Articles in Category: Afrique

Afrique description

Botswana

botswana carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable au moins 6 mois après l'entrée au Botswana avec un billet de retour.
Règlement d'une taxe de développement touristique de 30 US $.
Au-delà de 3 mois, un permis de résidence est nécessaire.

Attention, si vous transitez par l’Afrique du Sud avec des enfants, il est désormais obligatoire de produire un acte de naissance pour chacun, traduit en anglais et certifié (voir informations pratiques Afrique du sud).

 

CLIMAT
De manière générale, les précipitations sont basses, les températures élevées, et le climat est semi-aride.

L’hiver, de mai à octobre, correspond à la saison sèche. C'est la meilleure saison pour visiter le Botswana et observer la faune.

En juin-juillet, les températures moyennes sont de 21-25 °C la journée, mais les nuits sont très fraîches, voire froides entre juin et août. La nuit tombe aussi très tôt (vers 17h), ce qui n’est pas idéal en camping.
En août, des vents d’ouest charriant sable et poussière du désert peuvent obscurcir la visibilité.

L’été, de novembre à avril, est aussi la saison des pluies. Il fait alors très chaud.
Les précipitations sont surtout marquées dans le Nord et dans l'Est (vallée du Limpopo), les régions les plus peuplées. Dans le désert du Kalahari en revanche, les pluies restent faibles. Il arrive que certaines routes soient fermées à cette période de l'année

 

DECALAGE HORAIRE
Pas décalage en été et plus 1h à Gaborone.

 

DEVISE
Le pula (BWP).

L’importation de devises étrangères doit être déclarée. Une fois sur place, on change facilement euros, dollars et rands sud-africains.
On trouve banques et distributeurs automatiques dans toutes les grandes villes.

Sur les sites touristiques, seul le paiement en espèces est possible (euros, dollars, livres anglaises et rands sud-africains bienvenus). Dans la plupart des hôtels, restaurants et chez les organisateurs de safaris, le paiement par carte (Visa, MasterCard, plus rarement American Express) est aussi possible

 

LANGUE
L’ANGLAIS et le SETSWANA

  

RELIGION
A majorité christianisme.

  

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Aucun vaccin n’est exigé, sauf celui contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de zones à risques (certificat de vaccination obligatoire).

Les risques de paludisme (le Botswana étant situé en zone 3) sont particulièrement élevés en mars-avril en raison des pluies dans les zones touristiques du Nord où un traitement préventif est fortement conseillé.

 

TRANSPORT
Face à la faiblesse des transports en commun, il est conseiller de louer un véhicule.

Il faut avoir un permis de conduire international et 21-23 ans minimum. Le conducteur doit avoir son permis depuis au moins un an, voire jusqu’à 3 ans. En tout état de cause, les conducteurs de moins de 25 ans sont soumis à des frais supplémentaires.

On peut aussi envisager de louer un véhicule en Afrique du Sud, voire en Namibie, c’est souvent moins cher. Plusieurs compagnies autorisent le franchissement des frontières régionales (avec un petit supplément) et certaines permettent un drop offdu véhicule en un lieu différent de celui ou vous l’avez pris (re-supplément).

La conduite est à gauche.
Le réseau goudronné est impeccable, mais fait souvent place aux pistes. Celles-ci sont bien entretenues sur les axes les plus importants, mais elles sont souvent sablonneuses.
Même en dehors d’un safari, roulez en convoi de 2 véhicules si possible (préférable en cas de pépin) et faites le plein à chaque occasion. Attention aux animaux sauvages responsables de beaucoup d’accidents.

À l’intérieur du pays, bus et minibus relient entre elles la plupart des grandes villes par les routes goudronnées.
Les départs se font surtout le matin et jusqu’en début d’après-midi. Le plus souvent, les véhicules ne partent que lorsqu’ils sont pleins.

Le ferry de Kazungula traverse le fleuve Zambèze au nord du pays et mène en Zambie. C’est le chemin le plus court depuis le parc Chobe (Kasane) jusqu’à Livingstone. Un autre ferry relie Kazungula à Katima Mulilo

S'il est lent, le train est cependant un moyen très agréable de découvrir les paysages du Botswana. Partagé en 3 classes, il dessert les villes de Gaborone, Mahalapye, Palapye, Serule et Francistown, mais il existe également des lignes régionales et monoclasses entre Gaborone, Pilane et Lobatse.

 

VIE PRATIQUE
Adaptateur nécessaire.

Comme dans tout le continent, on observe un grand respect des institutions. Le Président est exposé dans les administrations, les hôtels et les magasins.

Les policiers botswanais sont très efficaces (y compris pour le contrôle des excès de vitesse) et toujours prêts à renseigner ou aider en cas de problème. Il suffit de faire appel à eux avec respect et politesse (l’utilisation de « Sir » est bienvenue).

La population du Botswana vit en grande majorité de façon traditionnelle. En dehors des agglomérations et des camps, les populations locales n'ont pas forcément l'habitude des visiteurs.
Lorsqu'on arrive dans un village, il est préférable d'aller rendre visite au chef de la communauté, de lui demander la permission de camper ou l'autorisation de puiser l'eau du puits collectif.

Ne jamais penser que vous serez trop poli. Indispensables avant de poser la moindre question, les échanges de formules « Good morning, how are you ?… Fine… Thank you, how about you ? » Ici, c’est une tradition. Lorsque l'on serre la main d'un Botswanais, il est de coutume de porter la main gauche sous le coude droit. Ce geste s'applique aussi pour remercier. Généralement, préférez le geste à la parole et ne vous offusquez pas de l’absence de remerciement lors de la remise d'un cadeau.

Évitez de parler de religion.

En règle générale, on se lève tôt au Botswana et la vie nocturne n'est pas très développée.

Tenue de safari de couleurs non violentes, pantalon ou bermuda et chemise à manches longues (contre insectes à la nuit tombée), polaire pour matins et soirs

 

TELEPHONE
De la France vers le Botswana : 00 + 267 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Du Botswana vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Si la plupart des villes sont couvertes, la majorité des camps (safari lodges) de la moitié nord (Okavango et Chobe) se trouvent en dehors de la zone de couverture des portables. Les directeurs de camps communiquent avec l’extérieur par radio, et la connexion à Internet est souvent impossible

 

CUISINE
La cuisine botswanaise est rudimentaire mais les camps, les lodges et les restaurants de la capitale, proposent une cuisine internationale. Par contre il y a une grande variété de produits sur les marchés, la plupart en provenance d'Afrique du Sud.
Presque tous les lodges, cottages et campements de safari disposent de bars et de restaurants de bonne qualité. Ils proposent en général un buffet, sauf dans les plus petites structures qui proposent plutôt un menu fixe. Un braai (barbecue) est généralement organisé une ou deux fois par semaine.

Le bogobe, une sorte de porridge de millet, de sorgho ou de maïs « paga » (en purée), est au cœur de la cuisine botswanaise. Aux côtés des épis de maïs, des frites, de pap (ou phaletshe, sorte de polenta) et du samp (purée grossière de grains de maïs), il accompagne traditionnellement les ragoûts (de queue de bœuf en particulier).

On trouve aussi des épinards et du potiron, sans oublier les différentes espèces de melons du désert, mangées crues ou parfois cuites.

Les viandes les plus appréciées sont le bœuf (produit localement), la chèvre et le poulet, le mouton dans une moindre mesure. Ils sont le plus souvent simplement grillés au barbecue (sur le modèle du braai sud-africain).
Vous pourrez aussi goûter le seswaa, de la viande bouillie et salée écrasée ou déchiquetée en lambeaux.

On trouve également des poissons de rivière.

En vente partout, le vetkoek (« gâteau gras » en afrikaans) est un beignet garni de viande hachée, de miel ou de confiture.

Les bières locales, vins d’Afrique du Sud et sodas sont énormément consommés.
Plus traditionnels, on trouve le très alcoolisé vin de palme, le khadi (à base de baies et de miel ou sucre roux), la bojalwa (bière de sorgho) et le vin d’amarula, tiré du fruit acidulé du marula.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Egypte

egypte carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Un visa, un passeport valide au moins 6 mois à compter de la date d'arrivée en Égypte et une copie du billet d'avion ou attestation de voyage aller/retour sont nécessaire.

