Articles in Category: Amériques

Amérique description


Costa Rica

costa rica carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable valide au moins 1 jour au-delà de la date de sortie du Costa Rica. 
Au-delà de 90 jours, le visa est obligatoire.

Attention aux formalités d'entrée aux États-Unis si vous transitez par ce pays (voir informations pratiques Etats-Unis).

 

CLIMAT
La saison sèche s’étend de décembre à avril avec des variantes de quelques semaines selon les secteurs géographiques. Mars et avril sont généralement les mois les plus chauds.

La saison des pluies s’étend de mai à novembre, là aussi avec des variantes de quelques semaines selon les zones. Il s’agit de la saison fraîche et verte, avec des températures plus basses.

A San Jose et la Vallée centrale, il y règne un microclimat avec un air doux mais jamais trop chaud, des températures oscillant entre 20 et 25 °C à l’année.

Côté Caraïbe, c’est un climat tropical avec des pluies beaucoup plus fréquentes que sur la côte Pacifique. Il n’y a pas vraiment de saison sèche, mais des mois plus secs que les autres, comme septembre et octobre. 

Dans la Zona Norte, Santa Elena/Monteverde, les mois les plus froids sont décembre et janvier. Les mois les plus pluvieux sont juillet et août. En saison sèche, les températures remontent pour tourner autour de 23 °C.

Dans la province du Guanacaste (nord-ouest du pays) et dans la péninsule de Nicoya, la saison sèche se démarque par son aridité. Pendant cette saison, il fait très chaud. Les températures dans la journée oscillent entre 30 et 35 °C, parfois plus. La nuit, le thermomètre ne descend jamais sous les 20 °C. Les villes de Puntarenas et Liberia sont classées parmi les villes les plus chaudes du Costa Rica.

La côte Pacifique centrale et la Zona Sur (péninsule d’Osa) a un climat tropical mais moins aride que dans la partie nord Pacifique.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 8h l’été et moins 7h l’hiver

 

DEVISE
Le colón (CRC)

Les dollars américains sont acceptés pratiquement partout, mais on vous rend la monnaie en colones, avec une manière de calculer le taux de change qui est rarement à votre avantage. 

 

LANGUE
ANGLAIS sur la côte pacifique et dans les grandes villes et ESPAGNOL côté Caraïbe.

 

RELIGION
Majorité catholique.

 

SANTE
Aucune vaccination particulière n’est exigée.

Comme d’habitude, on vous donne les vaccinations conseillées avant de partir : vaccinations universelles telles diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite et hépatite B. 
Les vaccinations contre l’hépatite A et la typhoïde sont recommandées. 
Les visiteurs venant de pays infectés par la fièvre jaune doivent être en possession d’un certificat de vaccination contre cette maladie. Il sera exigé à l’entrée dans le pays. 

Elle est potable dans la plupart des régions du pays. Malgré tout, dans les secteurs les plus reculés, il est préférable de boire de l’eau en bouteille et de ne pas boire l’eau du robinet dans les petits hôtels.

 

TRANSPORT
Un véhicule tout-terrain 4x4 est indispensable au Costa Rica où les pistes de terre sont plus nombreuses que les routes bitumées. Le réseau des routes bitumées est par endroit en mauvais état.

Un GPS est très utile car les panneaux de signalisation sont rares. Attention, il est souvent en supplément de la location de la voiture. 

Stations-service (bomba ou gasolinera) sont nombreuses dans les villes importantes, il n’est pas difficile de trouver une station-service. En revanche, dès que vous sortez des grands axes, sur des routes secondaires ou des pistes, pensez immédiatement à faire le plein d’essence, pour rouler l’esprit tranquille. 

Ne rien laisser dans le véhicule, de jour comme de nuit, ni affaires, ni bagages. Si possible, garer son véhicule dans les parkings publics surveillés (Parqueo Público).

Les taxis au Costa Rica ne sont pas chers et sont faciles à repérer : les véhicules sont tous peints en rouge avec un triangle jaune sur les portières avant. 

Au Costa Rica, le bus est une bonne option de transport pour les petits budgets. Les fréquences sont nombreuses et les prix très intéressants. Dans les gares routières, il n’y a pas de bousculade, puisque chacun a une place attribuée.
Les billets s’achètent à l’avance si possible ou le jour même à la gare routière (Terminal de Autobuses) ou bien directement auprès du conducteur.

 

VIE PRATIQUE
Prévoyez un adaptateur pour tous vos appareils électriques.

On se lève très tôt (avec le soleil), les parcs nationaux ferment vers 16h, et l’on se couche plus tôt qu’en Europe.

Les Costariciens ne vivent pas sous le stress tel que nous le connaissons en milieu européanisé. Ainsi, il faut en tenir compte et accepter de suivre les rituels Costaricains. Si vous êtes invités à leur table, ne partez pas avant que vos hôtes semblent avoir terminé. 

Lors d’un passage au marché, la négociation est une pratique relativement courante et vous pouvez tenter de discuter le prix de vos achats. Mais dans tous les cas envisagez de payer le prix affiché si la discussion échoue.
Lorsque vous êtes au restaurant, au moment de payer l’addition, ne soyez pas étonnés de voir 10% facturés en plus pour le service, ceci en addition des taxes (13%). Les pourboires au restaurant ne sont pas une pratique courante.

Si vous effectuez une course en taxi, vous pouvez arrondir la facture aux 100 colones supérieurs ; mais à nouveau, le pourboire n’est pas obligatoire. Egalement, lors d’une excursion, vous pouvez remercier votre guide par quelques dollars si le service vous a convenu.

Les habitants considèrent la politesse comme un élément très important. Il faut donc faire attention à ne pas les vexer en refusant de saluer ou en adoptant une attitude désinvolte. Si vous croisez le regard d’une personne, adoptez un comportement poli et courtois, avec un sourire. Si vous êtes en visite dans un village amérindien, ne prenez pas de photos des habitants ni des enfants sans avoir obtenu la permission. 

Egalement, il n’est pas toléré de porter le monokini à la plage. Si vous êtes un adepte du surf, ne vous imposez pas dans le line-up. 

 

TELEPHONE
De la France vers le Costa rica : 00 + 506 + numéro du correspondant.

Du Costa rica vers la France: 00 + 33 + indicatif régional + numéro du correspondant.

Acheter une carte SIM/puce sur place qui est une option très avantageuse pour le Costa Rica. Il suffit d’acheter à l’arrivée une carte SIM locale prépayée (appelée ici « chip ») chez l’un des opérateurs locaux (Kölbi ou Movistar) représentés dans les boutiques de téléphonie mobile des principales villes du pays.

 

CUISINE
Le plat phare de la gastronomie locale est le gallo pinto, plat de riz mélangé à des haricots, noirs le plus souvent (rouges parfois). Coriandre, lait de coco, oignons, poivrons, sa recette varie aux quatre coins du pays et sa préparation nécessite pas moins de trois cuissons différentes ! C’est le typique petit déjeuner costaricien, mais on peut le déguster à tout moment de la journée. 

Le plat traditionnel, le casado, véritable repas concentré dans une même assiette, où le riz et les haricots s’accompagnent de quelques crudités (concombre, chou, tomate) et d’un morceau de viande (ou de poisson si l’on est au bord de la mer). On peut aussi demander la version végétarienne avec un œuf (huevo) au plat. Souvent, l’assiette est complétée par de fondantes tranches de bananes plantains grillées ou par de croustillants patacones, des bananes plantains frites.

Le pollo (poulet) est la viande la plus mangée. Dans les petits sodas et restos populaires, on en trouve du bon, élevé au grain et goûteux. Grillé, c’est un délice. Le lomo (bœuf) est également servie, mais les cuistots ont tendance à le faire trop cuire. Si vous demandez une viande bien cuite, le morceau risque d’arriver carbonisé. Demandez-le saignant et vous aurez peut-être la chance qu’on vous le serve juste un peu trop cuit.

Les 2 côtes (Caraïbe et Pacifique) offrent évidemment un large choix de poissons mais on le sert souvent frit.
On trouve couramment à la carte du ceviche, petits dés de poisson blanc cuits dans un jus de citron et aromatisés à la coriandre fraîchement ciselée et aux petits oignons frais.

Les empañadas, chaussons farcis à la viande (ou autre), sont vendues dans les petites roulottes de rue et se dégustent à pleines mains. 

Mis à part les excellents fruits, on peut noter l’arroz con leche (riz au lait), et le gâteau tres leches, entremets un peu lourd et sucré

Pour se nourrir au Costa Rica, il faut distinguer les sodas, sortes de cantines améliorées, où la carte est courte et traditionnelle. On y sert de petits plats du jour, la plupart du temps copieux et pas chers. Le casado y est généralement à l’honneur, ainsi que différents arroces (pluriel de arroz, riz) con..., à savoir un riz mélangé à de la viande de porc, de bœuf, des légumes ou autres. Les sodas ouvrent en continu, du matin tôt à environ 16h-17h, rarement plus tard. 

Quant aux vrais restaurants, ils se caractérisent par un petit effort de déco et un vrai sens du service. Ils sont ouverts soit en continu, soit le midi et le soir. À fréquenter plutôt le soir, car en réalité, la cuisine n’est souvent guère plus inspirée que dans les sodas, mais les tarifs sont bien plus élevés. 

Les panaderías (boulangeries) et pastelarías (pâtisseries) servent aussi des en-cas : brioches, sandwichs, petits pains, friands fourrés à la viande aux légumes

Jus de fruits frais, café, bière et rhum sont les principales boissons consommées. Enfin, on se laissera tenter par la dégustation d’eau de coco bien fraîche, appelé pipa fria. 

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

États-unis

Partez à la découverte de l’Ouest américain au départ de Los Angeles et admirer les paysages grandioses de Desert Hills, Grand Canyon, Monument Valley, Zion park. Un stop à Las Vegas sera prévu pour profiter de cette ville en plein désert.
Puis continuation vers Death Valley et le Yosemite National Park avant d’atteindre San Francisco.
Vous longerez ensuite la côte Pacifique avant votre retour à Los Angeles.
Vous commencerez votre séjour à Los Angeles avec la découverte de la renaissance du Downtown. Puis admirez la vue depuis Hollywood hill et son mythique walk of fame.

los angeles paramount studio etats unis monplanvoyagelos angeles etats unis monplanvoyage

Visitez le cœur historique et ses traditions mexicaines avant de vous ressourcer en bord de mer vers Santa Monica. Vous pourrez y pratiquer toutes les activités plein air que vous souhaitez et découvrirez la « coolitude californienne ».

los angeles pueblo etats unis monplanvoyagesanta monica venice plage monplanvoyage

Puis direction Palm Springs et son architecture moderniste où les stars hollywoodiennes ont construit de nombreuses maisons d’architecte. Puis vous atteindrez le Desert hills en Arizona pour une pause détente en bord de lac.

palm springs etats unis architecture monplanvoyagehavasu lac etats unis monplanvoyage

Vous continuerez votre route vers le Grand Canyon, vaste et magnifique, c’est une merveille naturelle que vous avez simplement à admirer. Les parois escarpées et rocheuses descendent au fond du canyon, où la rivière sauvage du Colorado le traverse vers le sud-ouest. N’hésitez pas à faire la Bright Angel Trail, qui commence au Grand Canyon Village.

grand canyon parc etats unis monplanvoyage

Puis direction Flagstaff et Monument Valley. Visitez le Wupatki National Monument qui est le domaine des ancêtres Indiens, le Walnut Canyon National Monument, un étroit canyon ponctué de pins et d’habitations troglodytiques des Indiens Sinasguas et le Petrified Forest National Park, une forêt pétrifiée et des ruines de village indien.

monument valley wupatki indien etats unis monplanvoyagemonument valley Sinasguas indien etats unis monplanvoyage

Monument Valley, quant à lui, est une immense étendue désertique d’un orange intense et c’est encore plus beau le soir au coucher du soleil. Les Navajos, propriétaires des lieux appellent cet endroit « Tsé Bii’ Ndzisgaii » c’est à dire « la vallée des rocs ». Faite la piste qui serpente au milieu des Mesas et attendez tranquillement le coucher du soleil. Une randonnée est également possible pour admirer ces beaux paysages.

monument valley parc etats unis monplanvoyage

Vous atteindrez ensuite Zion Park. Ici place à la randonnée et la nature au milieu des paysages façonnés par la Virgin river et ses affluents. Il existe de nombreux sentiers de randonnées donc n’hésitez pas à vous y attarder.

zion parc etats unis monplanvoyage

Direction la Capitale du jeu, Las Vegas où vous pouvez y passer une nuit pour profiter des différentes attractions.
Vous irez vers le nord, Death Valley (plus grand parc américain en dehors de l’Alaska). Il englobe des dunes de sable hautes comme des montagnes, des déserts de sel situés en dessous du niveau de la mer, de mystérieux rochers chantants et des canyons de grès tout en couleurs. Les extrêmes y sont la norme : la vallée de la Mort est la région la plus chaude et la plus sèche d’Amérique.

death valley parc etats unis monplanvoyagedeath valley parc dunes etats unis monplanvoyage

Puis vous remonterez vers le parc Yosémite en passant par Mammoth Lakes. Vous serez entourés de montagnes. Profitez-en pour faire des activités aquatiques et explorer les alentours.

mammoth lakes etats unis monplanvoyage

Enfin, prenez la Tioga road qui vous permet de traverser le parc d’est en ouest. Normalement elle est ouverte jusqu’à fin Octobre. Le parc est très étendu et vous aurez de très beau point de vue. N’hésitez pas à vous attarder Tuolumne Meadows, une prairie d’altitude.
Vous aurez différents points de vue, verrez des chutes grandioses et une forêt de séquoias géants magnifiques.

yosemite parc tioga etats unis monplanvoyageyosemite parc etats unis monplanvoyage

Enfin, vous rejoindrez la côte et San Francisco, connue pour ses demeures cossues de l'époque victorienne, ses tramways, sa diversité dynamique, son magnifique front de mer et son pont rouge.

san francisco maison etats unis monplanvoyagesan francisco pont etats unis monplanvoyage

Puis vous emprunterez la Pacific Highway Coast avec ses plages de rêve, criques sauvages et spots de surf branchés. Elle se faufile entre pentes boisées vertigineuses, falaises abruptes et criques battues par les vagues.
3 arrêts sont à prévoir pour profiter pleinement des lieux avant de rejoindre Los Angeles.

highway coast californie etats unis monplanvoyage

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Guadeloupe

La Guadeloupe est constituée en réalité d'un archipel de sept îles. Karukera, comme on la nomme en créole, la partie principale, a la forme d’un papillon, à laquelle sont adjointes les Saintes, Marie-Galante et la Désirade.
Vous serez charmés par ses longues plages blanches du côté de Sainte-Anne, ses plages noires à Trois-Rivières, et ses anses bordées de mangroves et de cocotiers.

les saintes ile guadeloupe caraibes monplanvoyagedesirade ile plage sable beach cocotier caraibes guadeloupe monplanvoyage

Les côtes guadeloupéennes offrent aussi de superbes fonds marins, des Saintes à Marie-Galante en passant par la Désirade.

guadeloupe plongee fond marin tortue caraibes monplanvoyage

Pour ce séjour, vous logerez du côté de Saint Anne au bord de l’eau en demi-pension.
N’oubliez pas de faire les marchés de Sainte Anne et Saint François où vous pourrez déguster et acheter tous les produits locaux.

saint anne plage sable cocotier guadeloupe caraibes monplanvoyagesaint anne marche food guadeloupe caraibes monplanvoyage

Pendant ce séjour, vous partirez découvrir Marie Galante. Après une traversée d’environ 45 mn, vous arriverez dans la commune de Grand Bourg face à l’église catholique, qui bénéficie d’une architecture magnifique. Vous passerez par le marché où se regroupent les saveurs exotiques de l’île, puis visite de l’île.
Vous découvrirez l’habitation Murat, ancienne habitation sucrière. On peut encore voir les ruines imposantes des bâtiments.

maison couleur architecture marie galante ile guadeloupe caraibes monplanvoyagemurat habitation sucre histoire marie galante ile guadeloupe caraibes monplanvoyage

Puis, visite d’une distillerie où vous apprendrez les différentes étapes de la fabrication du rhum et tout sur la récolte de la canne à sucre. Une dégustation est prévue sur le site. Selon le timing vous ferez également un arrêt dans une fabrique de sirop de batterie ou kassaverie. Enfin, vous vous baignerez sur l’une des plus belles plages de l’île et vous déjeunerez Créole au restaurant.

distillerie rhum canne sucre marie galante guadeloupe caraibes monplanvoyagemarie galante plage sable guadeloupe caraibes monplanvoyage

Une autre excursion sera prévue pour découvrir la faune est celle de Petite Terre. C’est le joyau de la Guadeloupe, véritable cliché de la carte postale. C’est le paradis pour les amateurs de plages de sable blanc, d’eau cristalline et de farniente. A bord d’un magnifique bateau à moteur, vous effectuerez une belle et agréable traversée d’environ 40 minutes, vous pourrez vous baigner dans un magnifique lagon protégé par une barrière de corail et où on a pied quasiment partout (masque et tuba à disposition à bord).

petite terre ile guadeloupe caraibes monplanvoyage

Vous découvrirez la multitude de poissons qui peuplent ses récifs, sans oublier que Petite Terre est un site de ponte pour les tortues vertes avec qui il n'est pas rare de pouvoir nager. Déjeuner créole sur la plage et dans l’après-midi petite marche digestive à la découverte des falaises, des iguanes, des oiseaux des Bernard l’ermite et du phare.

petite terre ile tortue faune marin guadeloupe caraibes monplanvoyage 2petite terre plage sable cocotier ile guadeloupe caraibes monplanvoyage

Enfin, vous ferez une excursion en pleine nature en 4x4 dans le Nord de la Basse-Terre au contact de la population des agriculteurs, des plantations d'ananas, cannes à sucres.

agriculture plantation fruit guadeloupe caraibes monplanvoyage

Visiter les petits villages de pêcheurs typiques de la côte Caraïbes, approchez les plus belles plages de la côte d'Or la côte Sous le Vent.
Un délicieux repas créole de toutes saveurs vous sera servi à Pointe-Noire.

deshaies plage sable cocotier basse terre guadeloupe caraibes monplanvoyagedejeuner creole guadeloupe caraibes monplanvoyage

L'après-midi, vous plongerez dans les cascades du Parc National aux eaux turquoise et traverserez le Parc à la découverte de la forêt tropical humide et luxuriante pour votre plus grand plaisir. En fin de circuit, vous traverserez les petits jardins créoles pour goûter une multitude de fruits de saisons et apercevrez une grande variété de cultures de légumes divers et variés.

cascade parc national foret guadeloupe caraibes monplanvoyagefruit jardin parc guadeloupe caraibes monplanvoyage

Guyane

guyane carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Carte d’identité suffisante.

 

CLIMAT
Le climat est équatorial. La température reste constante toute l'année : en moyenne 26 °C, maxima à 33 °C.

Le rythme des saisons n’est donc marqué, dans cette région équatoriale, que par les pluies.
En janvier et février, le soleil et les averses tropicales se disputent la place : c'est la « petite saison des pluies ». De mars à mi-avril, c'est le petit « été de mars », encore bien ensoleillé. De mi-avril à fin juin, c'est la grande saison des pluies (et la saison de ponte des tortures luth).
La saison sèche s'étend de juillet-août à novembre.
Sur le littoral, la chaleur humide est tempérée par les alizés ; elle est plus intense en forêt, mais les nuits y sont fraîches et moites

La Guyane est épargnée par les cyclones.
Prévoir du liquide pour les déplacements en dehors des villes principales.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 5h en été et moins 4h en hiver.

 

DEVISE
L’euro (€).
Les cartes de crédit (Visa, MasterCard, Eurocard, American Express) sont acceptées dans les hôtels, restaurants et boutiques, du moins en ville.

 

LANGUE
FRANÇAIS et FRANÇAIS CRÉOLE entre locaux

 

RELIGION
Majorité catholique.


SANTE
Les normes et infrastructures sanitaires sont identiques à celles de la métropole, au moins sur la bande littorale. Les séjours en forêt ne présentent pas de danger particulier, pour peu que l’on prenne quelques précautions élémentaires.

Il faut être à jour sur les vaccinations « universelles » : diphtérie, tétanos, polio, hépatite B, et pour les séjours un peu longs, hépatite A.
Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire. Pour ceux qui l'ont déjà fait, il est valable 10 ans.

Pour ceux qui séjournent en forêt ou en zone rurale, le vaccin contre la typhoïde et le traitement antipaludique sont vivement conseillés.
L’eau du robinet est potable sur le littoral et dans les principaux bourgs à l'intérieur des terres.
En forêt, prévoir des bouteilles d’eau capsulées et des comprimés désinfectants, de type Micropur.
On peut se baigner sans danger dans les fleuves de Guyane. Certes, la couleur brune de l’eau de mer n’est pas forcément attrayante de prime abord, mais elle n’est pas pour autant signe de pollution.

SAMU : 15.
Centre hospitalier de Cayenne : 05-94-39-50-50.

 

TRANSPORT
Il n’existe pas de réseau ferroviaire en Guyane.

La route principale, de bonne qualité, relie le Brésil et le Surinam en longeant la côte. Elle dessert toutes les villes du littoral, notamment Cayenne, Kourou et Saint-Laurent-du-Maroni, et certaines communes de l'intérieur (Roura, Régina, Saint-Georges). La RN2 se termine à Saint-Georges-de-l'Oyapock, à l'est du territoire.

En dehors de cette bande littorale, le réseau routier n’est pas très dense ; il est parfois même sous-équipé. À l'intérieur de la région, les routes laissent parfois place à des pistes. Attention, certaines d'entre elles sont réservées aux professionnels de l'exploitation forestière et de l'orpaillage. Mais dans certaines régions, les fleuves sont, avec l'avion, le seul moyen de circuler.

Pour rejoindre les communes qui ne sont pas desservies en bus depuis Cayenne, on peut prendre les minibus ou taxis collectifs de 9 places, qui partent lorsqu'ils sont pleins. Les horaires sont donc variables. Ils partent de la gare routière située face au canal Laussat, à Cayenne, pour desservir les communes du littoral.

Il est préférable de se renseigner sur les conditions de location de voiture et de réserver à l’avance.
Attention, tous les villages n’ont pas de pompe à essence ! S’assurer avant de partir que l’on disposera de réserves suffisantes.

La pirogue est le seul moyen, en dehors de l’avion, de s’enfoncer à l’intérieur jusqu’à Maripasoula, Saül ou encore Camopi, en remontant des fleuves. Le voyage s’effectue à bord de pirogues en bois ou en aluminium, équipées de moteurs hord-bord, qui peuvent accueillir de 8 à 14 passagers. Adaptées pour la navigation dans les rapides, les pirogues sont conduites par des Noirs-Marrons (Bushinengés), maîtres dans l’art de la manœuvre entre les sauts (rapides) et les bancs de sable.

Il est déconseille toute expédition en forêt ou sur un fleuve sans guide professionnel.

  

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’un adaptateur car les prises sont les mêmes qu’en métropole.

En forêt voici quelques principes de confort et précautions de base à avoir :
Porter des vêtements longs en coton, des chaussures fermées et s’enduire de répulsif contre les insectes.
Prévoir un poncho pour les averses, un vêtement chaud pour la nuit (fraîche en forêt).
La moindre plaie doit être soigneusement désinfectée, sans quoi l’humidité ambiante risque de l’aggraver.
La nuit, retourner ses chaussures sur des bâtons plantés dans le sol, pour éviter d’y trouver des squatters au réveil.
Suivre les sentiers balisés, ou bien un guide expérimenté, pour éviter de se perdre.

 

TELEPHONE
De la France vers la Guyane : 00 + 594 + numéro local du correspondant.
De la Guyane vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Il y a des cabines téléphoniques à cartes un peu partout, même dans les plus petits villages.
Loin du littoral, l'accès est parfois difficile. Quelques rares villages amérindiens, bushinengés ou de l'intérieur ne disposent pas de téléphone, comme par exemple Saül, au cœur de la région.
On peut utiliser son portable en activant l'option monde.

 

CUISINE
La cuisine en Guyane est à l’image de ceux qui la font : métissée, cosmopolite, et pimentée

En entrée, il y a notamment les accras, ou marinades, de morue ou de crevettes, le boudin guyanais, etc.

On trouvera dans son assiette des poissons et gibiers locaux aux noms souvent inconnus des métropolitains.
La Guyane offre diverses manières de préparer les plats. Le blaff est un court-bouillon relevé à base d’oignons, d'ail, de céleri, mais aussi de basilic, de clous de girofle, de piment... Les fricassées (ragoûts de viandes) sont une spécialité de la cuisine guyanaise. Signalons aussi la pimentade, sorte de court-bouillon à la sauce tomate, et le rôti cougnade, à base de poisson grillé.
Le bouillon d’awara est le « plat national », traditionnellement servi à Pâques ou à la Pentecôte, préparé plusieurs jours à l’avance. L'awara est un palmier dont la pulpe du fruit sert de liant à un ragoût agrémenté de poulet et de poissons boucanés. On fait mijoter ensemble, pendant des heures, moult déclinaisons porcines (jambon cru, lard fumé, queue de cochon), chou, concombres, aubergines, haricots, morue dessalée, poisson boucané, poulet farci, crevettes.

Ici, les crevettes sont reines. Des petites sea-bob aux grosses shrimps(crevettes géantes), on les consomme en brochettes, en beignets (marinades) ou encore en blaff.

Il y a une grande variété de poissons : l’acoupa à la chair blanche et tendre, le machoiran, le mérou, le coumarou, le vivaneau, le requin, sans oublier le piraye, nom local du piranha ! On les mange aussi en blaff, ou bien grillés et accompagnés de jus de citron ou d’une sauce au lait de coco.

Pour le gibier, c’est incontournable, il sera servi en fricassée. Cette sorte de ragoût accommode aussi bien la viande blanche que rouge, la volaille que le porc. Il est accompagné de riz, de haricots rouges ou de couac (sorte de semoule).

Les épices tels que la muscade, gingembre, girofle, cannelle, poivre et piment restent incontournables dans les recettes locales.

Les fruits exotiques que l’on trouve ici sont proposés à la crème, en tartes, en flans, en gâteaux, et surtout en délicieux sorbets.

La boisson locale est le rhum, très consommée sur place.

Concernant le vin, il reste importé donc très cher.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Cuba

Cuba, c’est un mode de vie unique !
Tout d’abord par sa nature avec ses kilomètres de plages, baignées par des récifs coralliens interminables et ses chaînes de montagnes qui se teintent du vert profond des forêts tropicales.

cuba plage sable cocotier caraibes monplanvoyagecuba foret nature tropical vegetation caraibes monplanvoyage

Ses villes se parent d’une architecture hispano-coloniale au son de la musique Cubaine omni présente dans les rues.
Son peuple, comme aspiré dans une parenthèse temporelle, entre belles américaines, carrioles et calèches, ne lasse pas de séduire.
Le passé a laissé sa marque remarquable dans la vieille Havane mais aussi à Cienfuegos, Trinidad et, dans une moindre mesure, à Santiago et Camagüey…
Il y règne une atmosphère très particulière, où se mêlent tout à la fois la difficulté et la joie de vivre.

trinidad rue cheval habitant cuba monplanvoyagecuba femme cigare monplanvoyage

Vous partirez pendant 10 jours en autotour à la découverte d’une partie de Cuba.
Tout d’abord, quelques jours à La Havane vous permettra de vous imprégner de cette atmosphère.
Le matin, faites un tour dans un marché « agro » typique pour découvrir les produits et l’ambiance cubaine.

la havane marche food local cuba monplanvoyagela havane marche food local legume cuba monplanvoyage

Allez du côté du Castillo de la Real Fuerza, la plus ancienne forteresse coloniale et la plaza de armas avec ses magnifiques palmiers royaux.
Baladez-vous dans la vieille ville cubaine La Habana avec ses rues et ses vieilles maisons.

la havane place palmier cuba monplanvoyagela havane habana ville quartier cuba monplanvoyage

Enfin, dirigez-vous vers la plaza vieja, promenade où tout le monde se rejoint, à toute heure du jour, et le soir pour se détendre et écouter le son de la musique cubaine. Le Malençon est aussi un lieu de promenade très prisé de tous les cubains en fin de journée pour déguster un bon rhum également au son de la musique cubaine.

la havane malencon promenade cuba monplanvoyagela havane cafe musique danse cuba monplanvoyage

Vous partirez à l’ouest de l’île vers la vallée de Viñales parsemée de mogotes (pains de sucre). Cette terre fertile et son climat favorable en ont fait le lieu idéal pour la culture du tabac. C’est un paysage entouré de montagnes et parsemé de pins.

vinales vallee mogotes tabac cuba monplanvoyagevinales plantation tabac ferme cuba monplanvoyage

Le lendemain direction Trinidad, la ville au charme colonial avec ses rues pavées et ses maisons aux couleurs pastel. Partez à la découverte des rues de Trinidad avec ses restaurants et marchés typiques connus pour ses trésors culinaires.

trinidad rue maison couleur cuba monplanvoyagetrinidad marche local cuba monplanvoyage

Vous y visiterez aussi un lieu de fabrication et rénovation des instruments traditionnels de la musique cubaine. Il est possible de voir les différentes étapes de la fabrication de percussion et autres instruments à cordes. 

Enfin aller à la maison de la musique, lieu incontournable pour écouter de la salsa cubaine live tout en dégustant une boisson locale.

trinidad musique percussion instrument cuba monplanvoyage

De Trinidad, vous irez pour la journée à Topes de collantes en jeep dans le massif de l'Escambray.
Vous alternerez entre balade et baignade pour admirer cette nature cubaine. Dans un séjour plus long, vous pourrez même y passer une nuit et visiter les plantations de café.

topes collantes parc nature cascade cuba monplanvoyagetopes collantes promenade nature cuba monplanvoyage

Enfin, vous terminerez votre séjour en bord de mer pour profiter de plages cubaines et de l’eau turquoise des Caraïbes. Donc direction Cayo Coco pour quelques jours de détente totale.

cayo coco plage sable caraibes detente balneaire cuba monplanvoyage

Vous retournerez ensuite à La Havane pour votre dernière nuit à Cuba.

Ce séjour peut être allongé en prolongeant votre étape à Vinales et aussi en faisant une étape à Cienfuegos. Sachez que les temps de trajet sont longs dû à l’état du réseau routier donc ne soyez pas trop ambitieux concernant les distances.

ÉTATS-UNIS

etats unis carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport biométrique ou électronique en cours de validité, ou, si encore valide et émis avant le 26 octobre 2005, Passeport individuel à lecture optique
Autorisation électronique de voyage ESTA est demandée. Cliquer sur le lien suivant la demande ESTA

CLIMAT
Dans l'ouest américain, le climat est continental. Les hivers sont froids, particulièrement dans les Rocheuses. Les étés sont partout chauds et souvent orageux. En Arizona et au Nouveau-Mexique, il fait particulièrement chaud. Par contre, en hiver, les températures sont très fraîches, avec de fréquentes chutes de neige. À cette époque, renseignez-vous pour vous assurer que les routes d’accès ne sont pas fermées.
Si vous partez au printemps (mars-avril), les températures sont très variables, imprévisibles et peuvent être franchement froides dans certains parcs. Le printemps ne fait véritablement son apparition qu’à partir de juin.

En Californie, du fait de l'immensité du territoire, les climats sont variés. 

San Francisco connaît de faibles écarts de température d’une saison à l’autre et un bon ensoleillement général d’avril à septembre. Pluies fréquentes en hiver. Méfiez-vous cependant du fameux brouillard qui surprend nombre de voyageurs, en particulier en été.

Dans les Rocheuses, le climat est continental (hivers très froids, étés chauds) alors que le climat du sud de la Californie est de type méditerranéen (hivers doux, étés secs et chauds). La température de la mer atteint à peine 19 °C au cœur de l’été à Los Angeles et 16 °C à San Francisco.

Le nord-est de Los Angeles. est désertique ; il est d’ailleurs préférable de visiter la Death Valley à l’automne ou au printemps car l’été est caniculaire.

Pour Yosemite, renseignez-vous avant de vous y aventurer en dehors de la période estivale. Au printemps, les températures sont très variables, imprévisibles et peuvent être franchement froides.

La Floride bénéficie d'un climat subtropical. C'est le seul Etat où on peut se baigner toute l'année. L’été y est chaud et humide, marqué par de courtes et fortes pluies. L’hiver est sec et plus frais, avec quelques gelées certains jours dans l’extrême nord de l’État et des journées bien fraîches vers Orlando. Au printemps et en automne, douceur et humidité sont au rendez-vous.

En Louisiane, le climat est quasi subtropical avec des étés chauds et très humides et des hivers relativement doux et secs. En été, il peut faire horriblement chaud et humide, surtout à La Nouvelle-Orléans. Les cyclones peuvent parfois sévir, surtout vers la fin de l'été et le début de l'automne.

Dans le Nord-est des Etats-Unis, les hivers sont rigoureux. Chicago, surnommée « Windy City » (la ville des vents), voit le lac du Michigan gelé partiellement chaque hiver ainsi que les chutes du Niagara. Boston et Washington passent une partie de l’hiver sous la neige.
Quant aux étés, ils sont chauds, voire très chauds et humides et ils se prolongent parfois par un bel été indien.

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 6h sur la côte est à moins 9h sur la côte ouest.

DEVISE
Dollar américain (USD) et 1USD=0, 896€

LANGUE
ANGLAIS et ESPAGNOL (très parlé dans l'ouest américain).

RELIGION
A majorité protestante et catholique.

SANTE
Aucun vaccin n'est nécessaire par contre les frais de santé sont très élevés donc souscrivez, avant le départ, une assurance voyage intégrale avec assistance-rapatriement.

Numéro d'urgence: 911

Prévoir une bonne pharmacie de base si vous voyagez avec des enfants. De nombreux médicaments, délivrés uniquement sur ordonnance en France, sont vendus en libre-service dans les drugstores.

Attention aux tiques dans les zones boisées, n'hésitez pas à vous enduire de répulsif. Il en est de même pour les moustiques de mai jusqu'au début de l'hiver qui peuvent être très nombreux.

TRANSPORT
Au vu de l'étendue du territoire, il existe de nombreuses compagnies aériennes qui assurent les vols internes. Pour toute correspondance, prévoir large au niveau horaire au vue des délais de passage à la police des frontières. À bord, la plupart des prestations sont payantes.
On conseille d'arriver bien en avance pour l'embarquement, à cause des mesures de sécurité qui entourent les aéroports américains.

Le réseau routier est excellent et c'est un bonheur de conduire en voiture. Même si les voitures consomment beaucoup, le prix du carburant est nettement moins cher qu'en France et il y a très peu de péages.

Les panneaux indiquant le nom des rues que l'on croise sont généralement accrochés aux feux ou aux poteaux des carrefours. Donc très bien signalé.

Les feux tricolores sont situés après le carrefour et non avant donc ne vous arrêtez pas en plein carrefour juste derrière les feux.

La priorité à droite ne s'impose que si deux voitures arrivent en même temps à un croisement et que celui-ci n'a ni feux ni panneaux.

Un tournant à gauche, avec un croisement, se fait au plus court. Vous passerez l'un devant l'autre.

Attention, les Américains doublent indifféremment par la gauche comme par la droite, et ne se rabattent pas systématiquement.

Sur les routes nationales et les autoroutes, les voies perpendiculaires (ou venant de la droite) ont soit un STOP, soit un YIELD (« Cédez le passage »), et la priorité à droite n'a pas cours.
Les ronds-points donnent la priorité aux voitures qui sont déjà engagées.
S'il y a plusieurs stops, le premier qui s'est arrêté est le premier à repartir. Donc mémorisez bien l'ordre d'arrivée.

Lisez avant tout les panneaux au coin de la rue. Ne vous arrêtez jamais devant un arrêt d'autobus, ni devant une borne incendie (fire hydrant), ni s'il y a un panneau « Tow away » qui signifie « Enlèvement ». Il existe de très nombreux parkings dans les villes pour se garer tranquillement.

Lorsqu'un school bus s'arrête et qu'il met ses feux clignotants rouges, l'arrêt est obligatoire dans les deux sens. Attendez que les clignotants s'éteignent avant de redémarrer.
Le respect des piétons est primordial. Vous verrez souvent le panneau ou l'inscription au sol « Xing ». Cela signifie cross-ing, soit un passage piéton donc arrêtez vous s'il y en a un.

Pour louer une voiture, il faut avoir au moins 21 ans, et même 25 ans pour les grandes compagnies. Le permis national est suffisant pour louer une voiture aux États-Unis, mais renseignez-vous car certains États peuvent exiger un permis international en cas de contrôle de police. On peut rendre le véhicule dans un endroit différent de celui où on l'a pris (one-way rental), mais il faut payer un drop off charge (frais d'abandon). 

La location de camping-cars reste assez chère et il est interdit de se garer n'importe où. Vous devez obligatoirement passer la nuit dans les campgrounds.

Si le réseau Greyhound couvre la quasi-totalité du pays, les bus ne desservent que partiellement les parcs nationaux de l'Ouest américain. Cependant, ils sont très rapide et ont un confort total.  Il est considéré comme le moyen de transport des pauvres et il vaut mieux éviter de séjourner la nuit dans les gares routières car souvent situées dans des quartiers sensibles et excentrés.

Il faudra retirer des baggage tags au guichet et mettez-vous dans la file d'attente pour votre destination. Laissez votre bagage avant de montée et un employé, le mettra dans la soute. Attention, les consignes automatiques Greyhound sont vidées au bout de 24h, et les bagages mis dans un bureau fermé la nuit et le week-end. 

Les arrêts en route ne sont pas mentionnés sur les billets. Respectez impérativement le temps donné par le chauffeur pour la pause.

Pour les bus urbains, les abonnements à la journée sont très vite rentabilisés. Pour un petit supplément généralement, ils permettent, à l'intérieur d'un même trajet, de changer de ligne sans être obligé de racheter un autre billet. Par contre, le chauffeur ne rend pas la monnaie donc ayez l'appoint.

Le train est très confortable mais peu développé et il coûte plus cher que le bus. Pour les longues distances, Amtrak propose une série de Rail Passes valables sur tout ou une partie (Ouest, Est, Nord-Est) du territoire américain. 

VIE PRATIQUE
Prévoyez un adaptateur pour tous vos appareils électriques.

Les américains sont pragmatiques et ont un certain sens du civisme. Donc respecter les files d'attente.

On se dit facilement bonjour même si on ne se connaît pas mais pas question de faire la bise, on serre plutôt la main.

Le lunch est généralement servi de 11h à 14h30. Puis les portes se ferment pour rouvrir vers 17h. En dehors des grandes villes, on dîne tôt, à partir de 17h30-18h. Passé 21h ou 21h30 en semaine vous risquez de trouver la porte fermée, excepté dans les grandes villes.

La carte n'est pas la même le midi (moins chère) et le soir. Vous pouvez profiter des tarifs early bird à partir de 17h ou 17h30 à la réouverture car certains proposent, pendant 1h des prix spéciaux pouvant atteindre - 30 %.

Les today's specials (ou specials, ou encore specials of the day) sont les incontournables suggestions du jour, servies plutôt le soir.

Il existe aussi les salad bars, dans les supermarchés avec tout un choix de crudités, de salades composées, de plats cuisinés, des desserts, etc.

Les food courts sont très courants aux États-Unis. Ce sont des cafétérias regroupant des stands de cuisines différentes : asiatique, mexicaine, italienne. Pratique, rapide et souvent économique.

Au restaurant, on attend d'être placé et la notion du service est importante. Mais le rendement prime donc souvent on vous donnera l'addition avant la fin du repas. Si vous avez des restes dans votre assiette, n'hésitez pas à demander une barquette (doggy bag) pour l'emporter avec vous. Le pourboire n'est pas inclus dans le service, donc pensez y (10% de l'addition) car ce serait mal vu.

Les toilettes publiques (restrooms) sont toujours gratuites et bien entretenues.

Si il y a un moindre imprévu, ca ne sert à rien de s'énerver car vous serez traité comme un fou.

TELEPHONE
De la France vers les Etats-Unis: 00 1 + indicatif de la ville régionale + numéro du correspondant.

Des Etats-Unis vers la France: 011 + 33 + indicatif régional + numéro du correspondant.

L'option INTERNATIONAL est utilisée. Pensez à contacter votre opérateur pour souscrire à l'option qui est gratuite.

CUISINE
Il existe de très grandes différences d'un état à un autre. C'est une cuisine cosmopolite (asiatique, mexicaine, française...) et branchée (bio et végétarienne).

On trouve de tout et à tous les prix et les américains ont tendance à grignoter en longueur de journée.

Le breakfast in America est l'un des meilleurs rapports qualité-quantité-prix. C'est souvent un vrai repas, particulièrement le week-end (qui inclut du salé) et qu'ils prennent régulièrement dehors.
Vous trouverez des restos qui servent le petit déjeuner (certains ne font que ça), des cafétérias, des diners (restos populaires avec long comptoir), des coffee-shops. Il y a les pancakes, pain perdu que l'on appelle ici French toast, des œufs (eggs), des pommes de terre sautées avec des oignons (homefries) ou des frites (French fries), plus rarement des grits (une spécialité du Sud héritée des Indiens, entre le porridge et la polenta), des bagels plus continental et bien sûr les muffins, aux myrtilles, à la framboise, à la banane, etc. Et le granola, mélange de céréales croustillantes (genre muesli), servit avec du yaourt, des fruits.

Le brunch du dimanche, et parfois aussi le samedi, de 10-11h à 15-16h en général, de nombreux restos et même des bars servent le brunch, accompagné d'une boisson chaude, parfois d'une coupe de champagne ou d'un cocktail.

Le hamburger (ou burger) est une institution aux États-Unis. Dans les restos, ils servent d'excellentes viandes fraîches, prises entre deux tranches de bon pain (bun). Attention, il faut souvent commander à part les frites (French fries) et le coleslaw (salade de chou cru dans une sauce sucrée, en général mélangée avec des carottes râpées).

La viande de bœuf est excellente. Vous trouverez, le filet mignon, le sirloin steak (faux-filet), le ribeye (entrecôte) et le T-bone, la double entrecôte avec l'os en T. Le très tendre prime rib (côte de bœuf) a aussi ses adeptes.

Les salades sont toujours fraîches, appétissantes et copieuses. La star est la Caesar salad, à base de romaine, parmesan râpé, croûtons et d'une sauce crémeuse à l'ail. La Cobb salad est un autre classique avec de la salade verte, tomate, bacon grillé, poulet, avocat, œuf dur et roquefort. Bien sûr, toute une panoplie de sauce s'accompagne avec ces salades.

En sandwich, vous avez les wraps, sandwichs roulés dans une tortilla au maïs (ou autre céréale).

Côté sucré, vous avez les glaces agrémentées de toute sorte de garniture, les pâtisseries tel que le cheese-cake, carott cake, pumpkin pie, cupcakes...

Le café américain qui est un café allongé est très consommé ainsi que le caffè latte et le macchiato.

Les sodas sont présents partout, ice tea rafraîchit énormément quand il fait chaud et il est très peu sucré.

Milk-shakes, smoothies plus sucré et le cream sodas qui est spécifique puisque c'est un mélange de coca et de glace à la vanille. Votre taux de sucre sera atteint.

Pour les boissons alcoolisées, il faut avoir minimum 21 ans, sans dérogation possible. N'oubliez pas vos papiers (ID) car de nombreux bistrots, bars et boîtes de nuit les exigent à l'entrée. 

Les bières et les micro-brasseries sont nombreuses pour vous faire déguster une bière locale.

Les vins et ceux de la région de Californie sont hautement réputés. Certains restos n'ont pas la licence mais vous pouvez emmener votre propre bouteille.

Les cocktails traditionnels ont fait un retour et bien sûr le bourbon, le whisky américain légendaire.

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Guadeloupe

guadeloupe carte monplanvoyage 2

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Carte d'identité en cours de validité.
Attention : si vous voulez en profiter pour vous rendre dans les îles hors Caraïbes françaises (comme Saint-Martin), un passeport en cours de validité est nécessaire.

 

CLIMAT
Il fait chaud et la température de la mer peut dépasser 29 °C de juillet à octobre et ne descend jamais au-dessous de 24 °C durant la saison sèche. Concernant l'air ambiant, la fraîcheur existe dans les hauteurs.
En gravissant la Soufrière, vous découvrirez plusieurs étages climatiques, chacun avec ses fruits et sa végétation spécifiques.

De décembre à avril, c’est la saison sèche, appelée carême et c'est la plus agréable.
De mi-juin à novembre, c'est la basse saison, également appelée l'hivernage. L'air (30 °C) est lourd, voire étouffant, ne rafraîchit pas l'atmosphère, et les après-midi sont pluvieux.
Durant la saison humide, les côtes orientales, dites « au vent », sont plus arrosées que les côtes occidentales, dites « sous le vent ».

Mai, juin et novembre sont des mois plutôt agréables, et mai et juin sont vraiment propices pour découvrir la Guadeloupe en fleurs.
Les cyclones sont plutôt en août et septembre.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 6h l’été et moins 5h l’hiver.

 

DEVISE
L’Euro (€)

Les cartes de paiement sont acceptées dans la plupart des commerces. Mais attention, ce n’est pratiquement jamais le cas dans les gîtes et les chambres d’hôtes, comme en métropole.

 

LANGUE
FRANÇAIS et entre locaux LE CRÉOLE

 

RELIGION
Majorité catholique.

 

SANTE
Elle est soumise aux mêmes normes et réglementations sanitaires que la métropole. En conséquence, n’oubliez pas d’apporter votre carte Vitale voire la carte européenne d'assurance maladie pour les ressortissants de l'Union européenne.

Les yen-yens, de minuscules moucherons très pénibles qui ressemblent à de tout petits moustiques, sont un véritable fléau et piquent non-stop. Méfiance, donc, dès que le temps change ou quand la nuit tombe.

 

TRANSPORT
Le bus est à la fois pratique, vivant, et économique pour découvrir l’île et sa population à condition d’avoir du temps devant soi. Noter que les bus sont moins nombreux les mercredi après-midi et samedi après-midi, et qu’ils ne circulent pas du tout les dimanche et jours fériés. Et cela est valable pour toute l’île.

La location de voiture est la meilleure solution, quand on veut être libre de ses déplacements.
Prévoir des frais de surcharge d'aéroport (environ 25 €) avec certaines et également de rendre le véhicule propre (dedans comme dehors) : c’est une exigence courante chez les loueurs guadeloupéens.

N'oubliez jamais dans vos calculs du temps de trajet car il y a beaucoup d’embouteillage.

À part les scooters aux Saintes, on ne vous conseille pas cette formule car en Guadeloupe les gens roulent très vite. Sable dans les virages, rétrécissements soudains, conducteurs ivres venant en face, dos-d’âne non matérialisés... Les dangers sont partout.

Le bateau est pratique pour passer d’une île à l’autre par contre bien vérifier si le départ annoncé est bien maintenu et il est préférable de prendre son billet la veille.

 

VIE PRATIQUE
Même prise qu’en métropole donc pas besoin d’adaptateur.

 

TELEPHONE
Même nombre de numéros qu’en métropole et les téléphones fixes commencent par 05-90 et les portables par 06-90, à composer sans préfixe depuis la métropole.

Depuis ou vers la métropole, avec les formules d’abonnements illimités sur les postes fixes, la gratuité est de mise chez les opérateurs, y compris vers un portable.

 

CUISINE
La cuisine créole est un mélange de saveurs africaines, des parfums de l’Inde et de la cuisine de métropole.

Les poissons et fruits de mer sont très consommés.
Le vivaneau est un poisson excellent, en court-bouillon (au rocou, par exemple, délicieux condiment rouge orangé), en blaff (macéré au citron vert, puis juste saisi au court-bouillon) ou en grillade.
Le thazar, le marlin ou le requin se mangent plus volontiers en darnes grillées et steaks bien saisis qui révèlent toute leur saveur, ou encore fumés, voire en tartare.
La langouste est excellente. L’acheter plutôt à la poissonnerie du port. Elle est chère mais moins qu’en métropole.
Le chatrou (poulpe) est souvent servi en fricassée.

Quasiment tous les menus guadeloupéens proposent des acras en entrée, et souvent le boudin créole.
On trouve aussi des crabes farcis, en particulier les crabes blancs de terre.
Autre grand classique des restaurants : le colombo de poulet (curry de poulet, recette en provenance d'Inde).

On mange également le calalou (purée de légumes), le féroce (purée d'avocat à la morue hachée avec de la farine de manioc, le tout « férocement » pimenté), et le bébélé, une spécialité de Marie-Galante. Ce plat d'origine africaine consiste en une sorte de soupe épaisse dans laquelle on met du fruit à pain, des tripes, des légumes du pays, comme l'igname et le malanga, et des bananes-figues, dites poyos.

Le matété est le plat traditionnel de la Pentecôte (un équivalent antillais de la paella, avec des crabes de terre accompagnés de riz).

Le cabri, qui ressemble à de l’agneau, cuisiné en ragoût, en fricassée ou servi en colombo est la spécialité de la Désirade.

Si vous voulez manger sur le pouce, laissez-vous tenter par un bokit, sandwich local bon marché, contenant au choix viande, poisson, crudités.

Les épices prennent une place prépondérante dans la cuisine guadeloupéenne, mais elles ne viennent pas de l'île, pour la plupart. Pour en acheter, les marchés de nuit de Saint-François et de Sainte-Anne, sont conseillés.

Pour les fruits et légumes, il y a une grande variété dans l’archipel :
Les gombos : couleur verte, aspect de piment, en plus gros.
L'igname : tige grimpante dont on fait bouillir les racines. Il en existe diverses variétés. On la sert en purée ou en pain.
Le manioc : grosses racines épluchées, râpées, pressées, séchées au four et broyées en farine dans les manioqueries communautaires des villages.
La canne : sucer la pulpe comme un bâton de réglisse. On en trouve aussi sur les bords de route des étals où l'on propose du jus de canne.
La christophine : sous l'aspect d'une poire un peu bosselée, jaune pâle ou vert clair, c'est un légume des plus délicat. Verte, elle se mange en salade ; mûre, en gratin. Délicieux.
Le giraumon : avec sa couleur laiteuse, il évoque une pita gonflée ayant un léger goût de potiron. Excellent en purée.
La carambole : petit fruit jaune à la forme curieuse qui se consomme essentiellement en jus.
La patate douce : couleur rose ou orangée, goût légèrement sucré. Se mange en légume, bien sûr, mais sert aussi pour la préparation des desserts.
Le corossol : une panse verte hérissée d'épines. On dit qu'il préserve de la grippe et même des coups de soleil. Comme la carambole, on le consomme surtout en jus.
La goyave : petit fruit rose, au goût douceâtre et farineux. Excellent en jus. Très riche en vitamine C.
Le fruit de la Passion ou maracuja : fruit de la passiflore, ovoïde et lisse quand il est frais, qui renferme d’incroyables saveurs.
Les nombreuses variétés de bananes.

Et aussi il y a des papayes (vertes), litchis, citrons verts, pamplemousses (chadèques), fruits à pain, choux-pays, mangues (riches en vitamines), pommes-cannelle, sapotilles (à goût de caramel, en salades de fruits ou en glace), ananas, noix de coco.

Il existe également les sorbets coco, vendus et préparés par des marchands ambulants, les « tourments d’amour », merveilleuses tartelettes originaires des Saintes.

Le rhum est la boisson la plus consommée en Guadeloupe en dehors des jus de fruits frais.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Cuba

cuba carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Un passeport en cours de validité.
Une carte de tourisme : un formulaire OBLIGATOIRE. Attention, cette carte n’est pas distribuée dans l’avion, vous devez en faire la demande auprès du consulat cubain en leur présentant votre passeport et votre billet d’avion.
Le visa de tourisme ou carte touristique est valable pour une seule entrée dans le territoire national cubain pour un séjour d’un mois que vous pouvez faire proroger d'un autre mois, dans un bureau de tourisme d'un hôtel.
Les mineurs, quel que soit leur âge, ont besoin de la carte touristique, même s’ils sont inscrits sur le passeport de leurs parents.

L'assurance voyage : une nouvelle directive est entrée en vigueur en 2010 et impose désormais à tous les voyageurs de présenter les documents attestant la souscription à une police d'assurance voyage, couvrant les frais médicaux.
Les titulaires de certaines cartes de crédit bénéficient automatiquement d’assurances voyage et maladie. Vérifiez avant le départ les conditions, restrictions et exigences relatives à ce type d’assurance.

 

CLIMAT
C'est un climat tropical. La saison sèche (l'hiver) est de fin novembre à mai. La moyenne des températures à Cuba est alors de 25 °C. C'est la meilleure saison pour visiter la région. La saison des pluies (l'été) démarre en juin et dure jusqu’en octobre-novembre. Il y a des pluies violentes mais de courte durée, le plus souvent en fin de journée. Il fait aussi plus chaud, la moyenne des températures est de 27-28 °C. Toutefois, l'été n'est pas une mauvaise saison pour séjourner à Cuba. En août, les grosses chaleurs sont passées et il y a moins de touristes.

Les régions les plus régulièrement touchées par les cyclones sont la province de Pinar del Río, l’île de la Jeunesse et la province de La Havane. Statistiquement, le mois le plus exposé est celui d’octobre, mais la période à risque s’étend de juin à novembre. Le phénomène est très localisé et son évolution est prévisible 48h à l’avance, ce qui permet aux compagnies aériennes d’assurer leurs vols et de prévoir le lieu d’atterrissage.

 

DECALAGE HORAIRE
Moins 6h à La Havane.

 

DEVISE
Le peso cubano (la moneda nacional) (CUP): utilisée seulement par les Cubains pour acheter leur nourriture au marché, payer leur logement à l'État.

1CUP=0,033€

Le peso cubano convertible (CUC): utilisée par les Cubains et les étrangers pour les restaurants, carburant, hôtels...

1CUC=0,896€

Si vous souhaitez faire des achats ou manger dans un resto n’acceptant que les pesos cubanos (ou moneda nacional), il vous suffit de changer vos CUC dans une banque ou une Cadeca (bureau de change). En revanche, dans le sens inverse (pour changer vos pesos cubanos en CUC), seul les Cadeca effectuent l’opération.

Attention au symbole « $ » affiché dans la rue : c’est souvent le même pour les pesos cubanos que pour les pesos convertibles. Ne payez pas une glace à 2 pesos cubains avec 2 pesos convertibles.

 

LANGUE
ESPAGNOL

 

RELIGION
A majorité catholique.

 

SANTE
Il existe de nombreux hôpitaux et dispensaires.

Les soins sont payants pour les touristes. Ils sont en général remboursés par la Sécurité sociale en France. Les pharmacies (farmacias) sont nombreuses mais souvent vides. Il existe dans les grandes villes des pharmacies dites « internationales », mieux approvisionnées. Emportez quand même vos médicaments, un bon produit anti-moustiques et des crèmes protectrices contre le soleil.

Aucun vaccin n'est obligatoire et c'est l'une des régions les plus saines des Caraïbes. Toutefois, faites le vaccin contre la typhoïde et surtout l'hépatite A.

Les moustiques sont très nombreux et agressifs, surtout en été. Donc munissez-vous d'un répulsif.

Les jejenes (mouches de sable), qui attaquent parfois sur certaines plages notamment dans la région de Trinidad et à María la Gorda. Ces insectes minuscules sont particulièrement agressifs et provoquent des démangeaisons.

Il est conseillé de consommer les fruits et légumes lavés et la viande doit être bien cuite. Evitez aussi de boire l'eau du robinet.

 

TRANSPORT
Le transport reste un problème majeur dans le pays. Les voitures circulent peu et sur de courtes distances, les trains sont rares et les bus sont pris d'assaut.
Donc les Cubains passent leur temps à marcher, à faire du stop au bord de la route ou la queue dans les gares.

L'auto stop (botellas) est un moyen de transport très répandu à Cuba pour les Cubains. Mais on déconseille vraiment de faire du stop. Inversement, si vous conduisez une voiture, vous ferez office de « transport local ». Attention, on a signalé des cas de touristes volés par des auto-stoppeurs, en particulier sur les autoroutes entre La Havane et Pinar del Río, et La Havane et Santiago.

Le bus reste un moyen de transport sûr, assez pratique, et moins cher qu'une voiture de location.
On constate de grosses améliorations en matière de transports urbains dans les grandes villes et de transports inter-provinces.

Il existe 3 compagnies de bus réguliers:

Viazul : compagnie dévolue au transport des touristes. Les salles d'attente et les bus sont confortables. Et les horaires généralement respectés.

Astro : compagnie utilisée seulement par les locaux, interdite aux touristes, mais qui partage la plupart du temps la gare routière avec Viazul. Il s'agit de bus chinois pris d'assaut par les Cubains, qui doivent réserver leur place plusieurs semaines à l'avance.

Transtur : ce sont des bus « excursion », qui font l'aller-retour vers un endroit touristique donné, souvent dans la journée, avec guide à bord et déjeuner inclus dans le prix la plupart du temps. Cela revient plus cher que le transport seul avec les bus Viazul.

Les trains sont archaïques et rarement à l'heure et les portes donnant sur les voies ne ferment pas. Les seuls trains que vous pouvez éventuellement utiliser sont  ceux qui font La Havane-Santiago, La Havane-Sancti Spiritus, La Havane-Guantánamo et La Havane-Manzanillo (et Bayamo), les autres étant vraiment trop peu pratiques, ou trop lents.

Concernant les taxis, la compagnie officielle est Cubataxi, qui circule également sous l'enseigne Taxi OK et Panataxi. Ils sont assez chers mais bien pratiques pour passer d'un quartier à un autre. Les taxis officiels disposent en général d'un compteur.

La voiture de location reste la meilleure solution pour visiter le pays. A la location, s'ajoute l'assurance obligatoire (environ 15 CUC par jour). Si vous comptez laisser le véhicule dans une autre ville que celle du départ, il y a un drop-off, calculé en fonction de la distance. Il est conseillé d'effectuer vos réservations à l'avance de France car cela revient moins cher qu'en louant sur place. Vérifier, en présence du personnel de l'agence, que le matériel est complet. Il faut vraiment TOUT vérifier ainsi que l'état général de la voiture. Faites inscrire sur le contrat le moindre petit choc. 

Si vous souhaitez louer une vieille voiture américaine, il vous faudra un chauffeur car la conduite n'est pas autorisée aux étrangers.

Attention aux fermetures automatiques de portes sur certains modèles quand vous sortez alors que vous avez laissé la clé de contact à l’intérieur.

La nuit, il vaut mieux mettre la voiture au parking. Il s'agira d'un parking officiel gardé.

Les autoroutes ne possèdent pas de bandes de circulation bien tracées donc chacun roule où il veut.
Les routes sont souvent encombrées par les marcheurs, les vélos, les carrioles et toutes sortes d’animaux. Evitez de conduire la nuit car les routes ne sont pas éclairées et parfois mal entretenues.

L’état des routes est parfois désastreux sur certaines portions, notamment dans le Sud comme celle qui longe la côte entre Cabo Cruz et Santiago. Si vous n’êtes pas en 4x4, assurez-vous auprès des locaux que vous pourrez passer.

Dans les villes, beaucoup de rues sont à sens unique.
Le sens de circulation est indiqué par une flèche blanche sur fond bleu et les rues prioritaires sont indiquées par un carré jaune sur fond blanc. Par contre côté signalisation, les panneaux sont absents donc une carte routière est indispensable (le GPS ne fonctionne pas).

Au niveau aérien, les liaisons régulières au départ de La Havane vers Santiago, Camagüey, Bayamo et Holguín avec la compagnie nationale Cubana de Aviación sont assez fréquentes et les tarifs restent raisonnables.

 

VIE PRATIQUE
Au niveau prise électrique, il vous faudra un adaptateur car les prises sont à fiches plates. Utilisant du 110V tous vos appareils ne fonctionneront pas forcément avec ce voltage. Il vous faudra alors recourir à un petit transfo.

Très tolérants à l’égard des étrangers, les Cubains sont également respectueux des règles de politesse donc ils attendent en retour un comportement correct.

Le contact physique n’est pas un tabou, on s’embrasse très spontanément. Les hommes se serrent la main avec effusion ou se donnent virilement l’abrazo.

Évitez le monokini sur les plages et portez une tenue correcte dans les restaurants chics et les cabarets.
En arrivant dans une file d'attente, demandez quelle est la dernière personne arrivée (¿ El último ?), et placez-vous derrière sans chercher à doubler.
Si vous fumez, pensez à offrir des cigarettes autour de vous, c'est toujours bien vu.

Ne vous offusquez pas les « Pssit-psssitt ! » que lancent les gens dans la rue. C'est courant à Cuba.

Les Cubains adorent les compliments et s’en font très facilement ainsi qu'aux autres personnes.

Et surtout, il n'est pas bien vu de perdre son calme.

 

TELEPHONE
Appel de la France vers Cuba : 00 + 53 + indicatif de la ville + numéro du correspondant.
Appel de Cuba vers la France : 119 + 33 + numéro du correspondant.

Appel de La Havane vers la province : 0 + code de la province + numéro de l'abonné.
Appel de la province vers La Havane : 07 + numéro de l'abonné.
Appel d'une province à une autre : 01 + code de la province + numéro de l'abonné.

L'option INTERNATIONAL est utilisée. Pensez à contacter votre opérateur pour souscrire à l'option qui est gratuite. Mais attention, téléphonez depuis Cuba à l'étranger coûte cher. Donc allez plutôt, dans les cabines à carte, dans les boutiques Etecsa, installées aux coins stratégiques dans de nombreuses villes. On achète sur place des cartes téléphoniques.

 

CUISINE
On mange souvent la même chose : poulet, riz... et du porc. C'est la base de la cuisine dite « créole » (criolla). On trouve aussi du bœuf (res) mais pas de très bonne qualité. Les légumes verts sont absents donc rabattez vous plutôt sur tomate, salade, concombre.

C'est le pays de la langouste donc ne vous en privez pas.

Côté sucré, vous trouverez parfois du riz au lait, du flan au caramel, des fruits (la papaye est souvent excellente quand elle est bien mûre) ou des fruits confits très sucrés avec du fromage à pâte cuite.

Vous trouverez ci-dessous une liste de spécialités culinaires:

Le riz et les haricots noirs : on les mange ensemble et on appelle ce plat populaire congrí ou moros y cristianos (maures et chrétiens).
Le cochinito : le cochon qui peut être préparé en rôti, grillé ou frit et, à la campagne, sous forme de méchoui (en púa).
La langouste (langosta) : attention elle est soit simplement mentionnée au menu pour attirer les clients soit souvent congelée. Donc regardez y à 2 fois dans les restos touristiques ou paladares.
Le crabe (cangrejo): on le trouve partout sur les routes mais bien peu de restos en proposent. Si vous passez à Caibarién, au centre du pays, c’est la spécialité locale.
Le crocodile : à Guamá et dans quelques restaurants de la playa Girón dans la péninsule de Zapata. C'est une viande qui rappelle un peu le veau.

Les fruits : la banane (plátano) qui prédomine dans la cuisine locale car considérée comme un légume. Les agrumes sont aussi très présents, comme le pamplemousse et les oranges, l’ananas (piña). On les retrouve au petit déjeuner, servis aux buffets des hôtels d’État. Mais curieusement, ces fruits sont présentés peu mûrs et souvent sans aucune saveur.
Dans les meilleures maisons et selon l’approvisionnement, vous goûterez aussi à la goyave (mamey), la papaye (fruta bomba) ou à la mangue (à partir de juin).

La meilleure cuisine est celle que vous goûterez dans les casas particulares.

Côté boisson les sodas sont très consommés et les maltas sont très rafraîchissants (sucré). Il y aussi de la bière et le vin reste assez cher.

Le café cubain est réputé. On le sert fort, bien tassé et très sucré.

Le rhum et les cocktails sont légion à Cuba.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Floride

La Floride, territoire de marécages où le soleil règne en maître. Trait d'union entre l’Amérique du Nord, l’Amérique latine et les Caraïbes, la Floride est à majorité latinos et vit au rythme des congas.
Univers du rêve et de l’imagination, elle reste une destination de prédilection pour les familles, surtout Orlando, qui compte pas moins de 2 parcs Disney, deux parcs consacrés aux studios Universal! Sans oublier la fabuleuse histoire de l’aventure spatiale à Cape Canaveral.
Des centaines de kilomètres de sable blanc plantés de cocotiers bordent les côtes de la Floride. Des chapelets d’îles se dessinent, voguant sur des eaux tièdes : Sanibel et ses coquillages, l’emblématique Key West, vraie carte postale, aux maisons en bois centenaires et aux jardins foisonnant de végétation. Restent le parc national des Everglades et les réserves attenantes, avec leur faune extraordinaire, un bol d’oxygène.

Floride plage palmier etats unis monplanvoyage

Pour un séjour de 15 jours, vous débuterez votre visite par le centre spatial Cap Canaveral. Vous découvrirez de nombreuses expositions, animations et attractions du centre spatial Kennedy, notamment la navette spatiale Atlantis, l’expérience de lancement, le Rocket Garden et le cinéma IMAX.
Revivez les premiers pas de Neil Armstrong sur la lune et vivez l’expérience sonore d’une fusée Staturn V au décollage.

cape canaveral espace spatial centre floride etats unis monplanvoyage

Vous continuerez par Orlando et ses 2 parcs Disney qui plairont aux petits et grands. Je vous conseille de choisir un hôtel dans le parc car vous bénéficiez de navettes gratuites pour vous y rendre.

orlando parc fleur floride etats unis monplanvoyageorlando walt disney world chateau floride etats unis monplanvoyage

Vous laisserez derrière vous l’agitation des parcs pour la découverte de sources cristallines en pleine forêt subtropicale à Weeki Wachee, le paradis des lamentins !
Profitez de balades en kayak et vélos dans un havre de paix.

weeki wachee mangrove parc floride canoe etats unis monplanvoyageweeki wachee lamentin parc nature floride etats unis monplanvoyage

Plus au sud, vous poursuivrez le long des longues plages de sable fin de Sanibel pour vous baigner dans les eaux chaudes du golfe du Mexique.
Lors d'une croisière en bateau avec des naturalistes, découvrez le riche écosystème de l'estuaire de la mangrove et observez de près la faune.

sanibel mangrove plage sable nature floride etats unis monplanvoyage

En continuant vers le sud, faites une halte à Naples qui est une petite ville balnéaire super agréable.
Une plage de sable blanc vous attend dans un environnement naturel superbe bordée de palmiers et fréquentée par des pélicans.

naples plage sable jetee floride etats unis monplanvoyage

Ce séjour vous permettra de découvrir le fameux Parc des Everglades et sa faune. Des excursions sont proposées en bateau ou kayak au travers de la mangrove.

everglades parc mangrove nature floride etats unis monplanvoyageeverglades parc faune alligator floride etats unis monplanvoyage

Vous atteindrez la pointe de la Floride avec les Keys aux paysages si particulier avec des plages de sable fin aux eaux turquoise.
Vous pourrez observer une faune marine très dense qui ravira la famille. Les activités aquatiques tel que le snorkeling et la plongée sont très prisées. Il en est de même pour les balades en vélo car il n’y a pas de dénivelé.

keys plage jetee sable floride etats unis monplanvoyagekeys architecture maison floride etats unis monplanvoyage

Enfin, retour en paysage urbain avec Miami, la ville des extrêmes. Je vous conseille de loger sur la presqu’île pour profiter pleinement des plages et du quartier art déco très animé.

Miami est une ville avec un métissage des cultures très important. Donc partez visiter Little Havana, le quartier cubain. L’ambiance y est très chaleureuse et on se croirait vraiment dans la capitale cubaine.

miami south beach plage floride etats unis monplanvoyagemiami little havana cuba floride etats unis monplanvoyage

Il y a aussi Downtown Miami, sa marina, ses grattes ciels étincelants, son monorail futuriste qui vous conduira jusque dans le quartier de Brickell, par-delà la Miami River.

Les quartiers sud de Miami: coral gabbles, coconut grove et brickell sont des quartiers résidentiels et à l’architecture européenne très prononcée. C’est l’endroit où il fait bon vivre si on en a les moyens !
Amateurs de street art, voici Wynwood, le quartier le plus tendance de Miami ! Véritable musée à ciel ouvert, il est devenu l’un des terrains de prédilection des meilleurs graffeurs mondiaux.

miami centre architecture floride etats unis monplanvoyagewynwood street art miami floride etats unis monplanvoyage

Ce séjour est idéal pour les familles souhaitant mêler nature, distractions et culture urbaine sous le soleil !

Guatemala

guatemala carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide 6 mois après la date du retour.
Pour un séjour de plus de 3 mois, un visa est nécessaire.
Attention aux formalités d'entrée aux États-Unis si vous transitez par ce pays (voir informations pratiques Etats-Unis).

 


CLIMAT
Vous entendrez souvent parler de l'invierno (hiver) pour dénommer la saison des pluies, alors que celle-ci a pourtant lieu en été, grosso modo de juin à octobre.
Il arrive que la pluie tombe en saison sèche, notamment dans le Petén, où, de fait, les pluies sont assez fréquentes. Heureusement, elles tombent surtout l'après-midi. Prévoir donc les excursions tôt le matin, ainsi qu'un vêtement de pluie.
En ce qui concerne les températures, vous n'oublierez pas que la moitié du territoire est couverte de montagnes et de hauts plateaux donc les soirées et les nuits sont fraîches en altitude, et il faut prévoir des vêtements chauds (pull en laine) pour les régions de l'Altiplano. En revanche, grosses chaleurs dans les basses terres, sur la côte et dans la jungle du Petén.

Novembre, décembre, janvier et février sont les mois à privilégier. C'est la saison sèche, humidité très faible (sauf des pluies tardives dans le Petén), températures douces dans les régions tropicales et, de plus, très belle luminosité dans la région des volcans.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 8h l’été et moins 7h l’hiver.

 

DEVISE
Le quetzal (Qtz), divisé en centavos.
Emportez aussi des dollars, en espèces, car il est plus difficile de changer des euros, et quand c'est possible, le taux n'est pas intéressant. De plus, beaucoup de prix sont donnés en dollars. Veillez à avoir des dollars en bon état, ni déchirés ni abîmés, sinon on risque de vous les refuser.

 

LANGUE
ESPAGNOL.

 

RELIGION
Majorité catholique.

 


SANTE
Aucune vaccination obligatoire pour les voyageurs en provenance d’Europe ou d’Amérique du Nord. Il convient que soient à jour les vaccinations universelles : tétanos, poliomyélite, diphtérie, coqueluche (Repevax®), hépatite B.
Les vaccins contre l’hépatite A et la fièvre typhoïde très, très recommandés car les infections d’origine alimentaire sont fréquentes. Rage en cas de séjours ruraux ou prolongés.

Ne pas boire de l'eau du robinet, mais de l'eau en bouteille capsulée.

 

TRANSPORT
Les distances entre les villes et les lieux touristiques ne sont pas très grandes (sauf pour aller à Flores-Tikal, mais on peut prendre l'avion).

Pour les grandes distances (Guatemala-Flores, par exemple), des bus plus confortables ont fait leur apparition. Les compagnies les plus recommandables sont Linea Dorada, Litegua et ADN (Autobus del Norte).
Les distances sont moins grandes qu'au Mexique, mais les bus s'arrêtent partout.
Un conseil est de voyager tôt le matin car l'après-midi, les bus se raréfient
Des minibus (shuttles) peuvent être réserver et ils desservent régulièrement les villes et sites touristiques : aéroport de Ciudad Guatemala, Antigua, Panajachel, Chichicastenango et Copán (Honduras), entre autres. Ils sont très abordables pour les européens.

Les taxis sont chers à Ciudad Guatemala, un peu moins en province. Attention aux coffres sans serrure. Demandez toujours le prix de la course avant de monter et divisez ce prix par deux comme base de négociation.

La location de voiture est pratique, mais évidemment plus cher que le bus. Toutefois, si vous êtes trois ou quatre, la différence s’estompe. On peut louer une voiture au Guatemala (avec ou sans chauffeur), mais les moins de 25 ans devront payer une assurance supplémentaire. Votre permis de conduire suffit si vous louez la voiture moins de 1 mois.
Les routes sont parfois mauvaises dès que l'on s'écarte des grands itinéraires, donc attention à ne pas sous-estimer les temps de trajet. De plus, comme dans le Petén, on tombe parfois sur des petites routes truffées de tumulos, l'équivalent de nos « gendarmes couchés ».
Pour faire de la piste, louer de préférence un pick-up (4x2) ou un 4x4. Vérifier très précisément l'état du véhicule avant de partir, les agences ne pratiquent pas encore les assurances full-cover. Peu de panneaux indicateurs.
Ne roulez jamais de nuit (entre la tombée du jour et le lever du soleil) car les routes sont dangereuses (trous dans la piste, véhicules sans feux, piétons, animaux...). Les Guatémaltèques eux-mêmes observent cette règle.

 

VIE PRATIQUE
Prévoir un petit adaptateur. Cependant, dans les hôtels de haute catégorie, on trouve également du 220 volts.
Les Guatémaltèques sont d’une manière générale très accueillant. Et encore plus dans les grandes villes non touristiques comme Guatemala Ciudad ou Xela. Ils ont un réel savoir vivre. De plus, ils se montrent d’une générosité affective incroyable avec les étrangers désireux de s’intégrer dans le pays.

 

TELEPHONE
De la France vers le Guatemala: 00 + 502 + numéro du correspondant.
Du Guatemala vers la France: 00 + 33 + indicatif régional + numéro du correspondant.
Il est utile d’acheter une puce/carte SIM locale, à condition d’avoir un téléphone « débloqué », évidemment. Sinon, autre option, acheter un téléphone local. Le prix d’un portable démarre à environ 150 Qtz, avec du crédit inclus, et le prix d’une carte SIM à 50 Qtz (sans crédit). Les réseaux les plus performants sont ceux des opérateurs Tigo et Claro, Movistar se limitant surtout aux grandes villes.

 

CUISINE
Au Guatemala, les plats ne sont pas épicés ; le chile est servi à part.
Le matin, vous aurez droit au petit déjeuner chapín, c'est-à-dire typiquement guatémaltèque, avec des œufs, une purée de haricots, un bout de fromage, des bananes frites et du café.

Pour le déjeuner et le dîner, outre le petit menu del día pas cher, on trouve quelques spécialités « indigènes » typiques du pays : le plat le plus répandu est le kak'ik, un pilon de dinde qui trône au beau milieu d'une soupe.
Puis vous avez les classiques churrascos (grillades), le pepián (fricassée de volaille ou de viande à la sauce tomate et maïs), le jocón (ragoût de viande blanche avec herbes et légumes verts), le revolcado (des abats de porc, plutôt spécial !), ou encore la piloyada (une délicieuse salade de haricots).

Dans le Petén, déguster le pescado blanco, un poisson fraîchement pêché dans le lac Petén Itzá, les fruits de mer et en particulier les crevettes (camarones).
Ne pas manquer le ceviche (de poisson, de crevettes ou de caracol, une sorte de lambi, le tout mariné dans le citron), ni le tapado dans la région caraïbe, une sorte de bouillabaisse de poisson, banane, crème de coco, herbes et épices.

Pour le dessert ou à tout moment de la journée, ne pas hésiter à acheter, sur les marchés, de bons fruits tropicaux (ananas, bananes, papayes, melons et autres).

Les Guatémaltèques boivent beaucoup de sodas. Dans les restos modestes, on sert des jus de fruits allongés d'eau, appelés licuados. Il y a aussi de la bière aussi. La plus commune est la blonde Gallo.
Par contre le bon café reste assez rare.

 

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !