuado, mélange de fruits frais et de lait.
Le café est en général de bonne qualité.

Enfin le vin argentin dont les trois quarts proviennent de la région de Mendoza, dans l'ouest du pays, et notamment de la vallée d’Uco, produit parmi les meilleurs crus du pays. Il y a à majorité du vin rouge mais vous pouvez trouver de très bons vin blancs dans la région de Cafayate (Salta).

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram!

Timbre - Newsletter - MONPLANVOYAGE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos inspirations de voyage, les séjours du moment et obtenez nos guides pratiques pour des astuces voyages. 

 

Bolivie

 

bolivie carte monplanvoyage

Informations pratiques

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide encore 6 mois après la date de retour.
La Bolivie n’exige pas de visa pour les touristes français.
Pour un séjour de plus de 90 jours, un visa est nécessaire.

 

CLIMAT
L’Altiplano, au-dessus de 3 000 m, est marqué par une saison sèche qui s’étend d’avril-mai à octobre-novembre. C’est le meilleur moment pour visiter la région. En juillet et en août, au cœur de l’hiver austral, il peut faire très froid la nuit, surtout si le vent se lève.
Les grands sommets andins, la laguna Verde voient alors le mercure descendre à - 20 °C, - 30°C.
À La Paz, il peut geler, et Sucre se perd dans le brouillard et la neige bloque parfois le salar et le Sud-Lípez. Dans la journée, heureusement, le thermomètre remonte vite (15 à 20 °C). À cette période, les pluies sont rarissimes.

Les vallées tempérées du centre du pays bénéficient, elles, d’un climat globalement plus doux. À Cochabamba, il fait ainsi en moyenne 7 à 10 °C de plus qu’à La Paz. Mais il vous faudra y sortir les lainages le soir en juillet et en août. À l’époque des pluies, une chaleur étouffante envahit la région.

L’Amazonie et les plaines de l’Est (El Oriente, 67 % du pays) connaissent des hivers souvent très chauds (il peut faire 35-37 °C en août à Trinidad !), entrecoupés de coups de froid dus aux surazos (vents glacés patagoniens), qui obligent carrément à sortir le pull d’alpaga sous les cocotiers !
Au mois d’août, la région peut être recouverte d’une fumée dense (chaqueo), due aux cultures sur brûlis. En été, il pleut beaucoup. Vraiment beaucoup. En Amazonie, les routes et les pistes sont régulièrement coupées et impraticables.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 6h en été et moins 5h en hiver.

 

DEVISE
Le boliviano.

Attention aux vieux billets recollés qu'on vous refilera parfois : ils sont valables, mais à condition que le numéro de série soit le même à droite et à gauche du billet.

Aucun problème pour changer des dollars, voire des euros, soit dans les banques, soit dans les casas de cambio (bureaux de change), qu’on trouve un peu partout.

Ne comptez pas trop sur les cartes de paiement pour payer vos dépenses courantes, vous ne pourrez les utiliser que dans certains hôtels, restaurants ou boutiques chics des grandes villes.

En revanche, vous trouverez dans la plupart des villes des distributeurs automatiques de billets (cajeros automáticos) acceptant les cartes Visa et, plus rarement, MasterCard et Cirrus.

 

LANGUE
ESPAGNOL et le QUECHUA et l’AYMARA parlés par les locaux.

 

RELIGION
Majorité catholique.


SANTE
Pas besoin de vaccins mais il est recommandé d’être à jour de ses vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, hépatite B, et pour les séjours un peu longs, hépatite A.

Il est indispensable de contracter avant le départ une bonne assurance voyage. Avec une assurance, les soins sont couverts (analyses comprises) et, dans les bons hôpitaux, un médecin prendra contact avec celui de l’assurance pour décider s’il y a lieu d’effectuer un rapatriement ou non.

Pas de boissons non contrôlées (sauf bouillies : thé, café) et pas de glaçons non plus (sauf dans les restos ou cafés chic) ; éviter les crudités dans les petits restos pas chers, le lait et ses dérivés non industriels, les viandes peu cuites ou servies non fumantes

Pour l’eau, bouteille (scellée) obligatoire.

 

TRANSPORT
Même si le réseau se développe, le ripio (pistes) reste plus fréquent que l’asphalte

Les bus sont nombreux et bon marché, à défaut d’être particulièrement rapides et sûrs ! Les pannes ne sont pas rares non plus. Parmi les meilleures, citons El Dorado et Trans Copacabana I. Mais attention, les rachats sont courants et les changements de nom aussi. En règle générale, sur les longs trajets, les départs des différentes compagnies sont groupés en fin d’après-midi ou le soir, et le voyage se fait de nuit pour arriver au matin. Pour espérer dormir un peu, mieux vaut privilégier les « semi-cama » ou « cama », ces derniers étant pourvus de sièges fortement inclinables.
Avant le départ, dans tous les terminaux, une taxe de 1,50 à 3 Bs est imposée pour accéder aux quais.

Il convient de différencier le bus du micro et du minibus (combi). Là où le 1er dispose d’une cinquantaine de places, le 2e en a généralement une grosse trentaine et le 3e une quinzaine. Les micros, souvent vieillots et poussifs, circulent surtout en ville et sur les courtes distances. Les bagages voyagent toujours sur le toit. Généralement, on les couvre avec un plastique pour les protéger de la poussière et de la pluie

Relativement bon marché et bien pratique, l’avion permet un sacré gain de temps par rapport au bus.

Le réseau ferré bolivien marche plutôt bien, mais il est peu développé. Ferroviaria Andina dessert l’itinéraire Oruro-Uyuni-Tupiza- Villazón quatre fois par semaine avec les trains Expreso del Sur (un peu plus rapide) et Wara-Wara, ainsi que la ligne Uyuni-Avaroa (frontière chilienne) deux fois par semaine.
Plus à l’est, Ferroviaria Oriental relie Santa Cruz à Quijarro (frontière brésilienne) tous les jours sauf samedi, avec sièges cama et semi-cama (inclinables) et repas à bord.

À moins de vouloir se limiter aux seules routes asphaltées, un 4x4 est indispensable pour explorer le pays. Mieux vaut avoir l’expérience de la conduite dans les pays en voie de développement. Nombre de Boliviens achètent leur permis sans jamais le passer et les modes de conduite locaux sont assez offensifs.
Au volant, prenez garde à tout ce qui pourrait croiser votre route au détour d’un virage ou d’une côte, tels chiens, ânes, moutons, piétons, vaches et autres lamas, sans oublier les bus à contresens.
Gardez une conduite très prudente en toutes circonstances et tâchez de rester zen si un policier vous arrête pour une infraction plus ou moins imaginaire
N’oubliez pas de faire le plein dès que vous le pouvez : les stations-service sont assez éparses et pas toujours approvisionnées.

  

VIE PRATIQUE
Prévoyez un adaptateur car les prises sont à fiche plate.

Il faut respecter les règles traditionnelles de courtoisie. Les Boliviens ruraux doivent être considérés comme des paysans et non comme des indiens, c'est une insulte.

Il est permis de fumer dans tous les lieux publics sauf si une interdiction est affichée.
Pour les pourboires, les notes incluent 13% pour le service. On laisse en général 10% de la note dans les hôtels et les restaurants. Les bagagistes attendent aussi un pourboire pour chaque valise.

 

TELEPHONE
De la France vers la Bolivie : 00 + 591 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Bolivie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

À moins d’avoir acheté une carte sim locale pour votre téléphone débloqué auprès d’Entel, Viva ou Tigo (10-80 Bs), le mieux est de se rendre dans les centros de llamadas et boutiques de téléphonie possédant des cabines avec décompte du prix de la communication.

On peut aussi y acheter une carte téléphonique prepagada, à gratter, ou utiliser un code transmis automatiquement par le commerçant.

 

CUISINE
La cuisine bolivienne n'est pas particulièrement variée, mais elle est extrêmement copieuse et a le mérite de décliner sous de nombreuses formes les ingrédients dont elle dispose.
Dans l'assiette, on retrouve pommes de terre, riz, pâtes, céréales andines, œufs, poulet, viande des camélidés, bovins et ovins qui arpentent l'Altiplano, et poissons d'eau douce.

La cuisine n’est pas particulièrement relevée, mais une sauce piquante est placée sur la table.
D’une part, il y a les restos fréquentés par les Boliviens eux-mêmes, surtout pour l’almuerzo du midi, où l’on mange « typique » pour trois fois rien. Le choix y est en général extrêmement limité (la soupe et le plat du jour) et l’hygiène pas toujours assurée

Autre catégorie, ceux fréquentés par les touristes, au moins trois fois plus chers (mais pas bien ruineux pour autant), pour une cuisine qui, si elle est souvent copieusement servie
Certaines proposent aussi un almuerzo. Il n’y a que dans les grandes villes que l’on trouve des restaurants un peu chic (mais très abordables) fréquentés aussi par la bourgeoisie locale et proposant une cuisine qui se veut plus élaborée.

Les pommes de terre omniprésentes, elles forment la base de l'alimentation des peuples andins.

Les céréales des Andes : on rencontre en particulier le quinoa, délicieux en soupe (aux légumes) ou avec du lait, même si on le trouve aussi sous forme de pain et de pâtes. Il occupait la place centrale dans l'alimentation inca. On trouve aussi la proche cañahua, moins répandue, le millmi (amarante) et le tarwi (graines de lupin des Andes).

Côté viandes, bœuf, lama et poulet prédominent.

Tous les restos servent les incontournables milanese de pollo ou de lama - de la viande panée - et le steak grillé sud-américain, le churrasco.
Sajta de pollo : poulet mijoté avec oignons, ail et cumin ; servi avec des pommes de terre.
Ají de lengua : langue de bœuf en sauce piquante.
Anticuchos : brochettes de cœur de bœuf + piments.
Fricassé : plat mijoté de porc au maïs et pommes de terre.
Chicharrones : morceaux de porc frit, servis avec maïs blanc et pommes de terre ou chuño. On en trouve partout sur les marchés.
Parillada : morceaux de viande et abats grillés au feu de bois. On apporte la parillada sur de petits barbecues portatifs et ça finit de cuire à table.
Pacumuto : brochettes de viandes (région de Santa Cruz).
Pique macho : originaire de Cochabamba, c’est une montagne de viande, saucisses en dés, frites froides, oignons et autres légumes, avec un œuf dur sur le dessus.
Salteña (ou empanada) : spécialité venue du nord de l’Argentine. C’est une sorte de chausson au poulet, à la viande et aux oignons ou aux légumes, excellent quand il est chaud. Accompagne souvent le petit-déjeuner ou sert d’en-cas dans la matinée. Quand elle est frite, la salteña devient une tucumana.
Toutes les soupes (sopas), appréciables en altitude, sont excellentes et peu chères. Goûtez le chairo à La Paz, à la viande de bœuf et d’agneau séché et, à Potosí, la k’arapulca, une soupe très consistante dans laquelle on plonge traditionnellement une pierre chaude pour la maintenir à température.
Pour les desserts, goûtez aux délicieux fruits, que l'on trouve partout en abondance : mangues, oranges, papayes... et fruits de la forêt en Amazonie.

Au petit déjeuner ou au goûter, les Boliviens prennent une boisson chaude, sucrée et épaisse à base de maïs violet, cannelle et clou de girofle : l’api. Il est souvent vendu avec des buñuelos (beignets) sucrés ou au fromage.
Autre boisson prisée, le refresco de quinoa, mélange de lait, de quinoa et de jus de pomme.
Le café matinal est toujours au lait car il est vraiment trop fort pour être bue en version petit noir.
Vous pourrez aussi goûter le populaire Coka Quina préparé à base d’extraits de feuilles de coca et de quinine).
Le mate de coca, simple tisane de feuilles de coca, au goût peu marqué, vous sera proposé un peu partout dans les hauteurs pour ses vertus anti-soroche (mal de l’altitude).
La chicha , confectionnée à base de maïs (et éventuellement de fruits) fermenté(s) au terme d’un processus long et complexe, est très réputée dans le département de Cochabamba, à Punata et Tarata. Elle est servie pure avec du clou de girofle ou avec du sorbet à la cannelle
Il existe aussi des bières locales et les amateurs de vin se rendront dans la région de Tarija, pour une tournée, avec dégustation, des exploitations locales.
Le singani, le pisco bolivien, une eau-de-vie de raisin, est largement utilisé dans les cocktails notamment l’incontournable chuflay (avec citron et Sprite) et les plus populaires le té con té (avec du thé).

Inspirez-vous avec notre compte Instagram!

Timbre - Newsletter - MONPLANVOYAGE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos inspirations de voyage, les séjours du moment et obtenez nos guides pratiques pour des astuces voyages. 

 

Antigua-et-Barbuda

 

antigua carte monplanvoyage

barbuda carte monplanvoyage

Informations pratiques

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Pour un séjour de moins de 42 jours, passeport valable au moins 6 mois après la date d'entrée
Nécessité de présenter un billet de retour.
Au-delà de 42 jours, un permis de séjour est nécessaire.

 

CLIMAT
La saison sèche s'étend de décembre à avril. Le temps est bien ensoleillé, il fait chaud mais sans excès.
Ces îles connaissent un climat notablement plus sec que la plupart des autres îles antillaises - même pendant la saison humide, qui s’étire de juin-juillet à novembre. Les températures oscillent entre 23 °C en hiver et 31 °C en été. Cette période est baptisée « hivernage ».
C’est également la saison des ouragans, surtout entre août et octobre. Quant aux averses, essentiellement en fin de journée, elles sont violentes mais brèves. Le mois d'octobre est le plus humide et la côte Est (côte « au vent ») est plus arrosée que la côte Ouest.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 6h l’été et moins 5h l’hiver

 

DEVISE
Le dollar des Caraïbes Orientales (EC$ ou XCD) divisé en 100 cents.

Partez avec des dollars américains et/ou retirez du liquide dans les distributeurs à l’arrivée. On en trouve à l’aéroport et dans toutes les banques du centre de St John’s, près de Heritage et Redcliff Quays.

 

LANGUE
ANGLAIS et entre locaux CRÉOLE

 

RELIGION
Majorité anglicane.


SANTE
Aucune vaccination obligatoire pour les voyageurs en provenance d’Europe ou d’Amérique du Nord. Il convient que soient à jour les vaccinations universelles : tétanos, poliomyélite, diphtérie, coqueluche (Repevax®), hépatite B et d’être en possession d’une assistance rapatriement.

Impossible, en revanche, de se prémunir des no see ‘ums (« invisibles »). Ce sont des minuscules puces de sable, qui fourmillent en été sur les plages. Renoncez au plaisir de marcher les pieds nus dans le sable après la pluie et à la tombée du jour.

Faites aussi attention aux mancenilliers (manchineels), ces arbustes qui, sous une apparence anodine, peuvent s’avérer extrêmement dangereux. Leur sève sécrète une toxine que l’on retrouve jusque dans leurs fruits (ressemblant à des mini pommes). Ne les touchez pas et ne vous abritez même pas dessous lorsqu’il pleut... Les gouttes qui glissent le long du feuillage se chargent de poison et brûlent la peau.

L’eau du robinet est partout potable.

Pompiers : 911

Les urgences de l’hôpital Holberton de St John’s : 462 02 51

 

TRANSPORT
Le Barbuda Express, une sorte de catamaran rapide à moteur, relie Antigua à Barbuda en 1h30 environ. Les départs ont lieu tous les jours, sauf le lundi et le dimanche

Tous les transports publics se font en minibus. Ils sillonnent les grandes routes de l’île au départ des deux terminaux de Saint John’s (West et East).
lIs circulent donc principalement entre le lever du jour et la tombée de la nuit. Les fréquences varient selon les lieux : toutes les cinq minutes en moyenne entre Dickenson Bay et St John’s par exemple, beaucoup moins souvent pour rejoindre le nord-est de l’île vers Devil’s Bridge.

Pour la location de voiture, un permis de conduire local temporaire est obligatoire pour toute location de voiture à Antigua-et-Barbuda. On peut l’acquérir directement chez le loueur de voitures, ou bien au sein des bureaux de police d’État. Il vous en coûtera environ 20 US$. Les routes sont tout juste correctes et les obstacles assez fréquents.

La plupart des complexes hôteliers disposent de leur propre stand de taxis et on en trouve aussi aux quais de Heritage et Redcliff mais cela reste plus onéreux qu’une location de voiture.

 

VIE PRATIQUE
ll faut prévoir un adaptateur avec des fiches plates à l'américaine.

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Si le cas se présente, on évitera en revanche d'encourager la mendicité, notamment celle des enfants, en faisant des distributions « sauvages » dans la rue. Si l'on souhaite apporter son aide en fournissant du matériel scolaire, des vêtements ou des médicaments, il est préférable de les remettre au directeur de l’école, au chef du village ou au dispensaire le plus proche, qui sauront en faire bénéficier les plus démunis.

 

TELEPHONE
De la France vers Antigua: 001 + 268 + numéro du correspondant.
De Antigua vers la France: 00 + 33 + indicatif régional + numéro du correspondant.

 

CUISINE
Traditionnellement pauvre et simple, la cuisine d’Antigua fait à la fois appel aux produits locaux (pas mal de poisson et de fruits tropicaux) et, aux nouvelles foods d’Amérique du Nord.

Les repas sont composés en général d’un bon gros plat de viande ou de poisson accompagné de riz, de pâtes, de fungie (polenta) ou de bananes plantains. Ajoutez à cela une petite salade (de macaronis) et une Wadadli bien fraîche. Pour un en-cas rapide, les insulaires misent volontiers sur les pizzas.
Les restos gastros des grands hôtels, largement déconnectés des réalités locales, proposent une cuisine fine mais beaucoup plus chère.

Concernant les spécialités locales, en hors-d’œuvre, on trouve souvent des conch fritters (accras de conque) et crabe farci (épicé). En plat principal, le saltfish buljol est une recette trinidadienne de morue dessalée fricassée avec oignons, tomates et poivrons. La morue est aussi souvent accompagnée par les ducanas, des beignets de patate douce relevés de muscade et de cannelle, bouillis dans des feuilles de banane.

Dans les restaurants populaires, le poisson dépend de la pêche du jour : peut-être du grouper (mérou), peut-être du red snapper (vivaneau) ou du thon. Les conques ne font pas que des accras, elles sont aussi très bien en curry (au coco).

Autres classiques : la langouste (de Barbuda), les crevettes à la noix de coco, le pepper pot originaire de Guyana. Ce dernier est une sorte de ragoût de bœuf, porc ou mouton (voire poulet) baignant dans une sauce au Cassareep (à base de cassave), aux piments et à la cannelle. On le sert avec le fungie.

Au dessert, on trouve des glaces, des bananes flambées au rhum, des tartes aux fruits tropicaux comme le coconut pie - parfois épicée de cannelle et de muscade et la tarte à la mangue à ne pas manquer.
En boisson, vous avez des jus de fruits frais ou cocktails à base de rhum. Le lait de coco et la bière blonde locale, une Wadadli, sont aussi très consommés.

Inspirez-vous avec notre compte Instagram!

Timbre - Newsletter - MONPLANVOYAGE

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos inspirations de voyage, les séjours du moment et obtenez nos guides pratiques pour des astuces voyages.