 

CLIMAT
Le climat égyptien est méditerranéen sur la côte d'Alexandrie, semi-désertique à la hauteur du Caire et complètement désertique dans le Grand Sud.

L’automne (de fin septembre à fin novembre) est très agréable avec des températures qui oscillent entre 25 et 35 °C du nord au sud, le soleil est omniprésent, et Alexandrie n'est pas encore sous la pluie.

Pendant l'hiver (de mi-décembre à fin février), Alexandrie est exposée au vent et à de fortes pluies, Le Caire affiche une grisaille tristounette, la mer Rouge se rafraîchit, et les nuits dans le désert peuvent être glaciales.
En Égypte, le chauffage n'existe pas, et seules les climatisations si elles sont réversibles ont une fonction chauffage.

Le printemps (mars-avril) est tardif et peu marqué, on passe rapidement de l'hiver à l'été. C'est la saison du khamsin (un vent de sable brûlant qui souffle deux ou trois fois dans la saison).

L'été est placé sous le signe d'une chaleur caniculaire, humide sur la côte méditerranéenne et très sèche dans le Sud. Vous devrez adapter le programme de vos journées en commençant très tôt le matin et en faisant une pause en milieu de journée.

 

DECALAGE HORAIRE
Moins 1h au Caire.

 

DEVISE
La livre égyptienne (LE)

Préférez systématiquement les banques, d’autant que le cours flottant de la livre a réduit l’écart avec le taux au noir. Refusez les propositions dans la rue.

Si vous changez des devises, vos billets doivent être impeccables : les banques vous les refuseront pour le moindre gribouillis. Il est préférable de changer ses devises au fur et à mesure.
Les distributeurs d'argent liquide sont très nombreux et acceptent les cartes de paiement Visa et MasterCard pour des retraits en livres égyptiennes.

Refusez systématiquement les billets déchirés, car vous auriez du mal à les écouler. En revanche, n’attendez pas de coupures impeccables. Beaucoup de billets comportent des gribouillis, des chiffres, des noms. Dans une société où l’argent liquide reste la règle

 

LANGUE
L’ARABE et l’ANGLAIS est assez répandu.

 

RELIGION
Musulmane.

 

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Le Caire est une des villes les plus peuplées et les plus polluées du monde donc attention aux asthmatiques et cardiaques. 
L’hygiène générale est défectueuse donc ne pas consommer des produits vendus dans la rue.
La célèbre poussière du Caire est terriblement glissante en cas de pluie donc attention aux chutes

Ne pas boire l’eau du robinet.

 

TRANSPORT
Le train est bon marché, même en 1re classe. La plupart des billets sont désormais imprimés en anglais, mais si l'on vous en tend un en arabe, demandez au guichetier de vous écrire les informations suivantes en anglais : l’horaire exact du train, le numéro de la voiture (demandez : « arabeyya kam ? ») et de votre siège (« korsi kam ? »).
On ne composte pas son billet, le contrôleur s'en charge à bord du train.

Le réseau de bus est très développé. Ils relient plusieurs fois par jour Le Caire à Alexandrie, au Fayoum, aux grandes villes du Delta, du canal de Suez, de la Haute-Égypte (via Hurghada), aux oasis du désert Libyque ou aux stations balnéaires du Sinaï, de la mer Rouge et de la Méditerranée. Mais certaines zones sont déconseillées. Il vaut mieux réserver sa place 1 ou 2 jours à l'avance.

Le taxi collectif part quand la voiture est complète. Ils roulent plus vite que le train mais s'arrêtent pour le repas et la prière (ou ne roulent pas du tout pendant le ramadan)

Les taxis collectifs et surtout les minibus roulent très vite. À éviter systématiquement de nuit. De plus, en Moyenne et Haute-Égypte, ils ne sont plus autorisés à prendre des touristes et des Égyptiens en même temps.

Les voitures sont admises librement pour la durée du séjour sur présentation de la carte grise et d'un carnet de passage en douane (triptyque). Mais on vous demandera d'acquitter une taxe d'entrée dans le pays qui dépend de la cylindrée de votre véhicule.
Pour conduire en Égypte, vous devez vous munir d'un permis de conduire international.
Concernant la conduite, aucune règle n'est respectée.

N'hésitez à klaxonner (pour dire que vous passez, mettre les autres en garde...).
Évitez de rouler vite parce que n'importe quoi (qui) peut surgir de nulle part à tout moment.
Ne conduisez jamais de nuit, car beaucoup de voitures roulent sans phares.
Vérifiez souvent votre niveau d'eau (mayya) et vos pneus (agalla), car ils souffrent avec la chaleur.
Dans le Sinaï, on vous déconseille de circuler en voiture en raison de la sécurité trop aléatoire sur toute la péninsule.
Sur la côte de la mer Rouge, il est recommandé de ne pas sortir des routes ou des pistes, car des terrains n’ont pas été déminés.
Sur les routes (particulièrement les axes Le Caire-Alexandrie, Le Caire-Ismaïlia, Le Caire-Suez), la vitesse est contrôlée.
En garant votre voiture sur le parking d'un hôtel, on vous demandera systématiquement la rokhsa (carte grise), ainsi que votre permis international.
Évitez de conduire de nuit ou trop tôt le matin, dans des zones peu fréquentées. Pour les longs trajets sur des routes désertes, il est courant désormais de partir à deux véhicules. Les excursions dans le désert avec votre propre 4x4 sont déconseillées, sauf si vous êtes encadré par un professionnel de la région.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur. Pensez aussi à une lampe électrique, car les coupures d’électricité peuvent être nombreuses en été.

Les Égyptiens adorent se saluer et se perdent dans des salamalecs à n’en plus finir. Côté salutations, mieux vaut savoir que les hommes s’embrassent entre eux. Mais il est impensable qu’un homme et une femme se fassent une bise en public. Et si une étrangère le fait le plus innocemment du monde, l’Égyptien risque de se sentir très gêné vis-à-vis des autres.

N’embrassez jamais une Égyptienne en guise de bonjour. Cela peut être ressenti comme une atteinte personnelle et une mise en cause de sa moralité.

Les hommes se promènent parfois dans la rue en se donnant la main ou le bras. N’y voyez aucun sous-entendu, c’est juste une forme d’amitié.

Évitez toute marque d’affection en public.

Dans les administrations, les gares, le métro, les cinémas, vous verrez souvent deux files : d’un côté les hommes, de l’autre les femmes.

Les Égyptiens sont très fiers de leur pays, alors évitez tout sujet de conversation qui vous amènerait à le critiquer.

Ayez une tenue décente, vous êtes dans un pays musulman et conservateur. Évitez les shorts en ville, le torse nu sur les sites, les épaules dénudées et les minijupes. D’une manière générale, on conseille aux voyageuses de porter une alliance, même si elles sont célibataires.

Il vaut mieux demander l’autorisation pour prendre une photo ou filmer.

Lorsque vous offrez un cadeau à un ou une Égyptien(ne), ne soyez pas surpris s’il n’est pas ouvert devant vous. C’est une marque de politesse.

  

TELEPHONE
De la France vers l’Égypte : 00 + 20 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Égypte vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

L’usage du téléphone portable s’est complètement démocratisé en Égypte. La couverture nationale est très bonne, même sur les routes longeant les parties désertiques.

Activer l’option « international » : elle est en général activée par défaut. Sinon, pensez à contacter votre opérateur pour souscrire à l’option.

Certains opérateurs proposent des forfaits où 35 jours de roaming par an sont offerts dans le monde entier. On peut donc cumuler plusieurs voyages à l’étranger sans se soucier de la facture au retour. Attention, si SMS, MMS et appels sont souvent illimités, la connexion internet est, elle, limitée.

 

CUISINE
La cuisine égyptienne est avant tout un mélange de nombreuses spécialités méditerranéennes.
Ils affectionnent particulièrement le principe du mezze, à la maison comme au resto : tous les plats sont mis sur la table, et les convives piochent à volonté.

À base de sésame, trois petits plats garnissent à peu près toutes les tables de restos : la tahina (crème à base de sésame), le hommos (purée de pois chiches au sésame) et le babaghanouj (purée d'aubergines au sésame).

Parmi les nombreuses salades, la salata baladi est la plus courante (concombres, tomates, oignons, avec ou sans salade verte) ; le taboulé (préparé à la libanaise avec beaucoup de persil et très peu de semoule) ; la salata zabadi est un mélange de yaourt avec de l'ail, de fines lamelles de concombres.
La toumeyya, c'est une purée d'ail très adoucie par une mayonnaise légère.

Deux plats qu'on trouve parfois dans les restos populaires et que tous les Égyptiens adorent : le foul et le kochery.
Le foul, est composé de grosses fèves brunes longuement mijotées en ragoût et relevées d'huile, de citron et de cumin, et cuit dans une grosse bonbonne sphérique et se mange souvent au petit déjeuner.

Le kochery est un mélange de riz, de lentilles brunes, de macaronis, de quelques bouts de spaghettis, d'oignons frits, le tout arrosé d'un peu de sauce tomate et relevé de quelques gouttes de sauce pimentée ou de sauce à l'ail.

Les soupes sont riches et épaisses. La plus connue est la mouloukheyya, qui est servie avec du riz et du poulet grillé.

Les feuilles de vigne farcies (wara' einab) se mangent chaudes et sont fourrées d'un mélange de riz, d'herbes, d'épices et parfois de viande.

Le célèbre chich kebab (brochette de mouton que l'on rencontre dans tout le Moyen-Orient) est omniprésent.
La kofta est une longue brochette de viande de mouton haché.
Le shawarma est composé des tranches de mouton empilées qui, une fois bien cuites, sont coupées verticalement et servies dans un petit pain rond et creux.

Le poisson local (samak), s'il est parfaitement frais, est un régal, tout comme les grosses crevettes (gambari) de la Méditerranée.
Dans les restos de poisson, on le choisit sur de grands lits de glace, puis il est pesé et préparé.
Il est conseillé d'éviter les fruits de mer, à moins d'être sûr de leur fraîcheur.

Les desserts se déclinent en mehallabeyya (crème à base de farine de riz, parfumée à l'eau de rose, et parsemée de pistaches), riz au lait, en om' Ali (de très fines feuilles de pâte cuites baignant dans un lait très sucré et mélangées à de la noix de coco et à des pistaches), mais aussi en baklawa (feuilleté arrosé de miel et fourré de pistaches ou d'amandes), en konafa (une sorte de pâte de pistaches, noisettes, noix... entourée de vermicelles et nappée de miel), en basboussa (semoule imprégnée de sirop) ou en atayef (de petits beignets frits toujours fourrés de noisettes, de noix, de pistaches et nappés d'un sirop très sucré).

La bière locale est très bonne et les sodas sont très consommés.

Concernant le vin, on vous conseille le Château-des-rêves, le Shéhérazade, le Grand marquis, le Jardin du Nil, le Cape bay et le Beausoleil.

Les jus de fruits frais, servis dans une multitude de petites échoppes débitent partout en énormes quantités, à partir d'agrumes pressés à la demande. On vous déconseille vraiment les glaçons.

Côté tisanes, le choix ne manque pas et le café (`ahwa) est préparé à la turque.
Et bien sûr, le thé (shay) dont le meilleur est le shay baladi, servi dans un verre et très sucré

Pendant le ramadan, on peut vous demander de présenter votre passeport pour boire une bière, afin de s'assurer que vous n'êtes pas égyptien.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Afrique du sud

afrique du sud carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable au moins 30 jours après le départ d’Afrique du Sud avec en possession d’un billet d’avion retour.

Si vous voyagez avec des enfants mineurs :
- Une copie intégrale de l’acte de naissance, en langue anglaise, dans une traduction faite par un traducteur assermenté, ou extrait d’acte de naissance plurilingue.
- Le livret de famille peut être aussi présenté. Pour la traduction, cliquer sur le lien ci-dessous :

Traduction assermentée


 - Passeport personnel de l'enfant ;
Si l'enfant voyage avec l’un des deux parents seulement, autorisation de sortie de territoire de moins de 3 mois, signée par le parent ne voyageant pas.


Un visa de tourisme de 3 mois est délivré gratuitement à l'arrivée.

CLIMAT
L’Afrique du Sud se situe dans l’hémisphère sud. Ses saisons sont donc inversées par rapport à l’Europe. Quand l’Europe fête l’été, l’Afrique du Sud est en hiver. Et vice versa. Les mois de décembre, janvier et févriercorrespondent donc à l’été austral (et aux grandes vacances). L’hiver austral correspond à la période mai-septembre.

Le Cap (Cape Town) jouit d’un climat méditerranéen. Les étés (de septembre à avril) y sont chauds (sans excès) et secs, avec des températures avoisinant les 28 °C. C’est la saison la plus agréable. La mer est à 20° en moyenne. En été, un vent frais du sud-est, nommé le « Cape Doctor », souffle parfois fort. L’hiver (de mai à août) est tempéré (17 °C), mais la température peut chuter jusqu’à 8 °C.

À Durban et sur la côte du Kwazulu-Natal, en bordure de l'océan Indien, le climat passe de tempéré à subtropical. Les mois les plus frais sont juin et juillet, et les plus chauds et humides sont décembre, janvier et février, avec parfois de fortes pluies et même des brumes sur le relief. Pour profiter des plages, choisir de préférence les intersaisons (avril-mai et septembre-octobre).

À Johannesburg, Pretoria et dans le Haut-Veld, Les températures ne sont jamais excessives, en raison de l’altitude (Johannesburg est à 1 753 m).
Le climat est sec et ensoleillé en hiver (de 20 °C le jour à 5 °C la nuit). D'octobre à avril, les journées sont ponctuées d'averses et d'éclairs impressionnants en fin d'après-midi.

Dans le Bas-Veld (Mpumalanga), Les étés sont très chauds et ponctués d'orages, les hivers doux et ensoleillés. La meilleure saison pour visiter le parc national Kruger se situe entre mai et octobre (saison sèche).

Dans le Karoo, à l'intérieur du pays, au nord-est de Cape Town, la chaleur est cuisante, comme dans les déserts américains. Les hivers sont ensoleillés, mais les nuits froides.

DECALAGE HORAIRE
Plus 1h à Cap Town.

 

DEVISE
Le rand (ZAR)

Les euros se changent sans problème dans les bureaux de change ou dans les banques. Les taux et commissions s'équilibrent plus ou moins.
Ne pas changer dans les hôtels (taux déplorable). En revanche, les auberges de jeunesse alignent leur taux sur celui des banques (se renseigner). Certaines ne prennent pas de commission.

Vous pouvez choisir de changer vos euros avant votre départ. La bonne astuce est de commander vos devises sans commission comme le propose Travelex. Il vous suffit de commander et payer vos devises sur le site et passer les récupérer directement dans l’une des agences.

Le réseau bancaire sud-africain est aussi développé qu'en Europe. On trouve des distributeurs automatiques partout, dans les grandes, moyennes et petites villes. Visa et MasterCard sont les 2 réseaux les mieux implantés. Évitez de retirer de l'argent dans un coin désert et soyez vigilant dans les grandes villes. Dans celles-ci, il arrive que les distributeurs du centre-ville ne soient accessibles qu'aux horaires de bureau. Dans les petites villes, aucun problème.

 

LANGUE
L’ANGLAIS, utilisé comme langue de communication, est parlé partout, mais il n’est la première langue que pour 10 % de la population.
L’AFRIKAANS est parlé dans une bonne partie du pays.

 

RELIGION
A majorité catholique.

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Si les recours sanitaires ruraux sont quasi inexistants, il existe de nombreux hôpitaux (et surtout cliniques privées) de qualité - mais très onéreux - dans les grandes villes : prévoir une assurance assistance internationale.

Le paludisme n'est que très peu présent : exclusivement dans le nord-est du pays, là où se trouvent les très touristiques parcs animaliers (parc Kruger et les réserves privées aux alentours de celui-ci) ainsi que celles situées au sud du Swaziland.

L'eau est potable dans les villes (malgré son goût très chloré) mais à la campagne, pas toujours. Donc prévoir de boire de l’eau en bouteille.

TRANSPORT
L'Afrique du Sud bénéficie d'une très bonne infrastructure routière.
Pour louer une voiture, il faut avoir son permis de conduire national en cours de validité (le permis international n’est pas obligatoire mais en présenter un, lorsque vous louez la voiture ou lors d’un contrôle, est apprécié), conduire depuis au moins 5 ans et être âgé de plus de 25 ans.
Attention : conduite à gauche
Les routes sont généralement en très bon état, mais gare aux pistes de terre et aux nids-de-poule (potholes) dans les endroits plus reculés.
Sur la route, les grandes nationales disposent d’une voie d’arrêt d’urgence, signalée par une bande jaune. La plupart des véhicules n’hésitent pas à s’y déporter pour laisser passer les voitures les plus rapides. Ce système fonctionne bien et c’est très courtois.

À l’intersection des routes moyennes, on rencontre souvent des croisements à quatre stops (chaque voie et chaque sens a le sien) : tout le monde s’arrête, et les gens passent à tour de rôle, tranquillement, en fonction de l’ordre d’arrivée.

En centre-ville, des car attendants, avec un gilet fluo et parfois une petite machine à la main (à Cape Town), vous indiquent où vous garer. Ils surveillent les véhicules stationnés et vous facturent à l’heure.

Les grandes compagnies de bus ont en commun le confort, la sécurité et la ponctualité.

Le service de minibus privé Baz Bus présente pas mal d’avantages : sécurité, régularité, fiabilité et convivialité (pour les backpackers). Arrêts à la demande dans de nombreuses auberges de jeunesse du pays. Il suffit de s’inscrire à l’AJ et de réserver sa place pour un trajet donné.

La compagnie ferroviaire nationale s’appelle Shosholoza Meyl. C’est un moyen de transport assez long, mais il est ponctuel et idéal pour profiter des paysages.

Les compagnies South African Airways, SA Airlink et SA Express relient toutes les villes majeures et certaines villes moins importantes. British Airways, en partenariat avec Comair, assure des vols réguliers entre les grandes villes.

Rikki's taxi, comme un taxi normal, viennent vous chercher là où vous leur donnez rendez-vous. Toutes les AJ pour backpackers utilisent leurs services.
Le prix des courses est fixe et s’entend par personne.

 

VIE PRATIQUE
On boit facilement un genre d’eau-de-vie aux fruits (appelée mampoer) avant le repas, pour s’ouvrir l’appétit, et non en digestif.

Dans certaines villes, on trouve les noms de rues non pas sur des panneaux placés à hauteur d’homme ou sur des plaques sur les murs des maisons ou immeubles, mais seulement inscrits sur les trottoirs. Et comme d’un côté de la rue, le nom est en anglais et de l’autre en afrikaner.

Ne soyez pas surpris d’entendre, de la part de quelqu’un qui cherche à attirer votre attention, un bruit genre claquement fait avec la bouche ou une sorte de sifflement. C’est considéré comme plus poli qu’un « Excusez-moi ».

Si vous mangez chez des Zoulous, faites attention aux codes : par exemple, poser votre cuillère le dos sur la table signifie que vous redemandez à manger ; l’inverse veut dire que vous avez suffisamment mangé.

Partout en Afrique du Sud, les salutations sont assorties d'un « Comment ça va ? » (How are you ?, ou Howzit ? dans les townships).

Le Braai est l'élément central de la vie sociale en Afrique du Sud (prononcer « braille »). Cela signifie « barbecue » en afrikaans. On le trouve dans toutes les habitations du pays, dans toutes les communautés, et sur toutes les aires de pique-nique du territoire.

Les Sud-Africains mangent tôt (dès 18h). Difficile de se faire servir après 20h ou 21h hors des grandes villes. Quant aux prix, sachez qu’ils n’incluent jamais le service.

 

TELEPHONE
De la France vers l’Afrique du sud: 00 + 27 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Afrique du sud vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Certains opérateurs français incluent les appels illimités entre la France et l’Afrique du Sud (dans les 2 sens), ainsi que les appels en Afrique du Sud depuis ce même pays.
Si ce n’est pas le cas, on déconseille d’utiliser votre téléphone avec votre carte SIM, les frais de roaming de la plupart des opérateurs étant exorbitants.
N’oubliez pas de déconnecter les « Données cellulaires » et « Données à l’étranger ».

 

CUISINE
L’Afrique du Sud est avant tout un pays de « viandards », et le barbecue (braai) y est une véritable obsession. La viande sud-africaine est de bonne qualité, si l'on s'accommode d'un mode de cuisson où celle-ci est souvent enduite d'une sauce caramélisée.

Il y a également beaucoup de restos indiens, orientaux et asiatiques car la pays est très cosmopolite.

En fait, la seule véritable cuisine sud-africaine est celle dite « Cape Malay ». Il s'agit d'un mix entre ingrédients africains, épices indiennes et savoir-faire européen. Outre le bœuf, d'excellente qualité, on cuisine les animaux du bush. On les présente en carpaccio (la viande est alors généralement fumée), en steak ou en ragoût longuement mijoté dans le potje (prononcer « poï-ki »), un pot en fer utilisé tant par les Afrikaners que par les Bushmen.
Il y a dans ces différentes viandes des subtilités qui plairont aux carnivores : l’autruche est tendre et goûteuse, l’oryx bien plus raide, façon sanglier, mais en ragoût, c’est étonnant.

Les Sud-Africains adorent grignoter du biltong, une viande séchée en lamelles : c’est le plus souvent du bœuf mais aussi parfois du koudou, du springbok ou de l’autruche.

Parmi les plats typiques, on trouvera le bobotie (venu d'Indonésie : viande hachée, mie de pain, lait et curry, cuit au four), qui peut se révéler excellent ou... très pâteux, le sosatie (brochettes marinées dans une sauce au curry), les boerewors (petites saucisses épicées), le breddie (ragoût d'agneau et de légumes, avec une sauce douce au curry).

Dans les townships et dans les campagnes, on mange souvent du pap, une bouillie à base de mil ou de millet qui peut constituer l'unique repas quotidien, et qui se décline en pap stew lorsqu’il est accompagné de viande en sauce. Pour se fondre dans la masse, il est préférable de le manger avec les doigts (de la main droite).

Curieusement, les Sud-Africains ne sont pas trop portés sur le poisson et les fruits de mer.
Au menu des restos est servi des line-fishes (la pêche du jour) parfois goûteux, en général – et selon les saisons.

Pour les desserts, la melktert (ou milktart, assez proche de notre flan) et le malva pudding, à la texture spongieuse, servi avec une sorte de crème anglaise chaude.

Côté boissons, il y a beaucoup de variétés de bières, dont de bonnes bières artisanales à découvrir dans chaque région.
Il y a aussi différentes liqueurs, comme la Black Sambucca, une douceur alcoolisée parfumée à la réglisse, ou l'Amarula, aux baies sauvages
Enfin le vin connaît une renommée croissante. Le vin sud-africain propose une grande gamme de qualité, allant du easy drinking wine au nectar le plus élaboré. Vous aurez du Cabernet-sauvignon, shiraz (syrah en France), merlot pour les rouges ; chenin blanc, qui domine largement pour les blancs, mais aussi chardonnay et sauvignon... Seul le pinotage (rouge) est un cépage typiquement sud-africain.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Cap vert

Composé d’un archipel d’îles volcaniques, vous partirez à la découverte de l’île de Sao Vicente, ile de Cesaria Evora, de Santo Antao et ses villages perchés, Fogo, l’île volcanique et Praia la capitale.
Vous séjournerez à Sao Vicente pour quelques jours pour découvrir la ville de Mindelo et sa culture avec son marché de poissons, ses ateliers d’artistes et sa musique.

cap vert mindelo monplanvoyage

En partant à la découverte de l’île, vous profiterez des belles plages de sable blanc aux eaux turquoise et admirerez, également, les volcans éteints.

sao vicente cap vert monplanvoyage

Puis avec le ferry vous atteindrez Santo Antao et ses sites naturels magnifiques propices aux randonnées. Les villages perchés aux maisons colorées vous charmeront. Vous traverserez de nombreuses plantations, principale source économique de l’île et goûterez aux saveurs de la cuisine locale.
Dans la partie sud, un safari vous permettra de découvrir des paysages volcaniques, des champs de Pozzolana où vous verrez de beaux villages isolés et des paysages hors du commun.

santo antao cap vert monplanvoyagesanto antao montagne cap vert monplanvoyage

Puis vol domestique vers Fogo. Vous aurez l’expérience unique de dormir au coeur d’un cratère chez l’habitante et une randonnée vous permettra d’admirer le Grand Pico et d’avoir un panorama unique de l’île.

fogo cap vert monplanvoyage

Enfin vous atteindrez Praia. Vous comprendrez le passé colonial de cette île et toutes ses richesses avec un guide.

santiago cap vert monplanvoyage

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Île Maurice

L’Ile Maurice, joyau étincelant dans les eaux turquoises de l’océan Indien, vous fascinera. Le contraste des couleurs, des cultures et des saveurs donnent un charme tel à cette île que vous passerez des vacances inoubliables.
Vous partirez à la découverte de la côte est avec ses villages authentiques, puis vous irez au sud à la découverte de sa beauté sauvage et de ses parcs puis au nord pour découvrir sa culture et ses jardins. Enfin, vous irez à Rodrigues pour une pause balnéaire hors du temps.

Les villages authentiques d’antan de l’île sur la côte sont rythmés par le soleil et l’océan. C’est une bande de terre, entre la chaîne des Montagnes Bambou, les champs de canne et le bord de mer, parsemée de petits villages aux noms pittoresques, Deux Frères, Quatre Sœurs, Pointe aux Feuille, Grand Sable, Pointe du Diable, Bambou Virieux… Les uns travaillent la terre, d’autres partent à la pêche sur leurs pirogues.
Profitez-en pour aller sur l’île aux Cerfs, un joyau de l’île Maurice. . Cet îlot inhabité est l'un des plus beaux sites de l'île. Vous pouvez y partir en pirogue depuis les Deux Frères.

ile maurice village monplanvoyageile maurice cerfs monplanvoyage

Allez également aux marchés hauts en couleur de Flacq pour y déguster des produits locaux.

ile maurice flacq marche monplanvoyage

Direction le sud pour visiter Mahébourg, L’un des principaux villages de pêcheurs de l’île Maurice, il est situé au bord de l’immense baie de Grand Port. Mahébourg a été témoin de la seule victoire navale de Napoléon sur les Anglais en 1810. Important centre économique lorsque l’île Maurice était française, Mahébourg était aussi connu pour son marché aux esclaves.
Ensuite allez à Pointe d’Esny, une plage de sable blanc bordée de bungalows qui mène à Blue Bay. . Cette baie est l’une des plus belles de l’île avec son sable fin, son eau claire et ses coraux colorés habités d’une grande variété de poissons que vous pouvez observer entre deux brasses.

ile maurice blue bay monplanvoyage

Faites un tour du côté du Bouchon, petit village mauricien où vous serez au plus proche de la culture mauricienne.
Dans cette région, vous pourrez randonner à la montagne du lion où vous serez entouré de nature et de verdure et vous aurez des points de vues magnifiques.

ile maurice bouchon monplanvoyage

Plus à l’ouest, partez du côté de Chamarel. Vous prendrez une route sinueuse vers les terres des sept couleurs de Chamarel, une curiosité volcanique qui a laissé en héritage une colline aux couleurs contrastées avec des parcelles de bleu, vert, rouge et jaune. Les chutes voisines de Chamarel émergent de la lande et la végétation naturelle est d'une beauté surprenante.
Visitez également le village de Chamarel, découvrez les produits des artisans et ses tables d'hôte.
Entrée payante aux Terres des sept couleurs.
Vous avez également le parc national des gorges de Rivière Noire qui est situé sur les hauts plateaux, au sud-ouest de l’île, la zone la plus froide. C’est l’une des plus étranges forêts au monde, car elle abrite plus de 300 plantes et huit espèces d’oiseaux endémiques.
L’unique façon de visiter le parc, c’est la marche. C’est la meilleure destination de randonnée sur l’île Maurice. Les 60 kilomètres de chemins balisés comportent des balades qui peuvent être parcourues en une matinée. Emportez de quoi boire et manger, car on ne trouve pas de boutique dans le parc.

ile maurice chamarel monplanvoyageile maurice gorges monplanvoyage

En remontant, vous irez à Flic en Flac, une petite bourgade de pêcheurs calme pour profiter de la plage et de son charme naturel. Vous pourrez également apprécier toutes les saveurs gastronomiques de l'île avec de bons petits plats typiques, finement concoctés, qui vous seront proposés dans un grand nombre de restaurants du village.

ile maurice flic en flac monplanvoyage

Prenez la direction de l’océan pour aller à l’île aux Bénitiers. Elle est entièrement plate et mesure seulement deux kilomètres de long par cinq cents mètres de large, de sorte que vous pouvez facilement l’explorer ! La nage et la plongée libre autour de l’île sont un véritable plaisir.

ile maurice Benitiers monplanvoyage

Enfin au Nord de l’île, près de Grand Baie découvrez une grande variété d’arbres fruitiers tropicaux et de fleurs odorantes colorées dans les Vergers de Labourdonnais. Après une promenade parmi les anthuriums, les bougainvilliers et les hibiscus, dégustez des confitures et des jus fraîchement pressés à partir de fruits cultivés dans le verger.
Il y a également le Jardin de Pamplemousses. Il abrite une incroyable variété de plantes tropicales, beaucoup d'entre elles sont indigènes. Le Jardin botanique est peuplé de plus de 650 variétés de plantes parmi lesquelles les célèbres baobabs.

ile maurice jardin monplanvoyage

Côté culture, visitez Cap Malheureux. Il est reconnaissable par son église au toit rouge devant la baie. Un véritable paysage de carte postale.(Notre-Dame Auxiliatrice de Cap Malheureux. ) On y bénéficie d'une vue imprenable sur le Coin de Mire, un îlot à quelques kilomètres au nord de l'île principale. Le tout devant une petite plage de sable fin ou des pêcheurs rentrent leurs barques. La vue sur le lagon est incroyable.

ile maurice cap malheureux

Allez voir également le temple hindou et le village de Triolet. C’est non seulement le plus long village de l’île à traverser de part en part, mais aussi le lieu où vous pouvez visiter le plus grand temple hindou, le Maheswarnath Mandir.
Ce Shivala a été construit en l’honneur des dieux Shiva, Krishna, Vishnu, Muruga, Brahma et Ganesha entre autres. Avant d’entrer dans ce lieu sacré, veuillez enlever tous vos objets en cuir afin de le respecter.
Enfin allez voir l’ancienne usine sucrière en lieu de mémoire de ce que représente aujourd’hui la canne à l’échelle du pays avec dégustation des douze différents sucres bruns naturels et 9 rhums haut de gamme de l’ile. Participer également à un atelier de coupe de canne et de préparation des cocktails à partir du jus de la canne et d’un de ses autres coproduits.

ile maurice temple monplanvoyageile maurice sucre monplanvoyage

Vous prendrez un vol domestique pour vous rendre sur l’île de Rodrigues. Elle se prête le plus naturellement à la découverte en se promenant autour de l'île et en rencontrant la population. Rodrigues a la particularité d'offrir une variété de paysages malgré sa petite surface entre collines et vallées surplombant les nuances turquoise d'un lagon omniprésent.
Partez sur l’île aux Cocos. Située au milieu du lagon, elle est réputée pour son collier de sable entourant ses rives. C’est un refuge naturel pour les colonies d'oiseaux de mer.
Elle est accessible en pirogue uniquement avec une autorisation délivrée par Discovery Rodrigues Company Limited.
Découvrez des plages isolées idylliques où vous vous sentirez seul au monde.

ile maurice rodrigues monplanvoyageile maurice aux cocos monplanvoyage

Il y a également le jardin des Cinq Sens, situé au centre de l'île dans un cadre enchanteur et verdoyant. Il offre une immersion dans la faune et la flore Rodriguaise avec des plantes endémiques uniques au monde, fruit arbres, plantes aromatiques et médicinales et fleurs. Grâce à des visites guidées, il est possible de connaître les légendes, les vertus médicinales et les bienfaits culinaires des plantes qui poussent dans le sol fertile de Rodriguan.
Vous pourrez planifier une sortie de pêche traditionnelle en pirogue avec un local. C'est une merveilleuse opportunité de passer une journée dans la lagune avec un pêcheur qui vous apprendre les techniques et vous mangerez le poisson pêché au barbecue sur une plage magnifique.

ile maurice rodrigues jardin monplanvoyage

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Algérie

algerie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport d'une durée de validité d'au moins 6 mois.
Un visa.
Un certificat d'hébergement ou confirmation d'hôtel(s).
Une assurance voyage et rapatriement.

 

CLIMAT
Le climat est de type :
- Méditerranéen sur toute la frange nord qui englobe le littoral et l’Atlas tellien (étés chauds et secs, hivers humides et frais) ;
- Semi-aride sur les hauts plateaux au centre du pays ;
- Désertique dès que l’on franchit la chaîne de l’Atlas saharien.

Les écarts de température dans une même journée peuvent être considérables. Dans le Sahara, le mercure peut même osciller d’un extrême à l’autre.
Dans les régions montagneuses (monts de Tlemcen, Haute-Kabylie, Atlas), les hivers peuvent être froids. Au-delà de 1 500 m, il neige de décembre à mars.

Visiter le nord de l’Algérie à des périodes de l’année où les variations de température sont les moins importantes : au début de l’automne (de fin septembre à fin octobre) où la chaleur devient douce et agréable, ou bien au printemps (d'avril à mi-juin), quand les campagnes sont en pleine floraison.
Évitez Alger en plein mois d’août, la température y est caniculaire et l’eau plutôt rare ! Quant au Sahara, on peut y aller de novembre à février à condition d’emporter dans sa valise un gros pull pour se réchauffer la nuit.

 

DECALAGE HORAIRE
Moins 1h à Alger en été et pas de décalage en hiver.

 

DEVISE
Le dinard algérien (DZD).

Il est possible de changer les devises dès votre arrivée auprès des bureaux de change des aéroports, dans les principales banques algériennes (Banque d’Algérie, BNA, BEA, etc.), ainsi qu’à la réception des grands hôtels et dans les ports.

Il est déconseillé de changer votre argent auprès des changeurs dans la rue, même si ceux-ci proposent parfois des taux très avantageux.

Les cartes bancaires internationales sont loin d’être acceptées partout. On peut les utiliser dans les grands hôtels, les agences de location de voitures, certains restaurants et dans quelques rares magasins du centre-ville d’Alger.

 

LANGUE
L’ARABE et le FRANÇAIS.

 

RELIGION
Musulmane.

 

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Peu de risques particuliers en Algérie, sauf les troubles et maladies liés au manque d’hygiène alimentaire : diarrhées, hépatite A, typhoïde.

Eviter de boire de l’eau du robinet.

Si vous partez en trek dans le désert, il faudra mettre dans la trousse à pharmacie ses médicaments usuels (en cas de traitement), des pansements et bandages, des antalgiques pour soulager la douleur, des anti-diarrhéiques, de la crème anti-moustique (c’est essentiel, surtout l’été), un purifiant pour l’eau (de type Micropur), des produits solaires, ainsi que des lingettes en grande quantité si de longues randonnées à travers le Sahara sont au programme de votre voyage.

En raison du risque terroriste élevé, le ministère des Affaires étrangères déconseille pour le moment tout déplacement dans le Grand Sud algérien.

 

TRANSPORT
Pour des raisons de sécurité, on privilégiera toujours, pour tout déplacement à l'intérieur du pays, un déplacement par avion à un trajet par la route ou par voie ferroviaire.

Concernant la voiture, les règles les plus élémentaires du code de la route sont rarement respectées, ce qui rend le réseau dangereux.
L’état des routes est plutôt bon dans le nord du pays.
La ceinture est obligatoire pour les passagers se trouvant à l’arrière du véhicule.
- L’utilisation du téléphone portable au volant est strictement interdite.
- Méfiez-vous des troupeaux de moutons le long des routes, ils peuvent les traverser à tout moment.
- À l'approche d’un barrage routier, réduisez considérablement votre vitesse et attendez que le gendarme vous fasse signe de continuer. Si vous conduisez de nuit, éteignez vos feux et allumez la lumière de votre plafonnier. S’il vous arrête, répondez poliment à ses questions et ne le contredites surtout pas.
Évitez de prendre le volant après la tombée de la nuit, surtout dans le nord-est du pays où certaines régions ne sont pas encore totalement sécurisées.

Ne partez jamais seul à l’aventure dans le Sahara. Faites-vous accompagner d’un chauffeur de 4x4 expérimenté.
- En cas d’accident, n’oubliez pas de contacter votre consulat le plus rapidement possible.

Les bus relient les principales villes du Nord entre elles et desservent sur leur route de nombreux petits villages. C’est un moyen pratique et économique de voyager, mais que l’on ne vous conseillera que sur de courtes distances.

Trop lents, bondés et rarement à l’heure, les bus algériens (on les appelle les « trolleys ») sont à déconseiller. Il existe en revanche dans les grandes villes comme Alger ou Oran de petites camionnettes blanches qui relient les différents quartiers entre eux.

Les taxis ne sont plus tous jaunes, mais ils restent facilement repérables grâce à l’écriteau en français sur leur toiture. Très pratiques pour se déplacer dans les grandes villes, ils peuvent être hélés dans la rue ou, dans les grandes villes, appelés depuis des bornes Taxiphone.
Il existe des taxis individuels et des taxis collectifs, ces derniers effectuant des trajets prédéfinis.
Les taxis algériens sont en principe équipés d’un compteur, n’oubliez pas de demander sa mise en marche. Négociez un forfait si le chauffeur raconte que son compteur est tombé en panne.

Le réseau ferroviaire a évolué depuis sa construction à l’époque coloniale. L'Algérie est en train de renforcer son réseau ferroviaire en vue de désenclaver certaines régions. Le réseau ferroviaire est ainsi devenu l'un des plus modernes d'Afrique.
Attention, les retards sont fréquents et les annulations ne sont pas rares.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

Se déchausser à l’entrée d’une maison ou avant de pénétrer dans une pièce dont le sol est recouvert de tapis.
Prolonger la cérémonie du thé en acceptant un autre verre, même si on n’a plus soif.
Si vous êtes à table, il est de coutume de dire Bismillah (au nom de Dieu) avant d’entamer le repas.
Lors d’un repas de famille, terminer son assiette à table sera bien vu par la cuisinière.
Si on vous annonce une bonne nouvelle, dites aussitôt : Hamdullah ! (Que Dieu soit loué !).
Si l’on a été invité dans une famille, laisser un petit cadeau plutôt que de l’argent.
Si on a photographié ses amis algériens, ne pas oublier de leur envoyer les clichés au retour.
Pour remercier, ne pas oublier de dire choukran.

  

TELEPHONE
De la France vers l’Algérie : 00 + 213 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Algérie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Malgré de nettes améliorations enregistrées ces dernières années, il arrive que le réseau soit saturé. Un message pré-enregistré vous invite alors à « renouveler votre appel ultérieurement ».

 

CUISINE
Héritée des traditions culinaires berbères, puis influencée au fil des siècles par les gastronomies ottomanes, espagnoles, puis françaises, la cuisine algérienne est un riche mélange de saveurs et de senteurs méditerranéennes. Elle se caractérise avant tout par l’usage des herbes et des épices qui viennent à la fois parfumer et relever le goût de la soupe, de la sauce ou de la viande.

Les entrées locales sont :
La chorba : c’est la soupe traditionnelle algérienne, servie en tout début de repas. Elle est à base de viande de mouton, de légumes, de tomates, d’épices et de vermicelles roulés à la main (ou de grains de blé dans la chorba frik). On y ajoute généralement quelques gouttes de jus de citron.

La harira : c’est la cousine de la chorba. Bien que marocaine, la harira a traversé la frontière et est consommée dans de nombreuses villes de l’ouest du pays, notamment à Tlemcen. Elle est épaissie au levain et on y ajoute du riz ou des pois chiches.

Les bricks : feuilles pliées en carré ou en triangle. On y ajoute aussi un œuf, ainsi qu’une purée de pommes de terre.

Les boureks : ce sont des rouleaux de feuilles de bricks farcis avec une préparation à base de viande hachée, d’épinards, etc.

Les salades : la gastronomie algérienne en compte pas mal ! Parmi les plus connues, les salades de poivrons grillés (arrosés d’huile d’olive et saupoudrés d’ail et de persil), les salades de pommes de terre aux oignons, les salades de rondelles de carottes à la sauce piquante... Les Algériens ont également pour habitude de verser sur leur salade quelques gouttes d’huile d’olive de Kabylie, la plus réputée du pays.

En plat vous trouverez :
Le couscous : véritable plat national, il existe mille et une façons de le préparer. À chacun sa recette. Selon les régions, on vous le servira avec de la viande de mouton ou du poulet, des navets, des courgettes, des fèves, etc. Sa dégustation s’accompagne généralement d’un grand verre de lait caillé frais. Le couscous se sert parfois nature (masfouf), seulement agrémenté de raisins secs, de sucre en poudre et de cannelle.

La chakchouka est une sorte de ratatouille de légumes de l’Est algérien, à base de tomates et de poivrons cuits.

La rechta algéroise : petites nouilles de semoule servies avec de la viande de poulet, des navets et des pois chiches. L’un des plats les plus réputés de la capitale !

La pastilla : d’origine marocaine, la pastilla (gâteau de pâte feuilletée aux amandes et fourré de viande de poulet ou de pigeon) se cuisine également en Algérie. La préparation reste plus ou moins la même des deux côtés de la frontière.

Les tajines : ils sont certes moins répandus qu’au Maroc, mais les Algériens raffolent cependant du tajine aux pruneaux et au gigot de mouton. Très doux, il s’accompagne d’amandes grillées, de raisins secs, de quelques gouttes de fleurs d’oranger et parfois de petites rondelles de pommes.

Le méchoui : c’est un agneau entier que l’on fait rôtir à la broche. Excellent et très apprécié. Malheureusement, on ne le prépare que lors des grandes occasions (mariages, naissances, circoncisions).

Les poissons : avec 1 200 km de côtes, l’Algérie doit pouvoir satisfaire tous les amateurs de poissons et de fruits de mer. Hormis la sardine, cuisinée en beignets frits, les familles algériennes consomment assez peu de poisson (car beaucoup plus cher que la viande de poulet ou de mouton). On vous conseillera cependant quelques bonnes tables près des petits ports de pêche le long du littoral.

La baguette reste très consommée en Algérie, surtout dans les grandes villes. Sinon, on trouve à table toutes sortes de pains ronds de campagne et de galettes de semoule (kesra)

Gorgés de soleil, sucrés et parfumés, les fruits des vergers algériens sont en quelque sorte la grande fierté nationale. La plupart des fruits que l’on trouve sur les étals des marchés sont « made in Algeria » (sauf les fruits exotiques comme la banane).

La pâtisserie traditionnelle algérienne se caractérise par l’utilisation du sucre et du miel. Les gâteaux sont généralement servis après le repas du soir et sont accompagnés d’une tasse de thé à la menthe.
À ne surtout pas manquer : les makroudhs (losanges de semoule fourrés aux dattes et trempés dans du miel), les griwechs (beignets rectangulaires aux graines de sésame, enduits de miel), les samsa et cigares (triangles et rouleaux farcis à la pâte d’amande), le beghrir (crêpe de semoule au miel et à la fleur d’oranger), ainsi que les incontournables cornes de gazelle. Pendant le Ramadan, les Algériens (et les Algérois surtout) n’ont d’yeux que pour le kalb ellouz (carré de semoule aux amandes), la zlabilia (beignet en spirale à la couleur dorée) ainsi qu’aux baklawas (petits gâteaux feuilletés aux cacahuètes ou aux amandes).

En boisson, le soda est très consommé.

L’Algérie continue d’entretenir les vignobles hérités de l’époque coloniale.
On compte plusieurs vins rouges de qualité, parmi lesquels les coteaux de Tlemcen, les coteaux de Mascara, les coteaux de Médéa, les coteaux de Dahra, les coteaux de Zaccar, ainsi que la Cuvée du Président.

Les Algériens sont de gros consommateurs de café. Ils en boivent le matin au petit-déjeuner, après le déjeuner, après le dîner et l’après-midi.
Le thé (presque toujours à la menthe) se consomme quant à lui avec un peu plus de modération. On le sert dans un petit verre après chaque repas les soirs de ramadan, accompagné d’un plateau de pâtisseries traditionnelles.
Dans le Sud, il ne faut surtout pas manquer la préparation du thé par les Touaregs, tout un rituel !

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Cap vert

cap vert carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide au moins 6 mois après la fin du séjour et en cas de séjour de plus de 30 jours, un visa est nécessaire.

 

CLIMAT
De type tropical sec, le climat du Cap-Vert est très fortement influencé par les vents : l'alizé du nord-est et l'harmattan du Sahara sont responsables de l’aridité et de périodes de sécheresse. Le vent est particulièrement fort en janvier.

On distingue deux saisons principales : la saison sèche, de novembre à juin-juillet, et la saison des pluies, de juillet-août à octobre.

La mousson atlantique apporte des pluies qui restent très irrégulières d’une année à l’autre, concentrées habituellement sur les zones de relief (Santo Antão, Fogo et Santiago).

 

DECALAGE HORAIRE
Moins 3h en été à Praia et moins 2h en hiver à Praia.

 

DEVISE
L’escudo capverdien (CVE).

Un bureau de change est ouvert 24h/24 à l’aéroport international de Sal. Certains hôtels peuvent faire du change.
Tous les distributeurs automatiques n'acceptent pas les cartes internationales, et il faut parfois retirer de l'argent aux guichets des banques. On les trouve sur chaque île (mais presque exclusivement dans les villes principales).

Quelques guichets automatiques acceptent la carte Visa internationale utilisables 24h/24 à Praia et Mindelo. L’utilisation des cartes bancaires encore restreinte, mieux vaut se munir de suffisamment de liquidité.

L'escudo capverdien ne peut être changé que sur place. Avant de quitter le Cap-Vert, veillez donc à les écouler ou à les échanger et c'est possible à l'aéroport.

 

LANGUE
Le PORTUGAIS et le CRÉOLE entre locaux.

 

RELIGION
A majorité catholique.

 

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Il ne présente pas de risques sanitaires particuliers et aucun vaccin n’est obligatoire, hormis celui contre la fièvre jaune, indispensable pour les voyageurs transitant par Dakar, ce vaccin étant obligatoire au Sénégal.

Ne pas boire l’eau du robinet.

 

TRANSPORT
Les villages reculés ne sont souvent desservis par aucun transport en commun. Quant aux liaisons inter-îles, elles nécessitent soit du temps (en bateau), soit de l’argent (en avion).

Les liaisons maritimes entre les îles sont assez difficiles, car les bateaux ne passent qu’une à deux fois par semaine, et servent tout autant au transport de marchandises qu’à celui des passagers.

À noter que Santo Antão n'a pas d'aéroport ; on n'accède à l'île que par ferry, depuis São Vicente (1h de trajet). De même pour Brava, à laquelle on n'accède que par liaison maritime au départ de Fogo.

À l'exception de l'île de Santiago, le réseau routier est relativement limité. Les routes sont généralement pavées et non asphaltées. Les pistes sont nombreuses.
La location de voiture (le plus souvent des 4x4) commence aussi à se développer sur les îles de Santiago et Mindelo. La location de voiture est possible sur les îles Sal, São Vicente, Santiago et Fogo.
Le permis de conduire français suffit et une assurance tous risques est conseillée.

Les aluguers (« à louer ») sont des minibus collectifs, des sortes de taxi-brousse locaux, parfois des pick-up. Ils relient les villages entre eux pour une somme modique. Ils ne partent que lorsqu'ils sont pleins. Les horaires sont plus que souples, et le circuit n'est pas déterminé à l'avance.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur. Par contre, les coupures d’électricité sont fréquentes, y compris à Praia, la capitale.

La musique est incontestablement la plus grande richesse du Cap-Vert. Chanter est pour les Capverdiens une seconde nature.

 

TELEPHONE
De la France vers le Cap-vert : 00 + 238 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Du Cap-vert vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Toutes les îles sont équipées de cabines à cartes, cartes que l’on peut se procurer dans les postes, certaines merceria et stations-service.
Le réseau mobile couvre théoriquement toutes les îles de l'archipel.

 

CUISINE
Les possibilités de restauration varient d’une île et d’un village à l’autre. Dans les villes comme Praia, Mindelo ou São Felipe, à Santa Maria, on peut trouver toutes sortes de restaurants. Mais à Boa Vista ou Maio, par exemple, il faut bien souvent prévoir de commander son repas à l’avance.

La cachupa est le plat national. Comparable à la feijoada brésilienne, c’est une sorte de ragoût à base de maïs et de haricots noirs, qui est décliné selon les ingrédients à disposition : viandes, thon ou légumes. Elle est très appréciée le matin
Les autres plats traditionnels capverdiens (le xerem, le cuscus, le djagacida) sont réservés aux repas de fête et ne sont pas servis dans les restaurants. On a plus de chance de les goûter sur l’île de Santiago.

On trouve à peu près partout le churrasco (de la viande grillée, généralement du poulet). Avec la garupa (le mérou), l’atum (thon), servi sous toutes ses formes, est le poisson le plus répandu et couramment de la langouste et d’autres produits de la mer.

Comme au Portugal, les plats sont en général accompagnés de riz, de frites et de salade.

Les quelques fruits et légumes viennent de Santiago et Santo Antão.

En dessert, la spécialité est le flan au fromage (pudim de quejo) préparé avec du fromage de chèvre fabriqué sur les îles de Fogo et Santo Antão.

L’eau minérale en bouteille et toutes sortes de sodas sont les boissons les plus consommées.

Du côté des alcools, vous avez le grogue, rhum local, qui est mélangé avec du citron.
On boit essentiellement de la bière portugaise.

Les terres fertiles de l’île de Fogo permettent la production d’un café réputé comme l’un des meilleurs au monde et d’un excellent vin rouge, le manecon. Sur les autres îles, on trouve du vin portugais.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Île Maurice

ile maurice carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable encore au moins un jour après la date envisagée du retour, ainsi qu’un billet de retour.

 

CLIMAT
Il fait beau tout le long de l'année. Il y a une saison hivernale de juin à septembre, période pendant laquelle les températures oscillent entre 17 °C la nuit et 25 °C la journée. Les plus fortes pluies et les températures les plus élevées s'étalent sur plusieurs mois, de janvier à mars, oscillent entre 25 et 30 °C.

Les précipitations rafraîchissent l'atmosphère. La pluviométrie est plus importante sur le plateau central, il pleut davantage sur la côte est que sur la côte ouest.
Les mois les plus propices sont de avril à novembre mais aucune période n'est à proscrire.


DECALAGE HORAIRE
Plus 3h en hiver et plus 2h en été à Port-Louis.

  

DEVISE
La roupie mauricienne (MUR)

Aucun problème pour changer des euros sur place : banques et bureaux de change se trouvent dans toutes les villes importantes. Les banques sont ouvertes du lundi au vendredi de 9h à 15h.

 

LANGUE
ANGLAIS, FRANCAIS, et CREOLE

  

RELIGION
Pas de religion officielle du fait de la diversité des origines de la population. L'hindouisme est la religion prédominante suivie du christianisme, de l'islam et du bouddhisme.

 

SANTE
Pas de vaccination obligatoire, excepté la fièvre jaune si vous êtes allé dernièrement dans des régions affectées et les agents de santé vous demanderont votre certificat de vaccination. Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Evitez l'eau du robinet.

Il vaut mieux se préserver contre la dengue et le virus du chikungunya donc utiliser des produits anti-moustiques fiables.
Il existe de nombreuses cliniques privées sur l’île. Seules la Fortis Clinique Darné, à Floréal, et The Apollo Bramwell Hospital, à Moka, sont affiliées à la Sécurité sociale française.

Numéro d'urgence: 999

 

TRANSPORT
Il y a 2 autoroutes et elles sont gratuites. La première va de l’aéroport à Grand Baie en passant par le centre de l’île. La seconde contourne Port-Louis par l’est, et remonte jusqu’à Terre Rouge, en traversant de beaux paysages et en contournant le massif montagneux de Pieter Both. Cette route est pratique si on est dans le Nord et qu'on souhaite allez vers le Sud (ou l’inverse).

Le bus est pratique, pas cher et très efficace. Ils appartiennent à des compagnies privées. On paie dans le bus, non pas au conducteur mais au contrôleur. Par contre, ils ont une conduite sportive. Il existe un Express qui relie Port-Louis à Grand Baie.

Si vous voulez visiter plusieurs sites de l'île dans une même journée, il vaut mieux louer une voiture ou prendre un taxi-guide.
Pour louer une voiture, Il faut avoir minimum 21 ans et un permis datant d'au moins un an. Pas besoin de permis de conduire international si l'on séjourne moins d'un mois. Avant de signer le contrat, vérifiez la validité de la vignette et inspectez le véhicule (roue de secours, frein, les feux...). Attention, l'assurance tous risques ne couvrent pas les touristes et les propriétaires de véhicule. Le carburant est moins cher qu'en France.
Il faut rouler à gauche mais la priorité est à droite. Pour dépasser les voitures, il faut klaxonner pour les prévenir qu'elles doivent se serrer sur la gauche. Evitez de rouler la nuit car piétons et cyclistes ne se signalent pas et les routes sont peu ou pas éclairées.
Les axes principaux sont en bon état mais les routes secondaires sont dans un état médiocre.

Concernant les taxis, bien préciser les horaires, le parcours choisi et le tarif. Ca évite de se perdre et on peut avoir des informations pratiques sur l'île. Négocier au préalable le course pour les petits trajets.

A Rodrigues, vu l'état des routes et le relief, prévoyez du temps pour les trajets. Soyez attentif car les stops sont considérés comme des" cédez le passage" et il y a de nombreux piétons, cyclistes, animaux sur les bas côtés. Il y a peu de taxi sur l'île, un réseau de bus circulant entre 6h et 18h.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

Les Mauriciens sont doux et tolérants. Evitez le monokini et les strings. Ce n'est pas dans les mœurs locales. Sur les bandes de plage directement en face des hôtels, pas de problème, le monokini est toléré.

N'oubliez pas d'ôter vos tongs, évitez les shorts et les minijupes quand vous pénétrez dans une enceinte religieuse musulmane ou hindouiste.
Ils sont d'un contact facile, très agréable et aiment parler de leur vie et de leur tradition. Donc n'hésitez pas à échanger.

 

TELEPHONE
De la France vers l’île Maurice : 00 + 230 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’île Maurice vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

 

Il peut être intéressant d’acheter une carte SIM locale et de l’insérer dans son téléphone préalablement débloqué.

 

CUISINE
La cuisine est un mélange de plats indiens, créoles, chinois et européens.

Vous trouverez ci-dessous quelques spécialités culinaires:
Le vindaye : vindaloo (plat indien) avec moutarde, vinaigre, oignons, épices et se sert froid.
Le rougail : il est à base de tomates, oignons, ail, gingembre et d'épices.
Le chutney (ou chatini) : Mélange d'épices écrasées, ail, gingembre, piment, vinaigre
Le carry (ou curry) et le cari : c'est un ensemble d'épices. Il y a du cari-poulet, cari-poisson.
Les daubes : sauce riche accompagnant une viande.
Les poissons : grillés, en cari, en vindaye ou même fumés.
Les fruits de mer : crabes, carcassailles, cipayes, p'tits poules, bigorneaux, crevettes, ourite (poulpe).
Samoussas, dholl puri, rôtis, beignets : ces en-cas sont fréquemment proposés par les marchands ambulants sur les plages.

La cuisine chinoise est aussi très présente: mine frit (nouilles sautées au poulet), un bol renversé (bol avec plusieurs couches de riz, poulet ou autre viande ou crevettes, et légumes, puis on démoule le tout dans l’assiette) vraiment pas cher, des soupes chinoises, des poissons panés, des beignets de crevettes.

Concernant les légumes, épinards, oseille, chou, cresson, sont consommés ainsi que les coeurs de palmier et le riz est la base de la cuisine mauricienne.

Côté sucré, les fruits sont très consommés: mangue, litchi, papaye, goyave, carambole, atte (avec une écorce verte à gros grains ovales et une chair délicieuse), cœur de bœuf, grenadine (ou fruit de la Passion), fruit de Cythère, tamarin, corosol, avocat...

A Rodrigues, la cuisine utilise uniquement des produits locaux. Un vrai repas doit comprendre du maïs en purée avec un rougail d'ourites (poulpes), un bouillon de poisson, des haricots rouges et, accompagné de différents piments. Leur spécialité est le cochon boucané et le jambon. On trouve aussi comme crustacé le kono-kono. Les citrons et la salade de papaye verte sont consommés en entrée et les desserts sont à base de patates douces. La tourte rodriguaise est aussi excellente.

Pour les boissons, le jus de tamarin ou l'alouda, du lait aromatisé à la grenadine, épaissi par un tapioca local, sont consommés sur les marchés.

Le café est très bon ainsi que le thé qui est souvent vanillé.

En boisson alcoolisée, rhum, bière, whisky et vin (dont les raisins viennent d'Afrique du sud) sont consommés mais ce dernier reste cher.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !